Open Watching

Open Watching

samedi 28 mars 2015

LA HORSE de Pierre Granier Deferre, 1970

LA HORSE
de Pierre Granier Deferre
France
1970
avec Jean Gabin, Julien Guiomar, Christian Barbier, Danièle Ajoret, Orlane Paquin, Eléonore Hirt, Marc Porel, Pierre Dux
Polar hyper direct
musique de Serge Gainsbourg
77 minutes
Synopsis :
Messay, petit village du Calvados, début des années 70...
Auguste Maroilleur, un septuagénaire tient une exploitation agricole et pratique régulièrement la chasse dans les marais adjacents à sa ferme...
Par hasard, il découvre un sachet d'héroïne dans une cache, il détruit la drogue...
C'est en fait Henri, son petit fils barman, qui avait caché ce sachet...
Auguste l'isole sous une trappe afin qu'il ne soit pas repéré, après que ce dernier soit passé aux aveux...
Des truands commandés par Grutti arrivent sur les lieux et somment Auguste de leur restituer l'héroïne, il y en a pour deux millions de francs de marchandise à la revente !
Sous les menaces et les intimidations, Auguste abat l'un des voyous !
Le clan Grutti revient en force, détruit et saccage la maison d'Auguste, percute ses vaches avec une jeep et viole Véronique, sa petite fille...
Auguste met un poing d'honneur à ne pas alerter la police mais son hangar est brûlé !  
Mon avis :
Véritable témoignage d'un certain cinéma populaire hexagonal bien ancré dans son époque avec la figure emblématique qu'est Jean Gabin, "La horse" se suit avec délectation et empathie et l'on se prend immédiatement d'affection pour ce fermier bourru incarné avec fermeté et placidité par un Gabin au sommet de sa prestation artistique...
L'histoire n'est ni plus ni moins qu'un prétexte pour montrer à quel point un patriarche répond présent pour sauver et sauvegarder son écosystème et son patrimoine...
Et ça barde grave !
Lors d'échanges sémantiques savoureux, Gabin soit ne dit mot soit va direct à l'essentiel dans une orchestration ponctuée de gunfights détonants !
Gabin incarne l'autorité mais est aussi le garant de la sécurité, sécurité bafouée et remise en question par des hors la loi sans scrupules et ne reculant devant rien pour récupérer leur dû initial...
Ce qui nous vaut une séquence douteuse et proche de l'insoutenable avec des pauvres vaches percutées par une jeep lancée à pleine vitesse, j'ose espérer que cette scène a été truquée car la ligue de protection des animaux aurait de quoi s'offusquer devant une telle barbarie (à vérifier)...
Gabin ne fait aucun quartier et le dénouement parait improbable, ce qui fausse quelque peu la crédibilité du film (la voiture noyée est retrouvée, l'origine des truands identifiée et pourtant aucun coupable de leurs morts n'est désigné, bizarre !)...
Malgré tout, l'ensemble se suit très bien et la durée courte du film n'entache pas l'intérêt que le spectateur lui porte, pris dans une trame scénaristique efficiente et sans temps morts...
Un remake américain avec Mel Gibson est à l'état embryonnaire et devrait voir le jour prochainement...
Le DVD édition prestige restitue une image haute définition de qualité et s'avère indispensable pour tout fan de films français burnés des années 70...

