Open Watching

Open Watching

dimanche 31 janvier 2016

SANJURO d'Akira Kurosawa, 1962

SANJURO
d’Akira Kurosawa
1962
Japon
avec Toshiro Mifune, Tatsuya Nakadai, Takashi Shimura, Yuzo Kayama, Keiju Kobayashi
Film d’aventures
96 minutes
Sorti en DVD chez Arte vidéo
Synopsis :
Une province du Japon, du temps des samouraïs…
Sanjuro Tsubaki est un ronin sans domicile fixe qui erre de droite à gauche sans but précis, sa condition fait de lui un guerrier malin et aguerri, d’une grande intelligence pratique qui lui permet de déjouer tous les pièges qui se tendent à lui…
Neuf jeunes samouraïs inexpérimentés ont commis l’erreur de dénoncer le chambellan de la bourgade où ils vivent et, ayant des regrets, ils cherchent à le faire réhabiliter et veulent le délivrer par tous les moyens…
Lors d’une logorrhée dans leur demeure, Sanjuro s’est introduit et a tout entendu, il les informe de la dangerosité de leurs desseins et leur propose d’apporter une contribution dans la logistique de la préparation de leur plan ; une centaine de guerriers adverses déboule in extremis !
Sanjuro a juste le temps de cacher les neuf samouraïs et chasse les guerriers belligérants un par un…
Contraints d’accepter l’offre de Sanjuro, les samouraïs vont tout faire pour libérer Kuiki, le chambellan, la tâche sera rude et les combats dantesques, d’autant que la naïveté des guerriers ne fera pas honneur à Sanjuro, souvent contraint d’improviser pour sauver les meubles…
Mon avis :
« Sanjuro » est un régal, un film qui intègre des éléments novateurs aux films de samouraïs et inhabituels dans le style d’Akira Kurosawa, ce dernier intégrant des éléments satiriques dans le métrage (les guerriers hilares, le côté « poltron » des neuf samouraïs, la gouaille du personnage bourru que représente Sanjuro –magnifiquement interprété par Toshiro Mifune-)…
Comme d’habitude chez Kurosawa, la technique est parfaite dans « Sanjuro », les cadrages splendides et la chorégraphie des combats sans aucune faille (le plan « gore » du final est à couper le souffle, il préfigure la décapitation de « Ran » tourné vingt- trois ans plus tard !), Kurosawa utilise habilement les silences comme les éclairs de violence foudroyante pour doper un film déjà bien tonique où le mouvement est perpétuel et incessant…
Petit cousin des « Sept samouraïs » du même auteur, « Sanjuro » bénéficie toujours de la même rigueur, du même peaufinement et de la même application qu’a Kurosawa lorsqu’il réalise une œuvre, un travail énorme est effectué dans la mise en scène, que ce soit dans le fond ou dans la forme, à aucun moment Kurosawa ne relâche son attention et le film, linéaire, se fixe dans la rétine du spectateur, même la musique permet d’effectuer l’immersion dans le film de manière quasi instantanée (les dialogues laissent place à l’action au bout de quelques minutes, « Sanjuro » est déconcertant par sa modernité !)…
Il existe peu de réalisateurs dans le monde du septième art qui possèdent une grâce qualitative qui ne faiblit jamais dans chacun de leurs films, Kurosawa en fait indéniablement partie…
Sanjuro décline un côté patriarcal intéressant, qui développe sa personnalité, le faisant à la fois touchant et irascible (les engueulades sont légions vis-à-vis des jeunes samouraïs mais c’est pour leur bien –avant tout pour sauver leurs peaux !-)…
L’aspect de la corruption politique sert de prétexte à un déluge de scènes de combat, thématique chère à Kurosawa que l’on retrouvera dans ses films récents (« Kagemusha », notamment, qui reprend un peu la même trame)…
Film assez rare et méconnu du grand public, « Sanjuro » se suit avec le plus grand plaisir et la plus grande attention et s’avère au final, un pur régal, embryon du film estampillé « samouraï », Kurosawa montre déjà son immense talent et nous propose son chef d’œuvre avec une sincérité immuable…
A voir absolument !
Note : 10/10

