Open Watching

Open Watching

dimanche 24 mai 2020

Bleu d'enfer de John Stockwell, 2005


BLEU D'ENFER
de John Stockwell
2005
Etats unis
avec Paul Walker, Jessica Alba, Ashley Scott, Josh Brolin, Scott Caan
Film d'aventures
110 minutes
aka Into the blue
Synopsis :
Une ville côtière des Bahamas, au milieu des années deux mille...
Jared Cole vit chichement comme moniteur de surf et de hors bord, son patron est irascible et pas sympathique avec lui, Jared aimerait gagner plus d'argent pour avoir une vie meilleure ; sa petite amie, Sam, une superbe brune, l'aime passionnément...
Un jour, Bryce, un avocat vieil ami de Jared et son amie Amanda arrivent à l'aéroport, Sam et Jared les retrouvent...
Bryce est un mythomane combinard et loge pour une soirée ses amis dans la villa d'un de ses clients, puis ils partent se saouler en discothèque...
Au début du film, on voit le crash d'un avion qui s'échoue dans les grands fonds marins ; Jared, Sam, Amanda et Bryce retrouvent la carlingue de l'avion en faisant une séance de plongée sous- marine ! ils se rendent compte qu'il y a des sachets de cocaïne à l'intérieur !
De plus, Jared et Bryce découvrent également l'épave d'un bateau appelé le Zéphyr !
C'est un peu comme une chasse aux trésors, Bryce se voit déjà millionnaire et Jared y voit comme une porte de sortie idéale pour stopper sa vie de galères !
Après avoir récupéré une dizaine de paquets de cocaïne, Bryce pense pouvoir revendre sa cargaison à Bates, un trafiquant...
Mais l'affaire tourne au vinaigre car Bates prétend qu'il s'agit de SA cocaïne qu'on devait lui livrer, que Jared et Bryce ont trouvé !
Bates est intraitable et donne quarante huit heures à Jared et Bryce pour lui ramener l'intégralité de la cargaison de coke, sans quoi, il les tue, ainsi qu'Amanda et Sam !
Jared et Bryce ont très peu de temps devant eux ; lors d'une plongée, Amanda est attaquée et tuée par un requin !
Le Zephyr, le fameux navire échoué, regorge de bijoux et de pièces qui valent une fortune, les deux garçons parviennent à en extraire quelques unes ; ils proposent aux hommes de Bates, le trafiquant, de leur refourguer ces pièces de valeur pour les revendre, mais ceux ci refusent !
Jared et Bryce ne parviennent pas à ramener toute la cocaïne à Bates ; celui ci séquestre Sam sur son bateau...
Alors que Jared essaie de s'interposer, une violente bagarre éclate !
Mon avis :
Remake non -officiel du film de Peter Yates "Les grands fonds", "Bleu d'enfer" est un film d'aventures sous marines très efficace avec un rythme soutenu et des acteurs et actrices qui respirent la jeunesse et la sensualité ; c'est un vrai crève coeur de voir ou revoir Paul Walker qui décèdera quelques années plus tard dans un terrible accident de la route, il avait tout l'avenir devant lui et de savoir qu'il est parti prématurément est bien triste !
Jessica Alba est dotée d'un sex appeal incroyable, tout comme Ashley Scott, et les deux actrices érotisent le film par leur présence ; Scott Caan, en revanche, est insupportable et gâche un peu le film par sa présence balourde, il aurait fallu porter le choix sur un autre acteur parce que franchement avec lui c'est pas le top !
Le mixage entre aventures/film de trafiquants fonctionne plutôt bien et les gangsters sont crédibles, John Stockwell sait mettre en scène un film quand il y a de l'action et "Bleu d'enfer" ne relâche rien à ce niveau là...
Les séquences sous marines sont très belles et parfaitement coordonnées et l'introduction avec le crash de l'avion donne du piment au film ; le seul regret qu'on peut avoir avec ce "Bleu d'enfer" c'est l'aspect parfois "clipesque", notamment le passage dans la discothèque mais heureusement ça reste furtif, Stockwell privilégiant surtout un rythme à 200 à l'heure avec un Paul Walker survolté (la poursuite en voitures) ; un peu lourd aussi les roulages de pelles incessants entre Jared et Sam, on a bien compris qu'ils étaient amoureux et c'était pas une raison pour nous infliger ça, un peu plus de pudeur aurait été bienvenue, tout comme le sexisme dégoulinant à l'arrivée à l'aéroport, quand ce porc de Scott Caan met une claque aux fesses à Ashley Scott, ça fait vraiment hyper vulgaire et déplacé et n'apporte rien à l'intrigue...
Globalement, on passe un bon moment de détente avec "Bleu d'enfer" et, même s'il n'arrive pas à la cheville de son prédécesseur, ça reste un spectacle honnête...
Tout à fait le genre de film à visionner entre potes après une dure semaine de travail, avec pizzas et bières, "Bleu d'enfer" remplira son contrat...
Pour les cinéphiles pointilleux, il faudra être tolérant mais on pourra quand même y trouver satisfaction...
Note : 7/10