Note : 9/10




dimanche 22 mars 2015

Les chiens de paille de Sam Peckinpah, 1971

LES CHIENS DE PAILLE
de Sam Peckinpah
Etats Unis/Angleterre
1971
aka Straw dogs
avec Dustin Hoffman, Susan George, Peter Vaughan, T.P. MacKenna, Del Henney, David Warner
Drame/Etude de moeurs
115 minutes
Synopsis :
Cornouailles, début des années 70...
David Sumner, un mathématicien érudit venu des Etats Unis vient vivre avec sa femme, Amy, une superbe blonde, dans une bâtisse isolée, il entreprend de faire des recherches poussées, mandaté par le gouvernement américain...
Arrivée en centre ville, Amy fait la connaissance de Janice, la fille de Tom Hedden, les deux jeunes femmes affolent sévèrement la libido des habitants masculins par des tenues ultra provocantes et n'hésitent pas à exhiber leurs attributs féminins devant un parterre médusé dont Henry Niles, un simplet condamné précédemment pour attentat à la pudeur...
Mécontent des ouvriers qui devaient réparer le toit de sa ferme, David les congédie sans savoir que deux d'entre eux ont violé sa femme alors qu'il était parti à la chasse...
Lors d'une soirée en ville, Janice force Henry Niles à la raccompagner chez elle, elle l'embrasse...
Son inconscience totale lui coûtera la vie !
Niles, après son forfait est renversé par la voiture de David et Amy, ses derniers le recueillent blessé chez eux...
Bientôt, les villageois devenus fous, menés par Tom Hedden, assiègent la maison de David, prêts à tout pour appliquer la justice eux mêmes manu militari...
John Scott, le commissaire, arrivé sur les lieux pour les raisonner, est abattu !
Jusqu'à présent pacifiste et anti violent, David va se muter en une bête sanguinaire et annihiler un par un ses assaillants !
Mon avis :
Film polémique à sa sortie et faisant partie du trio de tête des films "ultraviolents" du début des années 70 avec "Délivrance" de John Boorman et "Orange mécanique" de Stanley Kubrick, longtemps tronqué par la censure de l'époque, "Les chiens de paille" se veut une "exploration" de la violence dixit Peckinpah qui n'y est pas allé avec le dos de la cuillère...
La dernière demie heure part complètement en live alors que l'entame du film se voulait plutôt relax, chronique de moeurs exotique d'une certaine Angleterre, pas toujours rassurante, notamment avec la peinture d'une bourgade classique emplie de gens alcooliques et refoulés...
C'est là que tout le talent de Peckinpah se déploie et prend sa forme, le réalisateur se servant de leviers pour amplifier l'effroyable, à partir de la scène du viol...
Les flashs minutés lors des visions de Susan George mettent immédiatement mal à l'aise et dès lors, la violence peut entamer son chemin crescendo dans une amplification paroxystique qui s'articule entre l'aspect bestial, l'instinct de préserver sa vie et le catharsis éthylique...
Dustin Hoffman est incroyable, sidérant dans son jeu et explose littéralement comme une souris devenu tigre, comme un homme devenu fauve !
Susan George représente la féminité bafouée, souillée et elle enfouit son traumatisme dans un comportement mutique qui a divisé le public à la sortie du film, les uns argumentant qu'elle cautionnait son viol sur des non dits qui pourront paraître non crédibles par rapport à l'histoire mais tel était ce que Peckinpah avait voulu...
La mise en scène est d'une rigueur imparable malgré des conditions de tournage exécrables au niveau relationnel, Peckinpah souffrant de pneumonie et buvant énormément, mais le professionnalisme des comédiens rehausse la tension qui devait régner...
Le titre étrange du métrage "Chiens de paille" est issu d'une maxime de Lao Tseu et le crépuscule n'est pas loin, enveloppant l'écran lors d'un final fracassant où Hoffman s'engouffre dans les ténèbres, un peu comme s'il fuyait les portes de l'enfer auxquelles il venait d'échapper...
Film d'une sauvagerie hors normes mais en même temps véritable leçon de cinéma, "Les chiens de paille" est un classique et, malgré son côté extrême, se doit d'être visionné pour comprendre l'expression de la violence au septième art...
Rugueux, atypique et magistral, un chef d'oeuvre !