Merci à Pierre à qui je dédicace cette critique





samedi 30 janvier 2016

LUCY de Luc Besson, 2014

LUCY
de Luc Besson
2014
France
avec Scarlett Johansson, Morgan Freeman, Choi Min sik, Amr Waked, Analeigh Tipton
Fantastique
Musique d’Eric Serra
82 minutes
Budget : 40 000 000 dollars
Recettes mondiales : 459 000 000 dollars
Synopsis :
Tai Pei, ville de Taiwan, 2014…
Lucy Miller, une très jolie blonde étudiante de vingt cinq ans se voit proposer un deal par une de ses connaissances, Richard, un trafiquant aux méthodes plus que louches, il la somme de transmettre une valise noire à Monsieur Jang, qui se trouve dans un hôtel…
D’abord refusant, Lucy est forcée par Richard de rentrer dans le hall de l’hôtel, dès qu’elle dévoile qu’elle a été missionnée par ce dernier, Richard est abattu et Lucy séquestrée…
Il s’agit en fait de la mafia coréenne qui espère faire transiter une drogue surpuissante, le CPH 4 de Taiwan jusqu’en Europe, via le ventre de personnes kidnappées (dont Lucy)…
Le CPH 4 a pour effet immédiat de décupler les capacités du cerveau à raisonner les choses…  Le professeur Norman, un éminent professeur d’université, travaille sur ce phénomène…
Parvenant à s’enfuir, Lucy retrouve son amie Caroline et, par le biais d’internet, prend contact avec Norman…
Les hommes de main de Jang veulent la peau de Lucy, celle-ci contacte Pierre del Rio, un commissaire français, et lui indique tous les éléments nécessaires pour contrer les coréens…
Arrivée à Paris pour rencontrer le professeur Norman, Lucy est prise à partie dans une immense fusillade !  
Mon avis :
Depuis un peu plus d’une décennie, Luc Besson régresse à vue d’œil, par contre il engraisse son porte- monnaie via sa société de production EuropaCorp, ici, avec « Lucy » le pompon de la bêtise est atteint !ça démarre à fond les gamelles puis le film se perd dans un galimatias bourré d’imbroglios qui font peine à voir, on est vraiment pris pour des cons (il faut appeler un chat un chat !)…
« Lucy » ce n’est pas du cinéma, c’est un immense portnawak pour ados prépubères avec une insouciance scénaristique qui accumule les erreurs dans un déluge de connerie monumentale, Besson caricature d’une façon grossière les codes de la science fiction et se réclame même (il ne doute de rien !) de « 2001, odyssée de l’espace »…
Ses stock shots incessants font passer ceux de Mattei pour « Hell of living dead » pour « Citizen Kane », Morgan Freeman est embarqué dans une histoire ruinée d’avance, on a l’impression qu’il se fait chier et se demande pourquoi il a atterri là, dans cette publicité sur pellicule pour Samsung (la marque est citée trois fois !)…
L’acteur qui joue le commissaire del Rio est doublé par la voix de Jack Bauer pour faire « flic burné » mais la mayonnaise ne prend pas du tout et a un gout rance…
Ceux qui ont du mal pour faire leurs comptes apprendront que mille dollars divisés par deux, ça fait cinq cents dollars chacun (sic) et bien sûr on peut rentrer dans n’importe quel hôpital avec un flingue brandi…
Les seconds rôles ont un langage « djeunz » qui chlingue à dix kilomètres à la ronde, c’est du cinoche Mac do mais personne n’y trouvera son compte (encore moins ceux qui sont de vrais cinéphiles), tout est bâclé et même les SFX sont hideux (le final avec la vague noire et la clef USB)…
« Lucy » est une arnaque complète, une escroquerie à grande échelle orchestrée par TF1, en plus le film ne dure qu’en fait une heure dix- huit minutes, Besson ayant blindé son générique de fin, bref à oublier au plus vite, d’ailleurs il ne pourrait en être autrement, tant sa vacuité est abyssale !
Même pas doté du moindre humour, « Lucy » aligne le carnet de commandes des spectateurs réclamant de l’action et des fusillades (entre parenthèses, Besson pompe allègrement et sans la moindre honte « Matrix » dans la séquence du couloir avec les coréens en costards !) mais ne se préoccupe à aucun moment de donner le moindre relief à ses personnages…
Machine à fric en toute impunité, « Lucy » est une purge, indigne pour Scarlett Johansson et déplorable, mais ça rapporte, donc continuons !
Catastrophique…