TITANIC de James Cameron, 1997


TITANIC
de James Cameron
1997
Etats Unis
avec Leonardo di Caprio, Kate Winslet, Bill Paxton, David Warner, Billy Zane, Gloria Stuart
Film historique/Drame/Love story
188 minutes
Budget : 200 000 000 dollars
Recettes mondiales au box-office : 1 845 034 188 dollars
Lauréat de 11 oscars dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur
Synopsis :
1912, alors que le paquebot immense "Titanic" s'apprête à partir pour rejoindre les états unis...
Jack Dawson, un jeune garçon sans argent, gagne à une partie de poker et parvient à obtenir deux places en troisième classe sur le prestigieux navire...
Rose Dewitt Bukater, une jeune femme issue d'un milieu aisé, est promise à épouser Caledon Huckley, un homme très riche ; Rose est malheureuse de sa situation...
Un soir, Rose fait une tentative de suicide et est à deux doigts de se jeter dans l'océan ; Jack, qui se trouvait au même endroit qu'elle, parvient à la sauver...
Pour remercier Jack, la mère de Rose et d'autres convives l'invitent à dîner dans le restaurant luxueux du Titanic ; Jack fait sensation et il se passe alors un coup de foudre entre lui et Rose, ce qui n'est pas du tout du goût de Huckley !
Le lendemain, Jack revoit Rose et celle-ci le somme d'arrêter leur relation mais Jack s'accroche comme un fou...
Un soir, la coque du Titanic heurte un iceberg et le paquebot prend l'eau, une véritable catastrophe a lieu !
Jack, accusé à tort d'avoir volé un bijou à Huckley, est séquestré et menotté par un des hommes de main de Huckley...
Pendant ce temps, Rose doit prendre un canot de sauvetage et quitter le navire, mais au dernier moment, elle refuse et s'enfuit pour retrouver Jack, coincé à l'intérieur !
Alors que c'est la panique et que la situation devient critique, Rose parvient à libérer Jack de ses menottes et le couple remonte sur le ponton du navire...
C'est alors que la coque du Titanic se fend en deux, l'une entraînant l'autre vers le fond de l'océan !
Sentant une mort imminente, Jack dit à Rose de bien retenir sa respiration car tout le monde va être happé vers le fond...
1996...
Brock Lowett,  un chercheur, a retrouvé l'épave du navire "Titanic", quatre vingt quatre ans après son naufrage...
Grâce à des techniques très sophistiquées, Lowett parvient à faire remonter des objets qui étaient restés dans l'épave...
Il fait venir une vieille dame centenaire, rescapée du Titanic, qui est en fait Rose Dewitt !
Cette dernière raconte son histoire et sa rencontre avec Jack Dawson...
Mon avis :
On n'est surs de pas se tromper avec "Titanic" en disant qu'il fait partie du patrimoine du cinéma mondial, si on devait établir une liste des cent films les plus importants de tous les temps, "Titanic" figurerait sans difficultés parmi les cinquante premiers ; ce film est MONUMENTAL à tous les niveaux, tous les ingrédients sont présents, une love story romance, du romanesque, du suspense, des personnages attachants, des moyens phénoménaux, une réalisation hors pair, des effets spéciaux prodigieux et une générosité de la part de James Cameron pour "nourrir l'âme" du spectateur (dixit un journaliste à l'époque de la sorte du film)...
Di Caprio tient ici LE rôle qui allait le propulser comme méga-star interplanétaire, Kate Winslet est sublime et tous les autres seconds rôles sont parfaits ; la reconstitution,  les décors, la musique, tout confère à la perfection et on passe plus de trois heures de bonheur, les séquences défilent de façon très facile pour le spectateur, tout est minuté et dosé juste comme il le faut, c'est un travail d'orfèvre...
Le film est composé de plusieurs parties jusqu'à l'arrivée du choc avec l'iceberg, les protagonistes ont bien eu le temps d'être identifiés par le spectateur avant que tout ne vire au drame, c'est ce qui fait l'efficacité du boulot de James Cameron, il signe ici son meilleur film et la gageure était incroyable, à un  moment, plus personne ne croyait en la réussite du film mais Cameron s'est battu comme un dératé et au final, il a steacké tout le monde ("I am the king of the world !!!!!, oui tu peux le dire mec !)...
Pour ne pas être sensible à "Titanic" c'est comme si on n'était pas sensible au cinéma, seuls les aigris ou les bougons ne seront pas réceptifs au film ; les cinéphiles se régaleront et jouiront d'un spectacle immense, sans la moindre fausse note et envoûtant à l'extrême...
Avec "Titanic" on ne parle même plus de chef d'oeuvre mais d'oeuvre immense familière dans l'imaginaire du public, une icône du septième art gravée à jamais dans l'absolu...
Il faut voir et revoir ce film, le montrer au jeune public ou à ceux qui ne l'ont pas encore vu, c'est le genre de films à transmettre aux générations, un film fédérateur et universel...
Le mieux c'est de le revoir dans des conditions optimales (blu ray obligatoire) et de le savourer, de profiter de chaque seconde, de chaque instant et on en sortira totalement rasséréné et heureux d'avoir passé un moment de cinéma pur et merveilleux !
"Titanic" est et restera à jamais un incontournable du cinéma, un film qui atteint le sommet de ce que tout spectateur peut espérer, c'est net, ni plus ni moins !
Note : 10/10