Note : 10/10






samedi 14 mars 2015

MAN OF STEEL de Zack Snyder, 2013

MAN OF STEEL
de Zack Snyder
Etats Unis
2013
avec Kevin Costner, Diane Lane, Lawrence Fishburne, Russell Crowe, Henry Cavill, Amy Adams, Michael Shannon, Antje Traue
Fantastique
143 minutes
Produit par Legendary Pictures et Christopher Nolan
Budget : 225 millions de dollars
Recettes mondiales : 668 millions de dollars
Synopsis :
Planète Krypton, aux confins d'une galaxie lointaine, Jor El et sa femme Lara donnent naissance à leur fils Kal El...
Krypton est sur le point d'être anéantie face à de gigantesques boules de feu et subissant des guerres internes commanditées par l'infâme général Zod, bien décidé à conquérir le pouvoir et ayant décimé les membres de l'assemblée qui régit Krypton...
Le Codex est une entité de forme crânienne qui peut conserver la racine de la vie sur Krypton et Jor El, sur une décision in extremis, parvient à envoyer hors de la planète Kal El, celui ci étant doté du Codex...
Son vaisseau atterrit en plein Kansas chez un couple de fermiers, Jonathan et Martha Kent, qui vont le recueillir et l'élever...
Devenu adolescent, Clark Kent se rend compte qu'il est doué de pouvoirs hors du commun qu'il va mettre à bon escient pour sauver des vies humaines, notamment lors de catastrophes...
Sa force surhumaine le rend invincible et les médias s'intéressent à lui, notamment Lois Lane, une journaliste qui enquête sur lui...
Perry White, patron du journal décide de la sanctionner mais très vite, des événements incroyables vont bouleverser l'humanité, des hologrammes du père de Kal El/Clark Kent ainsi que du général Zod parviennent sur la Terre et provoquent des cataclysmes en pleine ville...
Superman semble être l'ultime recours pour sauver et préserver la race humaine et mettra à contribution ses super pouvoirs pour contrecarrer les avancées de Zod...
La tâche sera très risquée...
Mon avis :
Configuré à doses égales aussi bien sur l'émotionnel que sur le spectaculaire, "Man of steel" gomme la matrice instaurée par le tandem Lester/Donner dans les années 70/80 pour moderniser un mythe du film de super héros et le moins que l'on puisse dire c'est que Snyder a réussi cette audacieuse gageure, aidé par une collaboration avec Christopher Nolan, il parvient à nous faire admettre SA vision et sa version de Superman...
Surtout axé sur l'enfance du super héros, Snyder s'intéresse davantage à l'aspect fraternel de Kent (la relation avec son père décédé dans des conditions tragiques, son caractère altruiste et bienveillant) et aux événements tangents lorsqu'il sauve de la noyade ses camarades de classe ou quand il défend la serveuse lors d'une altercation avec un client alcoolisé...
Une fois de plus, comme dans toute production Legendary, les effets spéciaux sont mis à l'honneur et exultent littéralement le métrage, faisant la part belle à des séquences incroyables et excellemment orchestrées via une maîtrise technique imparable et aisément décodable...
Il règne une ambiance de surpuissance et de danger par le biais d'une fin du monde probable, ce qui augmente le rôle vectoriel de Kent, le rendant nerf central du film et seul recours à tous les problèmes rencontrés, à toutes les difficultés qui jaillissent comme le feu d'un volcan ou les explosions qui déchirent le ciel...
Les antagonismes fonctionnent à plein régime avec un côté certes manichéen mais moins grossier qu'à l'accoutumée (il y a toujours le bien et le mal, les "méchants" et les "gentils" mais un scénario habile et efficient fait tout passer au spectateur sans qu'il n'y distingue la moindre esbroufe) et le schéma original du personnage de Superman et l'aura qu'il dégage tiennent parfaitement la route...
Cette adaptation est vraiment réussie et ravira les fans de films de super héros mais également les aficionados du film fantastique, Snyder possède le talent nécessaire et avec les métrages à son compteur ("L'armée des morts", "Sucker Punch", "Watchmen"...) avait de la bouteille pour effectuer un rendu efficace tout en conservant intact l'aspect humain et émotionnel d'un mythe dont il fallait redorer le blason...
C'est désormais chose faite...
Une suite est à prévoir en 2016 avec une confrontation cette fois ci avec Batman...
On en salive d'avance !