Note : 1/10






dimanche 24 janvier 2016

PAYBACK de Brian Helgeland, 1999

PAYBACK
de Brian Helgeland
1999
Etats-Unis
avec Mel Gibson, Maria Bello, Kris Kristofferson, Lucy Liu, Gregg Henry, David Paylmer, Deborah Kara Unger, James Coburn, William Devane, Bill Duke
Polar
97 minutes
Budget : 50 000 000 dollars
Box office mondial : environ 161 000 000 dollars
Prix du public au festival de Cognac en 1999
Synopsis :
Chicago, fin des années quatre vingt dix…
Porter, un malfrat qui travaille à son compte retrouve sa femme, Lynn, une toxicomane addicte à l’héroïne, après une transaction qui tourne mal, Val Resnick, un gangster de la pire espèce, tue de plusieurs balles Porter…
Porter parvient à survivre et au bout de cinq mois, il retrouve la trace de Resnick, ce dernier travaillant pour une organisation mafieuse de grande ampleur…
Bien décidé à récupérer sa part du butin (soixante dix mille dollars), Porter fait appel à Rosie, une prostituée ancienne de ses protégées, qui va monter un coup pour piéger Resnick…
Suite à un bain de sang, Porter a bientôt la mafia chinoise et tous les pontes de réseaux mafieux à ses trousses !
Il va devoir utiliser son intelligence et sa hargne pour piéger tous les belligérants qui n’ont qu’une seule idée en tête : l’abattre…
Mon avis :
« Payback » est exactement le genre de films taillé et fabriqué exprès pour mettre en valeur un acteur icône du genre policier, par conséquent le personnage de Porter colle totalement à la peau de Mel Gibson, il est taillé pour le rôle et, n’ayant plus rien à prouver eu égard à sa carrière et ses précédents films, il n’a aucun mal à se fondre dans le rôle, il s’y imprime instantanément, c’est sa prestance qui fait la grâce de sa prestation…
On se régale littéralement dans ce polar burné et testostéroné à maxima et on ne s’ennuie pas, grâce à un scénario appliqué et malin et des seconds rôles gouleyants (mentions spéciales à Lucy Liu et Kris Kristofferson) qui électrisent le métrage, déjà bien chargé par le personnage de Porter…
Dans le film, il y a à la fois une nonchalance et un danger omniprésent que Gibson, par son aura, semble occulter, il n’a peur de RIEN ni de PERSONNE face aux pires ordures de la pègre de Chicago et parvient avec une aisance folle à arriver au bout de ce qu’il veut, bénéficiant d’une chance énorme et d’un timing qui se goupille toujours en sa faveur, bluffant tout le monde, à commencer par le spectateur…
On est pris dans une spirale violente et jubilatoire, ponctuée de séquences cocasses et l’aspect manichéen fonctionne à plein régime, les salauds payent très cher (au sens propre comme au figuré) et le héros Mel Gibson finit par obtenir son dû, fut- ce au prix de fusillades voire même de tortures, dans une ambiance trashy et extrême (le film est interdit aux moins de seize ans)…
Sincèrement hors normes dans le panorama des polars d’outre Atlantique de la fin des années quatre vingt dix, « Payback », outre son aspect hyper couillu, est un exemple parfait du film policier adulte et pour adultes, et n’est jamais puéril ou aseptisé, le rythme ne faiblit jamais, « Payback » se suit en roue libre et avec le plus grand des plaisirs…
On se délecte avec une histoire menée à deux cents à l’heure et tout défile naturellement, l’ambiance du film semble facilitée par Mel Gibson, qui apporte tout au film, mettant des torgnoles à toutes les têtes à claques qui le provoquent et dézinguant tous ceux qui refuseront de lui rendre sa somme d’argent, dans une atmosphère jouissive et particulièrement enjouée !
Très bon polar qui passe comme une lettre à la poste et que je vous recommande vivement…