dimanche 17 mai 2020

La nuit des généraux d'Anatole Litvak, 1967


LA NUIT DES GENERAUX
d'Anatole Litvak
1967
Grande Bretagne/France
avec Peter O'Toole, Omar Sharif, Philippe Noiret, Pierre Mondy, Howard Vernon, Sacha Pitoeff, Donald Pleasence, Tom Courtenay, Joanna Pettet, Juliette Gréco, Christopher Plummer, Pierre Tornade
Guerre/film policier
aka Night of the generals
148 minutes
Budget : 5 200 000 dollars
Synopsis :
Varsovie, Paris, Berlin, durant la seconde guerre mondiale puis dans les années soixante...
La guerre fait rage et les soldats nazis sont à Varsovie pour détruire des bâtiments et terroriser la population ; un soir, une prostituée est égorgée dans un hôtel, alors qu'il entend ses cris, un homme a juste le temps de se cacher derrière une porte, lorsque l'homme meurtrier de la prostituée sort en descendant les escaliers, l'homme caché a le temps de voir qu'il s'agit d'un général SS...
Le lendemain du crime, le major Grau doit mener une enquête , il convoque tous les occupants de l'immeuble ; l'homme témoin, d'abord hésitant, finit par lui dire qu'il a vu un homme avec un uniforme de général sortir après le meurtre ; le major Grau le croit et suspecte plusieurs généraux...
Le général Tanz et le général Kattenberge sont dans la ligne de mire du major Grau ; celui-ci constate que le général Tanz devient hystérique et ne peut plus se contrôler, notamment lorsqu'il fait venir des chars et des lance-flammes en pleine ville pour détruire des immeubles ou brûler des hommes et des femmes...
Un complot contre le Führer avec un attentat à la bombe est mené, Grau le cautionne...
Lorsque le major Grau est persuadé de la mort d'Hitler, il se rend dans le bureau du général Tanz pour l'arrêter (il est quasiment sûr que c'est lui qui égorgé la pauvre prostituée à Varsovie !), mais il y a un rebondissement : Hitler a survécu à l'attentat et est toujours envie !
Tanz tue Grau de deux balles in extremis et prétexte une rébellion lorsque les hommes de son bâtiment arrivent, son stratagème passe comme une lettre à la Poste...
Plus tard, le caporal Hartmann est chargé de faire visiter Paris au général Tanz ; il constate que l'homme est très bizarre, alcoolique, névrotique et tremblant !
Hartmann emmène Tanz dans un musée, ce dernier est fasciné et fait un blocage sur un tableau de Van Gogh...
Un soir, le général Tanz se rend dans un bar, une prostituée l'accoste ; le général Tanz demande au caporal Hartmann de faire sortir la prostituée du bar et de l'amener dans sa voiture...
Tanz monte avec la prostituée à son domicile, au deuxième étage, puis peu de temps après, il demande à Hartmann de la rejoindre...
Hartmann découvre, horrifié, le corps de la prostituée, égorgée...
Le général Tanz veut faire porter le chapeau à Hartmann et lui donne de l'argent pour qu'il s'enfuit !
Vingt années passent...
L'inspecteur d'Interpol, Morand,  était un ami de Grau et suivait déjà l'affaire dans les années quarante ; il parvient à retrouver la trace du général Tanz...