Note : 8.5/10






lundi 9 mars 2015

GODZILLA de Gareth Edwards, 2014

GODZILLA
de Gareth Edwards
Etats Unis/Japon
2014
avec Juliette Binoche, Aaron Taylor Johnson, Bryan Cranston, Elizabeth Olsen, Ken Watanabe,
Blockbuster SF
123 minutes
Budget : 215 millions de dollars
Synopsis :
Philippines, 1999...
Joseph Brody, un éminent responsable d'un centre de recherches nucléaires perd sa femme, Sandra, lors d'une fuite toxique d'une centrale...
Une dizaine d'années plus tard, son fils Ford, un membre des US Navy vit avec sa femme Elle, une jeune infirmière...
Pour comprendre le mystère qui plane sur le décès de son épouse, Joseph demande à Ford de l'accompagner sur les lieux de la catastrophe passée, ils prennent d'énormes risques car le périmètre est sécurisé, surveillé et interdit à quiconque...
Le docteur Serizawa accompagne Joseph dans sa recherche, mais quelque chose de bien plus insoupçonné va tout bouleverser !
La faille sismique d'une mine réanime un monstre issu des essais militaires  lors de la seconde guerre mondiale entre la Russie et les Etats Unis !
Appelé "Godzilla", le monstre réapparaît et sème la panique au sein de la population !
Impuissant, Ford assiste à des dévastations et veut sauver son épouse et leur enfant, il est loin d'eux !
Deux autres monstres appelés les MUTO apparaissent également, compliquant la tâche et impossibles à stopper  !
Mon avis :
Un budget colossal et des moyens techniques énormes ont été nécessaires pour accoucher de cette énième mouture du monstre japonais et le moins que l'on puisse dire c'est que le résultat, à défaut d'être exceptionnel, s'avère tout de même convaincant, bénéficiant de somptueuses séquences et d'un rythme soutenu dans le déroulement scénaristique...
Seul bémol (et il est de taille) on voit très peu Godzilla mais il est cette fois ci accompagné de deux autres monstres comparses, ce qui renforce l'aspect spectaculaire de scènes où les responsables des FX se sont lâchés royalement !
La catastrophe de Fukushima et les différents tsunamis qui ont touché la planète récemment sont passés par là et le réalisateur fait la part belle à de surpuissants moments de bravoure qu'il est impératif de visionner en blu ray pour un rendu accentué au niveau des performances graphiques (le passage du saut en parachute est extraordinaire, tout comme la séquence du pont avec les bus scolaires)...
Face à ce déferlement d'effets spéciaux, nul ne pourra rester de marbre et on s'en prend plein les mirettes, galvanisés comme des enfants sur le grand huit d'une fête foraine, émerveillement se conjugue avec émotion et stupeur...
Malgré une interprétation fade et sans le moindre relief de la part des comédiens (Juliette Binoche dure dix minutes), il faut savoir passer outre : nous ne sommes pas dans un film d'auteur mais bel et bien dans un blockbuster bourré d'énergie et dévastant tout sur son passage, donc prenons le de cette façon, appréhendons le film avec ses limites...
Un bon moment de cinéma hypra spectaculaire et revigorant par sa tonicité et son sens de l'action et du suspense...
Si vous aimez Jurassic Park, Pacific Rim et Battleship, foncez !
Ce Godzilla est calibré pour vous donner le plus grand plaisir, vous auriez tort de le bouder !