Note : 9/10






samedi 23 janvier 2016

White god de Kornel Mundruczo, 2014

WHITE GOD
de Kornel Mundruczo
2014
Hongrie/Allemagne/Suède
avec Kornel Mundruczo, Zsofia Psotta, Sandor Zsoter, Lili Horvath, Szabolcs Turoczy
Fable animalière
Grand prix Festival de Cannes catégorie « Un certain regard » en 2014
119 minutes
Edité en DVD chez Pyramide films
Synopsis :
Budapest, années deux mille dix…
Lili, une adolescente, vit avec son chien Hagen, un gentil animal croisé et donc « bâtard », elle fait partie d’un orchestre symphonique, et son père l’a en garde pour quelques mois…
Une loi gouvernementale impose le rassemblement des chiens qui ne sont pas de race dans des fourrières…
Balancé par une voisine délatrice, le père de Lili reçoit la visite d’un officier de police qui le somme de restituer l’animal aux services vétérinaires en vue d’une probable euthanasie, il a quelques heures pour obtempérer !
Le père embarque le chien et Lili et prend la route, il abandonne Hagen sur une voie rapide…
Lili, folle de douleur, fugue à plusieurs reprises du domicile de son père et part chercher Hagen…
L’animal est pris sous la houlette d’un SDF puis vendu pour des trafics de combats de chien…
Formé et forcé par un homme sans scrupules, il devient vite une machine de guerre…
Bientôt, les animaux d’un chenil s’évadent de leurs enclos et se déploient en pleine ville, semant un foutoir indescriptible…
Lili va retrouver son Hagen et semblera être l’ultime issue pour contrôler la folie furieuse des chiens…
Mon avis :
Film qui démarre sur les chapeaux de roues, « White god » nous met directement dans une ambiance fantasmagorique via une entame fracassante, on sait que l’on va assister à un film viscéral et sincère, par le biais de tous ces chiens qui envahissent les rues d’une métropole quasi déserte avec comme unique repère la fillette Lili sur sa bicyclette, semblant être le vecteur de tout ce magnifique spectacle…
Mundruczo peut dès lors nous conter son histoire, sa fable, celle d’un humain devenu sans cœur face à ces innocents animaux damnés et condamnés à une mort certaine, l’originalité du scénario est d’autant plus bluffante qu’à aucun moment on ne prend de parti pris pour les hommes mais où l’on a plus d’empathie et de sympathie pour tous ces chiens, alors que paradoxalement ils sont montrés comme un « danger »…
Magnifiquement réalisé, « White god » est un film uppercut qui saisit le cœur du spectateur et où l’on ne retombe qu’au final, plaqué au sol, exactement comme Lili et les chiens…
Le jeu des acteurs est sidérant et authentique et la petite Zsofia Psotta prend à bras le corps son personnage, elle raisonne avec justesse, comme une adulte et fait preuve d’une opiniâtreté et d’un courage hors normes, elle est une RESISTANTE face à l’oppression délirante imposée contre ses chiens qui ne demandent rien d’autre que de donner de l’amour à leurs maitres ou maitresses…
La cruauté des combats est toutefois montrée de façon relativement pudique afin de ne pas trop choquer (Mundruczo a eu l’idée de faire « White god » en étant témoin de la souffrance d’un chien reclus dans une cage), la technique des séquences de masses de chiens qui déferlent est réaliste et sans le moindre CGI, chapeau aux dresseurs et à l’organisation mise en œuvre !
« White god » est une œuvre électrisante, d’une originalité inouïe, on est scotchés et il faut plusieurs bonnes minutes pour s’en remettre, le pari est réussi au-delà de toutes les espérances…
Cadré à merveille (la scène du pont sur le Danube, les plans nocturnes, Hagen qui traverse la route au beau milieu des véhicules), « White god » est une gifle aussi bien graphique (la forme) que dans le discours qu’elle propose (le fond)…
Rarement un film animalier n’a dégagé autant d’intensité sur le plan de l’action et de l’articulation homme/animal…
On est presqu’à la frontière du film fantastique !
Film d’auteur mais accessible à tous les publics, « White god » est un chef d’œuvre, sublime et majestueux et si vous avez un animal de compagnie, le côté dramatique et lacrymal sera encore plus amplifié, vous serez imprégné par le regard de ces chiens…
Bouleversant…