Rencontrant Hartmann, l'inspecteur Morand a désormais tous les éléments de la mosaïque pour arrêter et condamner le général Tanz...
Morand se rend à une cérémonie qui se tient en l'honneur du général Tanz, bien décidé à l'arrêter  !
Mon avis :
Assisté pour la réalisation de Norman J.Warren et Andrzej Zulawski, qui sont non crédités Anatole Litvak,  très grand metteur en scène, signe avec "La nuit des généraux" un nouveau chef d'oeuvre et un film très efficace...
Il mêle avec audace un mélange de film de guerre et de film policier et s'intéresse avec une grande rigueur à une histoire de meurtres crapuleux sur des prostituées commis par un général SS et place son intrigue sur plusieurs décennies (des années quarante aux années soixante)  ;tous les comédiens sont impeccables, Peter O'Toole fait vraiment peur, Omar Sharif est parfait dans son rôle de caporal intègre qui veut à tout pris faire éclater la vérité, Donald Pleasence est exceptionnel et on a le bonheur de trouver Philippe Noiret, huit ans avant "Le vieux fusil", endossant le rôle d'un inspecteur d'Interpol, sa pugnacité est sans égale et l'issue du film est incroyable !
La réalisation est hyper méthodique et exemplaire, le film dure deux heures et demie mais on ne voit pas le temps passer, "La nuit des généraux" est un pur régal, les scènes de dévastations de la ville de Varsovie sont réelles, il ne s'agit pas de maquettes, le montage a donc du être très balaise au niveau du timing et les techniciens n'avaient pas droit à l'erreur, c'est un travail exceptionnel !
Le passage du musée avec Peter O'Toole atteint du syndrome de Stendhal lorsqu'il contemple la peinture de Van Gogh et les séquences du bar (où l'on retrouve Juliette Gréco) nous apportent nombre de surprises et les cinéphiles reconnaîtront Howard Vernon en accusé lors de la séquence de l'interrogatoire, non là franchement "La nuit des généraux" c'est le top du top et peu de films gèrent aussi bien le mélange guerre/policier que "La nuit des généraux", c'est du grand art !
Film méconnu et pas souvent diffusé à la télévision, "La nuit des généraux" est un chef d'oeuvre à réhabiliter et à rehausser, le travail pour ce film a été colossal et le casting avec des acteurs français (Pierre Mondy et Pierre Tornade dans des tout petits rôles) qu'on s'amuse à reconnaître ça et là renforcent le plaisir pour tout cinéphile lorsque l'on suit le film...
Un blu ray est sorti récemment mais même le DVD est tout à fait correct, je ne peux que vous encourager à vous procurer ce film immanquable, un pur plaisir de cinéphile et un grand moment de cinéma, la qualité est au rendez-vous et on aurait tort de louper "La nuit des généraux" !
PS : le film est tous publics, les meurtres des prostituées sont tous hors champ, à sa sortie "La nuit des généraux" n'a pas eu d'interdiction, à voir à partir de l'adolescence sans aucun problème !
Note : 10/10