Note : 7.5/10






dimanche 8 mars 2015

DISTRICT 9 de Neill Blomkamp, 2009

DISTRICT 9
de Neill Blomkamp
Etats Unis/Afrique du sud
2009
avec Sharito Copley, Jason Cope, David James, Nathalie Bollt, Vanessa Haywood
Science fiction
113 minutes
Budget : 30 millions de dollars
Produit par Peter Jackson
Synopsis :
Johannesbourg, entre 1982 et 2010...
Un gigantesque vaisseau spatial a perdu sa route et a échoué dans le ciel de la ville...
Les aliens "rescapés", surnommés grossièrement les crevettes, sont parqués dans des bidonvilles d'une zone appelée le "district 9"...
Wikus Van de Merwe, un cadre de la MNU (multi national united) , une autorité qui veut détourner les armes de destruction massive des extraterrestres, est dépêché sur place pour expulser les aliens, devenus trop envahissants pour la population...
Lors d'un raid punitif, il ingère un fluide noir...
De retour à son domicile où sa femme Tania lui a préparé une fête pour sa promotion, Wikus devient malade !
Il est atteint par une forme de virus et un alien "pousse" en lui...
La MNU doit tout faire pour le neutraliser et l'éliminer...
Evadé de l'hôpital, Wikus trouve refuge dans le district 9...
Mon avis :
Parabole sur l'immigration, la ségrégation et le racisme, "District 9" est un film de science fiction très original, qui sort des sentiers battus et dont l'action se déroule en Afrique du sud, ce qui rend son environnement improbable et singulièrement différent des codes hollywoodiens habituels...
Le personnage de Wikus, tour à tour antipathique et pathétique puis épique et  soudainement sympathique, est le pilier d'une intrigue humaniste et fédératrice, on peut y voir un transfert avec les problèmes d'intégration et la difficulté à gérer celle ci de nos jours pour les politiques contemporaines et Blomkamp se sert habilement de ce levier pour appuyer son histoire...
N'oubliant pas également d'être un film d'action, "District 9" ravira aussi bien les fans de fusillades et de pure science fiction que ceux qui s'intéressent au sens d'un scénario qui sort de l'aspect bourrin et qui fait part à la réflexion...
L'issue est même poétique et l'ensemble se suit de façon soutenue et bluffante, à grands renforts d'effets spéciaux pour une fois lisibles et savamment orchestrés, la patte de Peter Jackson (ici producteur) se ressent également dans des séquences axées sur la dérision et l'excès, mais toujours intelligemment mises en forme...
"District 9" se distingue par un côté iconoclaste mais jamais donneur de leçon et dans l'ensemble il demeure sympathique et nullement effrayant, on passe un excellent moment dans ce film tous publics au discours à la frontière politiquement correct/politiquement incorrect...
Dôté d'immenses qualités pour un premier métrage, "District 9" est à voir pour son aspect rafraîchissant et humanisé, ne se prenant jamais au sérieux, il fait figure de petit bijou dans le panorama du blockbuster SF des années 2010 et mérite toute l'attention aussi bien des geeks purs et durs que du public traditionnel friand d'entertainment...
Une réussite !

Note : 9/10







samedi 7 mars 2015

DREAM THEATER, Blu ray live in Boston (breaking the 4th wall)

DREAM THEATER
Breaking the fourth wall
Live in Boston
de Pierre et François Lamoureux (production et réalisation)
2014
avec James LaBrie (chant), John Petrucci (guitares), John Myung (basse), Mike Mangini (batterie) et Jordan Rudess (claviers)
"Breaking the fourth wall" est à ce jour le meilleur concert jamais enregistré par Dream Theater, jamais autant d'intensité et de précision n'avaient été ainsi déployées pour un concert du groupe qu'ici, tout y est magistral, imparable et a nécessité un travail en amont et une précision de préparation qui atteignent la perfection...
Filmé de main de maître, le concert démarre de façon prodigieuse avec le terrible "The enemy inside" -chanson hommage aux vétérans de la guerre en Irak- et s'achève avec une redite de quatre segments de Metropolis 2, se clôturant dans l'apothéose avec la participation de l'orchestre de Berklee sur Finally free...
Mais le morceau qui touche le plus avec orchestre symphonique est incontestablement "Illumination Theory" de 19 minutes 25 secondes où la jouissance absolue est atteinte avec un double solo claviers portatifs/guitare comme si Jordan Rudess et John Petrucci s'affrontaient en duellistes, poussant encore plus loin dans la recherche musicale du plaisir sonique total !
Eren Basbug, le chef de l'orchestre symphonique, appuyé par une soixantaine de musiciens et de choristes, arrive aisément à transcender le "son Dream Theater" grâce à des violonistes, des contrebassistes ou des flûtistes entraînés et surdoués lors d'un passage anthologique à tirer les larmes, rarement autant d'émotion n'aura été palpable pour un concert sur la scène métal...
Irréprochable au niveau de la technique et des lights, "Breaking the fourth wall" peut se suivre d'une traite tant tout y est maîtrisé et agréable à l'écoute...
Rudess, Petrucci, LaBrie, Myung et Mangini n'ont désormais plus rien à prouver et atteignent le sommet de leur art, la quintessence de leur style, forgés depuis des années...
"The shattered fortress", morceau de 12 minutes 45 secondes est monstrueux et Dream Theater, en bon artisan du Metal, envoie comme un mastodonte, déployant une énergie et une vitalité qui forcent l'admiration, on est bluffés !
Tout fan de métal progressif se doit de se procurer ce sublime blu ray, scindé en trois parties (deux actes et un rappel) et gravant à jamais de son empreinte les prestations scéniques explorées dans le genre...
Un monument de plaisir pour les oreilles et les yeux qui restera dans les annales !

Dédicacé à Daniel