Note : 10/10






dimanche 17 janvier 2016

Blanches colombes et vilains messieurs de Joseph L. Mankiewicz, 1955

BLANCHES COLOMBES ET VILAINS MESSIEURS
de Joseph L. Mankiewicz
1955
aka Guys and dolls
Avec Marlon Brando, Frank Sinatra, Jean Simmons, Vivian Blaine, Stubby Kaye, Robert Keith
Comédie musicale
152 minutes
Synopsis :
Etats-Unis, milieu des années cinquante…
Sky Masterson et Nathan Detroit sont deux hommes qui parient sans arrêt, ils empochent souvent de grosses sommes d’argent lors de jeux de dés et font une « compétition » à qui gagnera le plus souvent les mises qu’il aura mis sur la table…
Une missionnaire de l’armée du salut, Sarah Brown, tape dans l’œil de Sky, qui lui fait rapidement des avances, alors que Miss Adelaïde, une danseuse meneuse de revue souhaite épouser Nathan, du fait que leur relation a débuté depuis quatorze ans…
Sky parie avec Nathan qu’il va mettre Sarah sous son emprise, il fait un voyage avec celle-ci à la Havane, dans un bar, il lui fait boire plusieurs verres de lait Bacardi, Sarah, ivre, provoque une rixe…
De retour aux Etats-Unis, Sky et Sarah sont accusés par le lieutenant Brannigan d’avoir laissé la mission des bénévoles exsangue, ils nient s’être absentés…
Lors d’un final en grande pompe, les deux couples se marient, tout est bien qui finit bien !
Mon avis :
« Blanches colombes et vilains messieurs » (quel titre !) est un témoignage authentique de ce qui faisait de mieux dans le genre de la comédie musicale aux Etats-Unis dans les années cinquante…
Doté de moyens financiers colossaux, le film décline une histoire axée sur les thématiques de l’amour et du jeu, de l’amour du jeu et des jeux amoureux…
Brando, ici dans une composition inhabituelle, chante et même danse, il s’en sort à merveille dans un rôle à contre- emploi, mais parvient même à voler la vedette à Sinatra, les deux hommes ne pouvant s’encadrer pendant le tournage, cette dualité se ressent dans le film mais ils restent parfaitement professionnels et celui qui n’avait pas cette information n’y verra que du feu, Mankiewicz soignant énormément sa direction d’acteurs…
Jean Simmons et Vivian Blaine incarnent réellement la féminité sexuée  de l’Amérique des années cinquante et cette sensualité s’exacerbe pleinement lors de ballets avec des femmes aux corps superbes lors de chorégraphies impeccables d’une tonicité qui fait bien plaisir à voir (les femmes chats qui crient « miaou », summum de l’érotisme mais classe et pas grivois)…
L’escapade à la Havane sert de levier pour redynamiser l’intrigue, on regrettera la bagarre ridicule où tous les décors valsent, qui s’avère potache et qui n’a pas sa place dans l’histoire…
Les dialogues sont ciselés et très intelligents, Brando use de métaphores pour séduire Jean Simmons et, son talent aidant, apporte un côté magique à son personnage, presque mystique, il illumine le film, aussi bien physiquement que moralement, intégrant un renouveau aux archétypes des comédies musicales de cette époque…
Mené tambour battant, « Blanches colombes et vilains messieurs » est un métrage flamboyant qui impressionne par les moyens artistiques qu’il déploie et tous les acteurs, y compris les seconds rôles ou même les figurants, s’en donnent à cœur joie lors de danses ou de chants très habiles et certes formatés à leur époque, mais, au demeurant, touchants par leur gentillesse…
Tous les fans de films comme « West side story » ou « Chantons sous la pluie » se régaleront sans difficultés en regardant « Blanches colombes et vilains messieurs », quant aux cinéphiles non aguerris à ce genre (dont je fais partie), ils seront touchés par l’enthousiasme convaincant de cette œuvre et ne pourront qu’être subjugués par la qualité (décors, musique, interprétation) du film et sa bonne humeur communicative…
Les curieux doivent se ruer sur « Blanches colombes et vilains messieurs » rien que pour le fait de voir Marlon Brando dans la peau d’un personnage que l’on n’aurait jamais imaginé qu’il endosserait un jour et puis pour le tour de force que représente la mise en scène d’une telle gageure, on peut dire que Mankiewicz a atteint des sommets…