Massacre dans le train fantôme de Tobe Hooper, 1981


MASSACRE DANS LE TRAIN FANTOME
de Tobe Hooper
1981
Etats unis
avec Elizabeth Berridge, Kevin Conway, Largo Woodruff, Wayne Doba, Cooper Huckabee
Slasher/film d'horreur
96 minutes
aka The funhouse
Maquillages de Rick Baker
Synopsis :
Etats unis, une ville de Floride, au début des années quatre-vingts...
Amy Harper, une adolescente de seize ans, doit sortir pour aller au cinéma avec son petit ami, Buzz Klemmett ; le petit frère d'Amy, Joey, est un gamin facétieux qui fait des farces à sa soeur, leurs parents semblent dépassés ; lorsque Klemmett klaxonne pour marquer son arrivée devant la maison, le père s'énerve ; finalement Amy part avec Buzz, mais pas pour aller au cinéma mais dans une fête foraine ! Joey s'échappe de la maison et part, lui aussi, à la fête foraine !
Amy retrouve une de ses amies Liz Duncan et son boy-friend, les jeunes gens s'amusent et découvrent les attractions de la foire...
Pour faire les petits malins, ils décident de se laisser enfermer dans le train-fantôme et d'y passer la nuit pour s'embrasser ; ils attendent que tout le monde soit parti et se positionnent à l'étage supérieur du train fantôme...
Lorsque la nuit tombe, les jeunes, à travers le plancher, vont découvrir l'horreur !
Un homme monstre handicapé étrangle une femme prostituée, il s'agit du fils du responsable du train fantôme ! les jeunes gens sont terrifiés, mais celà n'empêche pas le petit copain de Liz de descendre pour voler l'argent de l'homme monstre !
Tout va aller de Charybde en Scylla et Amy Harper, Buzz Klemmett, et Liz Duncan ne pourront empêcher la mort par pendaison du copain de Liz !
Un long cauchemar va avoir lieu...
Qui va survivre ?
La nuit va être longue et... sanglante !
Mon avis :
1981, on est en plein dans l'âge d'or du slasher, il fallait donc bien que Tobe Hooper mette son grain de sel dans le genre et soyons honnêtes, globalement "Massacre dans le train fantôme" est un film réussi, Hooper adopte une grande méthode dans la continuité de son intrigue et reste fidèle aux standards du genre de l'époque (l'entame est carrément un hommage au "Halloween" de Carpenter et aussi au "Psychose" de Hitchcock) ; les bases du slasher sont respectées à la lettre avec ces jeunes un peu couillons, proies idéales pour un tueur aux maquillages gratinés, Rick Baker s'est bien amusé et les quelques scènes gore sont vraiment bien foutues, mais il y a également de bonnes scènes de flippes appuyées par une musique efficace, plus value pour faire monter la terreur provoquée, aussi bien pour les protagonistes que pour le spectateur !
La "forme" est donc correcte mais le "fond" également ; Hooper distille une atmosphère qui y va crescendo et il insiste sur le côté de "l'enfermement" avec le piège, en effet le bâtiment est entièrement verrouillé et les jeunes victimes bloquées ; donc c'est un jeu du chat et de la souris et Tobe Hooper l'a bien compris, il exploite donc les scènes qui font sursauter avec un certain brio et multiplie l'intérêt que le spectateur, avide de séquences chocs, attend avec fébrilité...
Bien sûr, on est très loin de "Texas chainsaw massacre" mais "Massacre dans le train fantôme" demeure un film très sympathique, c'est un quasi huis clos nocturne qui tient bien la route, Hooper n'est pas un débutant et connaît les ficelles pour faire tourner la peur dans ses films...
Parfois un peu bourrin (le début, la fête foraine et ses attractions avant que les jeunes soient piégés), "Massacre dans le train fantôme" se laisse regarder sans difficultés et, sans être un classique, nous fait passer un bon moment...
Le thème de la foire et des forains est suffisamment original pour qu'on le souligne et le fait d'y incorporer un handicapé tueur monstre est un élément très efficace qui peut facilement être vecteur de trouille...
A voir au moins une fois, on a vu mieux mais on a vu très souvent pire !
Note : 7/10