Note : 9.5/10






samedi 16 janvier 2016

Pour le pire et pour le meilleur de James L. Brooks, 1997

POUR LE PIRE ET POUR LE MEILLEUR
de James L. Brooks
1997
Etats-Unis
aka As good as it gets
avec Jack Nicholson, Helen Hunt, Cuba Gooding Jr., Greg Kinnear, Skeet Ulrich, Harold Ramis
Comédie dramatique
132 minutes
Musique de Hans Zimmer
Budget : 50 000 000 dollars
Recettes mondiales au box office : 314 178 011 dollars
Oscar du meilleur acteur, Oscar de la meilleure actrice
Synopsis :
Etats-Unis, Manhattan, fin des années quatre- vingt dix…
Melvin Udall est un écrivain acariâtre qui vit dans un luxueux lotissement, il gagne bien sa vie en vendant des romans sentimentaux qui rencontrent un franc succès auprès des femmes, qui s’identifient aux personnages de ses livres…
Melvin souffre de graves troubles obsessionnels compulsifs, il a pour habitude de déjeuner régulièrement dans un petit restaurant où il s’est pris d’affection pour Carole Connelly, une des serveuses…
Simon Bishop, voisin de Melvin, est un peintre homosexuel, un jour, des voyous le cambriolent et le frappent violemment, Simon se retrouve à l’hôpital avec de multiples fractures…
Son petit chien, Verdell, est gardé par Melvin, il va tisser rapidement des liens avec celui-ci…
Peu de temps après, Carole, à cause de son jeune fils très malade, quitte son job…
De fil en aiguille et l’humanité grandissante aidant chez Melvin, il propose aux deux autres personnes un voyage en voiture décapotable…
La vie de Melvin s’est métamorphosée, il est passé de misanthrope à philanthrope, une énorme amitié amoureuse va naitre entre lui et Carole…
Mon avis :
« Pour le pire et pour le meilleur » est une comédie de mœurs très touchante qui alterne les gags avec les passages dramatiques, la réalisation est très pointue de la part de James L. Brooks, il dirige et donne des consignes à ses comédiens qui évitent le cabotinage et leur jeu sonne toujours juste, à la fois pudique et d’une grande densité empathique vis-à-vis du spectateur…
Nicholson tient son rôle avec la rigueur qu’on lui connaît et parvient, en étant à l’aise avec un personnage très difficile, à rendre crédible la pathologie paranoïaque de Melvin, notamment dans des séquences traduisant sa maladie (lorsqu’il marche dans la rue, ses manies obsessionnelles, son regard chavirant, son aura qui crève l’écran, il est monumental)…
Helen Hunt témoigne d’une grande pudeur et l’actrice magnifie chaque plan, elle a une classe et une beauté interne qui forcent le respect, Greg Kinnear est, quant à lui, très doué dans son personnage d’homo qui a tout perdu, et le petit chien a été très bien dressé pour coller instantanément à chacune des mises en scènes où il se trouve, amplifiant le comique situationnel mais sans apitoiement ni mièvrerie ou ridicule…
D’une grande sensibilité, « Pour le pire et pour le meilleur » est certainement l’une des meilleures comédies de mœurs américaines réalisées et on sent un héritage des films de Billy Wilder ou Frank Capra, mais cette fois ci décliné de façon moderne, ce qui démontre que les réalisateurs d’outre Atlantique possèdent réellement le savoir-faire et le style pour faire transparaitre le côté émotionnel dans des comédies, cela entrainant une plus- value indéniable à la qualité et à la variété de leur cinéma…
Aucune vulgarité, aucune outrance ne vient parasiter « Pour le pire et pour le meilleur » et le final est magnifique, on verse une petite larme mais de bonheur, ce bonheur communicatif qu’on a eu pendant plus de deux heures de visionnage…
Récompensé de plusieurs oscars et golden globes, « Pour le pire et pour le meilleur » n’a pas usurpé ces distinctions et se révèle un excellent spectacle, mêlant humour franc, humanisme et un jeu d’acteurs tous impliqués faisant chaud au cœur…
C’est l’exemple typique de ce que le cinéma américain a produit de mieux dans le genre de la comédie dramatique contemporaine…
A visionner impérativement, tous ceux qui l’ont vu ont apprécié, cinéphiles ou spectateurs lambda…

Note : 9.5/10







dimanche 10 janvier 2016

La forêt d'émeraude de John Boorman, 1985

LA FORET D’EMERAUDE
de John Boorman
1985
Grande Bretagne
aka The emerald forest
avec Powers Boothe, Meg Foster, Charley Boorman, Dira Paes, Yara Vaneau
Aventures
109 minutes
Synopsis :
Une ville à côté de la forêt amazonienne en Amérique du sud, entre les années soixante- quinze et quatre- vingt- cinq…
Bill Markham est un ingénieur, il est chargé d’établir un gigantesque barrage hydraulique, ce qui a pour conséquence une énorme déforestation…
Alors qu’il l’accompagne sur le chantier, son fils Tommy, âgé de sept ans, est enlevé par une tribu d’indigènes, les Invisibles…
Bill, bouleversé, le recherche pendant plusieurs années, en vain…
Dix années se sont écoulées et le barrage est installé, Tommy a définitivement intégré la tribu, cette dernière est persécutée par une horde d’indigènes supposés cannibales, les Féroces…
Accompagné par un journaliste qui connaît parfaitement le terrain, Bill va tomber nez à nez avec son fils lors d’une attaque des Féroces, blessé, il est soigné et sauvé in extremis par le sorcier Wanadi…
Contraint de repartir, Bill laisse son fils au sein des Invisibles…
Kachiri, la promise de Tommy, ainsi que plusieurs dizaines de jeunes femmes de la tribu, sont enlevées par les féroces, qui, en échange d’armes avec des trafiquants, les revendent pour un réseau local de prostitution…
Tommy parvient à retrouver le domicile de son père, une traque s’organise pour sauver les jeunes filles…
Mon avis :
Film injustement oublié dans la carrière de l’immense John Boorman et à réhabiliter, « La forêt d’émeraude » fut un beau succès au box office et doit se voir ou s’appréhender comme un film d’aventures écolo qui dévie vers l’action pure sur sa fin…
De nombreux repérages ont dû être nécessaires si l’on en juge par les décors (tous naturels) et cela n’a pas dû être aisé à tourner (la gageure est telle qu’on pense à des films comme « Aguirre, la colère de dieu » de Herzog), véritable tour de force technique, « La forêt d’émeraude » est également une solide aventure humaine et une leçon de vie sur les tribus primitives encore en activité peuplant certaines contrées d’Amérique du sud…
Il y a une grâce dans le film avec de longs plans aériens assez fascinants et cette récurrence de l’aigle dans le ciel, symbole de conquête et de quête vers la plénitude, vers l’absolu et la force de la nature…
Charley Boorman (le propre fils du metteur en scène) est sidérant de crédibilité dans son jeu et endosse avec perfection la peau de son personnage, il a dû payer de sa personne lors de séquences assez dures (le passage avec les fourmis sur le visage, les combats), hyper réaliste et conçu avec un travail d’orfèvre, « La forêt d’émeraude » est bien plus qu’un simple film d’aventures mais, outre sa qualité narrative, projette le spectateur vers des thématiques comme la prise de conscience, le danger que l’humain met à la nature et la toute puissance de celle-ci, bien plus importante que l’homme, qui n’est rien en face d’elle et de ses déchainements (les pluies diluviennes qui balayent tout sur leur passage)…
Le prétexte de la prostitution relance ainsi le postulat du métrage et permet ainsi à Boorman de clôturer son film de façon remarquable et habile avec le rapprochement père/fils et cette décision de faire sauter le barrage…
Maitrisé de bout en bout, « La forêt d’émeraude » est tout à fait ancré dans la lignée des films de Boorman, digne héritier de « Délivrance » avec toujours cette exploitation des décors naturels qui font partie intégrante du film, qui en sont l’élément principal…
Tentative réussie et intéressante à visionner, « La forêt d’émeraude » a le double intérêt de faire passer un bon moment au spectateur cinéphile et de revigorer le film d’aventures des années quatre- vingt par un côté exotique affirmé et pourvu de la plus grande humanité…
Boorman a une nouvelle fois pondu un chef d’œuvre à voir impérativement…