mercredi 13 mai 2020

The torturer de Lamberto Bava, 2005


THE TORTURER
de Lamberto Bava
2005
Italie
avec Elena Bouryka, Carla Cassola, Maria Bianco Fafian, Simone Corrente, Emilio de Marchi
100 minutes
Slasher torture porn
Synopsis :
Une ville d'Italie, au milieu des années deux mille...
Ginette, un modèle souhaitant devenir actrice, passe une audition dans un ancien théâtre abandonné ; elle ne voit pas le régisseur de la salle lors de cette audition, un homme dans l'ombre lui donne les objectifs à fournir lors du casting ; la jeune femme est particulièrement sexy et n'hésite pas à dévoiler sa poitrine et à adopter des positions équivoques afin de satisfaire le responsable du casting...
Puis finalement, le régisseur se montre, il s'agit d'Alex, un jeune homme brun très séduisant ; ni une ni deux, il invite Ginette chez lui !
Après une nuit d'amour très brutale et qui semble plaire à Ginette, Alex l'invite dans la maison de sa mère, Carla, une vieille dame schizophrène...
Ginette n'a pas eu de nouvelles de sa meilleure amie et s'inquiète, ça fait deux semaines qu'elle n'a pas donné signe de vie !
D'autant que son amie devait, elle aussi, passer un casting pour un rôle dans le fameux théâtre !
On apprend également qu'Alex souffrirait d'un grave traumatisme qu'il a eu dans son enfance, sa mère l'enfermait d'un placard, depuis il ne supporte plus d'être enfermé et pique des crises de claustrophobie où il ne peut se contrôler et devenir extrêmement violent !
Alors que deux autres jeunes femmes se présentent à une nouvelle audition, Ginette finit par retrouver le cadavre de son amie disparue dans le jardin de la mère d'Alex !
Le corps a été atrocement mutilé comme s'il avait subi des séances de tortures !
Moscale, le producteur de l'audition et du film qui doit être tourné disparaît d'un coup alors que Ginette commence à avoir des doutes sur Alex...
Carla, la mère d'Alex, est victime de nouvelles crises de démence !
Ginette s'introduit en cachette chez Carla et Alex ; elle va découvrir une serre avec des restes de membres humains !
Une révélation finale va tout chambouler...
Mon avis :
Oulala c'est le foutoir complet ce film !
On a beaucoup de mal et de peine à le dire mais le pauvre Lamberto Bava s'est complètement planté avec "The torturer" !
Il semblerait qu'il ait voulu faire un torture porn, un peu comme les "Hostel" mais rien ne colle dans "The torturer", direct to DVD et filmé en vidéo, même le pire téléfilm de M6 passerait pour "Citizen Kane" à côté de ce film piteux et hyper mal branlé, indigne dans la filmographie de Lamberto Bava qui n'a jamais été un prodige certes, mais qui avait pondu des oeuvres très sympas comme "La maison de la terreur", "Délirium" ou les deux "Demons", ici il n'est que l'ombre de ce qu'il a été !
Il insiste comme un fou sur le voyeurisme avec des nanas certes hyper canons mais pas du tout dirigées correctement, une d'elle est le sosie de Laetitia Milot mais l'actrice de "Plus belle la vie" joue dix mille fois mieux qu'elle, c'est vous dire le naufrage !
Lamberto Bava est complètement paumé et se rabat sur du cuissage à outrance, comme s'il tentait de "sauver" son film et le rendre attrayant, mais la pilule ne passe pas du tout !
"The torturer" est une catastrophe et même les séquences de tortures sont bidons, les trucages/maquillages gore ne sont pas crédibles et il n'y a aucune ambiance dans le film !
Un gros problème de script à noter, on pourrait presque penser que la maison de la mère d'Alex est la même que le théâtre où a eu lieu le casting, le timing est particulièrement confus !
Quant au twist de fin, alors là laissez moi rire (je vous laisse découvrir la véritable identité du tueur) mais on n'y croit pas du tout ! mais alors pas du tout !
Celà fait peine à dire et constater mais il arrive un moment où il faut savoir s'arrêter, "The torturer" est le film de trop pour Lamberto Bava !
Même en étant le plus ouvert possible, on ne pourra que constater la Bérézina totale de "The torturer", seuls les érotomanes apprécieront sans doute les corps superbes des actrices, dévoilés sous toutes les coutures (elles n'ont pas froid aux yeux, c'est le moins que l'on puisse dire !), pour le reste, fuyez et passez votre chemin, il n'y a rien à sauver dans "The torturer" !
Ca fait toujours de la peine d'assister au déclin d'un grand réalisateur et personne n'y retrouvera ses petits avec "The torturer" !
Un film totalement raté de A à Z...
Note : 2/10








samedi 9 mai 2020

Le monde de Narnia, le lion, la sorcière blanche et l'armoire magique d'Andrew Adamson, 2005


LE MONDE DE NARNIA
LE LION, LA SORCIERE BLANCHE ET L'ARMOIRE MAGIQUE
2005
d'Andrew Adamson
Etats unis/Grande Bretagne
avec Georgie Henley, Skandar Keynes, William Moseley, Tilda Swinton, Anna Popplewell
Film fantastique pour enfants
143 minutes
Produit par Walt Disney pictures
budget : 180 000 000 dollars
recettes au box office mondial : 744 782 845 dollars
Synopsis :
Grande Bretagne, en plein milieu pendant la seconde guerre mondiale alors que les bombardements sur Londres font rage, des enfants, Lucy Pevensie, sa soeur Susan et leurs frères Edmund et Peter sont envoyés par leur mère dans une demeure victorienne afin d'y être en sécurité, il s'agit du manoir de Digory Kirke...
Lucy et Susan semblent turbulentes alors qu'une rivalité s'instaure entre les deux frères Edmund et Peter qui ne cessent de se chamailler...
Les consignes pour rester dans le manoir sont strictes, il ne faut pas courir et bien se tenir ; alors que les enfants décident de faire une partie de cache-cache, la plus petite, Lucy choisit de se cacher dans une grande armoire où se trouvent des manteaux...
Lucy ne le sait pas mais il s'agit d'une armoire magique et elle donne sur un monde merveilleux peuplé de minotaures...
Lucy rencontre un des minotaures qui l'emmène dans sa maison troglodyte, il lui explique que l'endroit est victime d'une malédiction , il y a la sorcière Jadis, la sorcière blanche qui règne sur le royaume de Narnia, elle souhaite conquérir la totalité de la contrée et régner en maîtresse !
Lucy parvient à retrouver son chemin et retrouve le manoir de Digory KIrke en passant de nouveau par l'armoire magique...
Elle prévient ses frères et sa soeur qui semblent incrédules ; cependant, et devant l'insistance de Lucy, ils partent tous les quatre via l'armoire magique dans le monde parallèle de Narnia...
Décidant de se séparer, c'est alors qu'Edmund tombe nez à nez avec la sorcière blanche !
Celle-ci lui propose des loukoums et semble être très gentille ; très vite, Edmund et ses frères et soeurs vont comprendre que c'est un piège !
Ils devront unir leurs forces et rencontrer des animaux fantastiques pour contrecarrer les desseins de la reine blanche...
Un combat sans merci se déclenche alors !
Mon avis :
Walt Disney pictures a sans doute voulu surfer sur le succès des trilogies "Seigneur des anneaux" et "Le hobbit" et la firme obtient le jackpot avec ce "Monde de Narnia", très sympathique mais qui s'adresse surtout à un public d'enfants...
Beaucoup de qualités tout de même avec des effets CGI lisibles, des décors magnifiques et une ribambelle d'acteurs crédible et pas insupportables et la Reine blanche, assez charismatique...
Les combats sont dantesques et très impressionnants et il est clair que l'histoire du "Monde de Narnia" fait rêver ; les animaux qui parlent sont touchants et on a droit à pas mal de scènes très spectaculaires, le jeune public fan du "Seigneur des anneaux" y trouvera son compte avec "Le monde de Narnia", Disney connaît le job et n'a plus rien à prouver en la matière, on prendra donc un grand plaisir au visionnage...
Andrew Adamson évite l'aspect mielleux et se concentre davantage à mettre en scène un postulat fascinant et parfaitement orchestré qui plaira au jeune public, un peu comme les "Harry Potter" également !
Aslan, le lion est un personnage iconique et parfois tout ce mélange animaux/Orcs/références multiples à "Lord of the rings" pourra décontenancer le cinéphile, le tout est un peu délirant mais finalement l'ensemble s'avère très plaisant...
"Le monde de Narnia" connaît deux suites car le premier film fut un immense succès, si vous avez des enfants de 6 ou 7 ans, vous pouvez tout à fait leur faire visionner le blu ray, personnellement mon petit neveu qui a 3 ans semble un peu trop jeune et il serait prématuré de lui montrer mais d'ici 3 ou 4 ans je lui ferai découvrir ce "Monde de Narnia", film idéal pour stimuler l'imagination chez les 6/7 ans...
Moins naïf qu'il n'y parait et qui contentera les fanatiques de cinéma de fantasy et d'aventures fantastiques gentillettes, "Le monde de Narnia" est sans doute l'exemple typique de ce qui se fait de mieux dans ce genre, accessible aux plus jeunes et sans prétention, il pourra ravir les cinéphiles car c'est une oeuvre référentielle à pas mal d'autres films que j'ai énumérés plus haut...
Finalement c'est pas si mal et ça donne envie de découvrir les  deux suites !
Note : 7/10