Note : 10/10





samedi 9 janvier 2016

Peur primale de Gregory Hoblit, 1996

PEUR PRIMALE
de Gregory Hoblit
1996
Etats-Unis
Aka Primal fear
avec Richard Gere, Frances Mac Dormand, Maura Tierney, Edward Norton, Steven Bauer, Laura Linney, John Mahoney
125 minutes
Thriller
Oscar du meilleur second rôle pour Edward Norton
Synopsis :
Chicago et Los Angeles, milieu des années quatre vingt dix…
Martin Vail, un avocat riche et célèbre, a pour mission de défendre des gens indéfendables, il se place en médiateur lors de procès surmédiatisés, Naomi Chance et le détective Tommy Goodman sont ses assistants au sein du cabinet et doivent trouver des « billes » pour Vail afin qu’il n’échoue pas dans sa tâche…
Aaron Stampler, un jeune homme de dix neuf ans, est accusé et suspecté d’avoir tué sauvagement l’archevêque Rushman, retrouvé mutilé et énucléé…
Martin Vail est chargé de défendre Stampler, lui-même ancien enfant de chœur sous la houlette de Rushman…
Janet Venable, une jeune femme blonde ex conquête de Vail, est nommée procureure lors du procès, par vengeance et cause personnelle, elle va tout faire pour casser l’argumentation de Vail...
Une pièce à conviction de taille va tout faire basculer !
Mon avis :
A la mise en scène académique mais hyper captivante dans l’histoire, « Peur primale » est un film d’investigation gratifié par des séquences de procès récurrentes qui semblent être le point d’orgue et le fil conducteur d’une intrigue où l’on se plonge dès les premières secondes…
Habilement réalisé par Gregory Hoblit dont c’est le premier film, « Peur primale » témoigne d’une très grande rigueur, aussi bien dans les traits de caractères des personnages (l’ambivalence entre Martin et Janet, tordue à souhait dans un jeu d’amitié amoureuse) et la pathologie d’Aaron (extraordinaire Edward Norton !)…
L’ensemble est intéressant et Gere en roue libre totale, l’atrocité du crime fait vraiment peur et le dénouement laisse pantois (un peu comme dans « Usual suspects » sorti un an plus tôt), il aurait juste fallu une musique plus oppressante, plus angoissante pour appuyer le subterfuge et amplifier la sensation de malaise tant attendue…
Au niveau technique, ça atteint la perfection (beaucoup de plans aériens et/ou obliques), on a droit à des cadrages dézoomés avec très peu de gros plans, l’espace est ainsi défini dans un microcosme réduit, presque étouffant…
Le charme des nombreuses actrices féminines opère de manière irréfutable, à la fois vénéneuses et attachantes et Richard Gere a bien du fil à retordre dans cette enquête labyrinthique, pourvue de coups de théâtre et de rebondissements (la cassette vidéo retrouvée, la schizophrénie avérée de Stampler, mais qui va bien plus loin que ce que l’on aurait pu imaginer !)…
« Peur primale » est empreint d’une perversité feutrée qui offusque les jurés (on s’attaque à l’église, soi-disant irréprochable et l’analyse de cette culpabilité démasquée est traitée intelligemment lors de la découverte qui va relancer le procès)…
Un régal de voir un film qui utilise cette thématique peu employée pour faire rebondir le suspense servi par d’excellents seconds rôles (le politique crapule, le détective et le trafiquant qui joue dans des plans véreux avec Martin)…
Gere use de tout ce qui lui semble bon pour rallier sa cause et son enquête, au prix de briser des carrières (celle de Janet) on dirait presque qu’il y trouve un certain plaisir…
Sémantiquement parlant, les dialogues sont affinés de façon remarquable, il y a juste ce qu’il faut…
Globalement, un film très réussi, aux comédiens impliqués et appliqués, et qui rénove et revigore le genre assez rare du film de procès…
A voir…

Note : 8/10




Zombi 3 de Lucio Fulci, Bruno Mattei et Claudio Fragasso, 1988

ZOMBI 3
de Lucio Fulci, Bruno Mattei et Claudio Fragasso
1988
Italie
Aka Zombie flesh eaters 2
avec Beatrice Ring, Deran Sarafian, Alex Mac Bride, Massimo Vanni, Ottaviano dell’Acqua, Luciano Piqozzi
100 minutes
Film de zombies
Edité en blu ray chez 88 films
Synopsis :
Sud est asiatique, fin des années 80…
Un groupe de scientifiques dirigé par le professeur Holder est pris dans un traquenard, les miliciens qui les accompagnaient sont attaqués et une valise avec un fluide bactériologique contenant un produit toxique viral est dérobé…
Celui qui a subtilisé la cassette est blessé mais vivant, il se réfugie dans un hôtel…
Tous les occupants sont contaminés et l’armée est obligée de les éliminer un par un …
Le corps du défunt est brûlé dans un crématorium…
Les fumées toxiques contaminent des oiseaux !
Ken, un militaire, accompagné de deux autres recrues rencontre Nancy et Carole, deux jeunes dans un van, en villégiature avec leurs amis…
Patricia, une jeune femme, doit trouver de l’eau pour soigner la plaie de son boy friend, mutilé par les oiseaux…
De fil en aiguille, les jeunes gens vont devoir combattre contre des zombies affâmés, la police militaire est dépassée et les scientifiques qui travaillent sur le projet « Death one » cherchent par tous les moyens à trouver un antidote…
La situation devient vite critique et ingérable…
Mon avis :
Considéré comme nanar et bâclé, répudié par Fulci himself qui ne portait pas le tandem de choc Fragasso/Mattei dans son cœur, « Zombi 3 » est un film extrêmement sympathique qui ne souffre d’aucun temps mort, boosté par une musique signée Stefano Mainetti qui renforce l’aspect tonique et catchy inhérent au métrage…
On ne s’ennuie pas et on trouve même un grand plaisir coupable lors du visionnage de cette version zombiesque des films d’aventures ritals qui florissaient dans les années quatre vingt…
Certes, des fois c’est un peu capilotracté (la scène des oiseaux est à mourir de rire, la séquence de l’accouchement hyper dégueu et n’apporte rien à l’histoire) mais tous les ingrédients sont là : de l’action, du gore craspec, du rythme et du suspense !
Les SFX sont de qualité et rappellent ceux de la grande époque Trani/Stivaletti des zombies movies de Fulci, le scénario est bougrement habile et la constitution des scènes se poursuit avec une logique infaillible, enfermant le spectateur et les protagonistes dans un piège où l’étau se resserre inexorablement : plus l’intrigue avance, plus il y a de zombies (ce sont eux les stars du film face à des personnages assez couillons et décérébrés)…
Les paysages sont magnifiques et bien restitués et cette fois ci sont réels (pas comme les stock shots utilisés par le père Mattei pour « Virus cannibale » tourné huit ans auparavant), la production de Flora films est suffisamment conséquente pour qu’on sente que le budget n’est pas étriqué, on a mis les petits plats dans les grands pour un résultat largement à la hauteur !
Bref, « Zombi 3 » c’est une heure quarante de bonheur qui contentera tous les aficionados de films de zombies barrés, plus rythmé que « Le manoir de la terreur », moins stylisé que « The beyond » et, Mattei aux manettes aidant, du même tonneau que « Virus cannibale » en plus surdimensionné et calibré…
Le blu ray de 88 films est incroyable, l’image est d’une netteté qui atteint la perfection, en regardant « Zombi 3 » sur ce support, on redécouvre complètement le film !
Note : 10/10