L'invasion des piranhas d'Antonio Margheriti, 1979


L'INVASION DES PIRANHAS
d'Antonio Margheriti
1979
Etats unis/Italie/Grande Bretagne/France
avec Lee Majors, James Franciscus, Margaux Hemingway, Marisa Berenson, Karen Black
Film d'aventures
101 minutes
aka Killer fish
Synopsis :
Sur une station balnéaire du Brésil, à la fin des années soixante-dix...
Lasky et Kate Neville font partie d'un commando dirigé par Paul Diller, ils doivent faire sauter une usine avec des explosifs puis s'introduire dans un bâtiment annexe à l'usine pour y dérober des émeraudes d'une valeur inestimable ; après, une fois leur forfait réussi, ils doivent cacher les émeraudes en les jetant à la mer dans un endroit infesté de piranhas et attendre trente jours avant de les récupérer, le temps que la police clôt l'affaire !
Pendant ce temps, la vie reprend pour les touristes dans l'hôtel de luxe de la station balnéaire, Gabrielle, un mannequin, se fait prendre en photo par Ollie, un photographe de mode ; Gabrielle aura une idylle avec Lasky...
Paul Diller simule à son épouse Kate Neville un risque d'infarctus, prétendant avoir des problèmes cardiaques...
Diller élève en fait des piranhas en cachette !
Les hommes de Lasky décident de le trahir et se rendent discrètement à l'endroit initial où les émeraudes avaient été jetées, pensant pouvoir plonger afin de les récupérer !
Les deux hommes sont dévorés atrocement par des piranhas !
Un ouragan gigantesque secoue alors la station balnéaire !
Lasky, Gabrielle, Ollie, Paul Diller, Kate Neville et Ann se trouvent sur une embarcation qui est sur le point de chavirer ; un hélicoptère de secours leur jette un canot pneumatique ; Ollie ne survivra pas, quant à Paul Diller, il pense pouvoir s'en sortir en embarquant les émeraudes avec lui !
Mais Lasky et Gabrielle ont établi un autre stratagème !
Et pendant ce temps là les piranhas vont se régaler !
Mon avis :
Antonio Margheriti est un réalisateur culte du cinéma bis, il a quasiment touché tous les genres, du film gothique où il excelle aux films d'horreur (le légendaire "Pulsions cannibales) mais aussi dans les films d'aventures ; ici cette "Invasion des piranhas" reste honnête dans son traitement même s'il s'apparente plus à de l'aventure qu'à de l'horreur pure ; Lee Majors ("L'homme qui valait trois milliards") a coproduit le film et se donne le beau rôle avec le personnage de Lasky, "L'invasion des piranhas" fleure bon et préfigure la multitude de films qui déferla au début des années quatre-vingts avec des réalisateurs comme Deodato ("SOS Concorde") ou Duccio Tessari ("Tex et le seigneur des abysses") ou même encore Sergio Martino ("Crimes au cimetière étrusque") et  aussi Lamberto Bava ("Apocalypse dans l'océan rouge")...
Avec "L'invasion des piranhas" on est moins dans la référence au film de  Joe Dante que dans la limite du nanar, il y a un élément incompréhensible dans le scénario, pourquoi donc balancer les émeraudes dans la mer infestée par les piranhas ?
Un argument débile indique qu'il faut attendre trente jours pour que la police classe l'affaire mais alors pourquoi se donner un mal fou et risquer sa vie en cambriolant l'usine si, au final, chacun  ne partage pas sa part du butin et s'enfuit ??
De plus, pour assister à la première attaque réelle des piranhas, il faut attendre cinquante minutes, c'est beaucoup trop tardif !
Il y a également énormément de parlotte et des situations incongrues (les nanas ont toutes le feu aux fesses), seul le père James Franciscus tire son épingle du jeu avec un rôle clef du film, Marisa Berenson semble être paumée et faire de la figuration, quant à Margaux Hemingway, Margheriti a tout misé sur le physique de l'actrice mais elle est sous employée !
Le passage avec l'ouragan redonne du nerf à l'intrigue du film qui commençait à tourner en rond et le dernier quart d'heure est, quant à lui, particulièrement efficace, là on ne peut l'enlever à Margheriti, il démontre son efficacité avec un grand brio et la mise en scène est appliquée, il aura juste fallu attendre une heure et quart !
Film mineur dans la carrière prolifique de Margheriti, "L'invasion des piranhas" est à réserver uniquement aux cinéphiles fans de bisseries ritales, le public lambda plus exigeant et moins ouvert s'ennuiera ferme, jusqu'au sursaut du dernier quart d'heure avec la fameuse attaque des piranhas, promise par le titre un peu mensonger...
Ceux qui s'attendent à du méga gore pourront également passer leur chemin, là c'est très pépère sur les scènes horrifiques...
"L'invasion des piranhas" est un film dispensable, il est préférable de revoir le Joe Dante ou même le remake réalisé par Alexandre Aja, mille fois plus fun !
Note : 4/10