Open Watching

Open Watching

dimanche 29 mai 2016

Béatrice Cenci de Lucio Fulci, 1969

BEATRICE CENCI
de Lucio Fulci
1969
Italie
avec Tomas Milian, Georges Wilson, Adrienne La Russa, Antonio Casagrande, Mavie Bardanzellu, Raymond Pellegrin,  Max Steffen Zacharias
aka Liens d’amour et de sang
aka Die Näckte und der Kardinal (titre allemand)
Fresque historique
89 minutes
Edité en DVD chez Neopublishing
Synopsis :
Italie, pendant la Renaissance, vers 1595…
Francesco Cenci est un cardinal connu de tous qui déploie la terreur au sein des villageois, nous sommes à l’époque de l’inquisition et le sadisme de Cenci n’a d’égale que son intransigeance…
Béatrice, sa très jeune fille, est volage et entretient une liaison avec un homme brun qui n’est pas issu de sa caste, ce qui déclenche les foudres de son père, ce dernier l’enferme dans un des cachots du château !
Dans une ambiance dépravée et excessive, Francesco offre des banquets à ses amis où l’alcool et le stupre coulent à flots ; un jour, rendant visite à Béatrice, il la dénude brutalement et supposément abuse d’elle…
Béatrice parvient à se venger en commanditant le meurtre de son père !
Le pape Clément VIII refusera sa grâce, en dépit des circonstances atténuantes et la belle Béatrice sera exécutée, elle avait seulement vingt- deux ans…   
Mon avis :
Avec « Beatrice Cenci », Lucio Fulci signe sans doute son œuvre la plus aboutie mais également sa plus incomprise par le public (le film fut un échec cuisant au box- office lors de sa sortie en salles), le maestro en fut extrêmement contrarié, pensant pouvoir toucher un panel plus large et sortant du carcan dans lequel il s’était enfermé avec des films empreints à un cinéma populaire et sans trop de prises de risques…
Car des « risques », Fulci en prend énormément avec « Béatrice Cenci », film sur l’inquisition avant le légendaire « La marque du diable » de Michael Armstrong, sorti peu de temps après, mais il dote son métrage d’une intelligence, d’une grâce aussi bien technique (nombre de plans asymétriques) que narrative (il appuie son histoire par une mélancolie inhabituelle chez lui) pour creuser un scénario qu’il va magnifier dans une mise en scène époustouflante et indélébile…
Un autre ponte du cinéma italien, Riccardo Freda, adapta également l’histoire de Béatrice Cenci dans son film « Le château des amants maudits », mais Fulci va beaucoup plus loin que lui, cadrant des scènes de cruauté avec un sens du non-voyeurisme qui exacerbera le manichéisme de ses personnages (Béatrice symbolise la pureté souillée, Francesco, l’image paternelle excessive et illégitime)…
La place des seconds rôles est également très prégnante avec un Tomas Milian fabuleux qui collaborera deux autres fois avec Fulci (« La longue nuit de l’exorcisme » et « Quatre de l’apocalypse »), Georges Wilson trouve ici une de ses meilleures compositions en géniteur acariâtre ravagé par l’alcoolisme et la sublime Adrienne La Russa, jeune femme au physique juvénile et aguicheur, joue un rôle que peu d’actrices pouvaient décliner, c’est son talent qui rend le film crédible, Fulci a tapé dans le mille en la choisissant…
Il y a à la fois un académisme et une modernité dans « Béatrice Cenci » avec un montage serré et alterné qui utilise les flashbacks (pour faire accepter la mort du père, on nous montre post mortem des passages de lui lorsqu’il terrorisait ses comparses et notamment LA scène où il bat et abuse de Béatrice) mais Fulci, très intelligent, a la capacité pour non rebuter le spectateur de mettre le « prétendu viol » hors champ…
Il s’agit bien du film le plus atypique de Fulci, ici pas de gunfights pétaradants ou de zombies putréfiés mais bel et bien une trame dramatique et un sens de la mise en scène digne des plus grands du septième art…
Cette originalité préfigure son film suivant « Le venin de la peur », voulant éclater les codes et prouver au plus grand nombre qu’il est un VRAI cinéaste, capable de porter des réalisations esthétisées et ambitieuses, ce qui est tout à son honneur…
Sa carrière est si vaste et si diversifiée qu’il convient de s’attacher à découvrir l’intégralité de ses films tant la densité de son cinéma est vaste et foncièrement intéressante…
Le DVD néopublishing est fabuleux et a permis d’exhumer « Béatrice Cenci » de la plus belle des façons qui soit, il est à posséder pour tout cinéphile amoureux de Fulci…
Peinture tonique du cinéma italien, « Béatrice Cenci » est considéré encore de nos jours comme un chef d’œuvre, à visionner sans délai pour comprendre les démarches expérimentales de Lucio Fulci et redonner honneur à ses prises de risques…

Note : 10/10





samedi 28 mai 2016

CLASS 1984 de Mark Lester, 1982

CLASS 1984
de Mark Lester
1982
Canada
Avec Perry King, Timothy Van Patten, Roddy Mac Dowall, Michael J. Fox, Lisa Langlois, Merrie Lynn Ross
Chronique sociale/Anticipation
94 minutes
Aka Class of 1984
Edité en DVD chez Seven sept
Distribué en salles et en VHS par UGC Vidéo
Scénario de Tom Holland
Musique de Lalo Schiffrin
Chanson « I am the future » interprétée par Alice Cooper
Budget : 4 300 000 dollars
Synopsis :
Toronto, dans un futur proche aux années quatre-vingts…
Andy Norris, une nouvelle recrue du lycée Lincoln, enseigne la musique ; lors de son premier jour d’affectation il fait la connaissance de Terry Corrigan, le professeur de biologie ; très vite, Norris constate que l’établissement est composé de jeunes voyous pour la plupart incontrôlables…
Peter Stegman fait partie de la bande la plus redoutée du lycée, il terrorise ses camarades et se livre même à un trafic de drogues dures dans les toilettes du bâtiment ; lors d’une altercation avec Norris, ce dernier est pris en grippe par Stegman, qui le menace verbalement et vertement…
La situation va aller crescendo et s’empirer, un ado se suicide en tombant d’un drapeau hissé au ciel, Stegman se trouve mêlé à un réseau de prostitution de mineures et manque d’égorger Arthur, un élève sans histoire, ainsi qu’une de ses amies…
Fou de rage, Norris se rend au domicile de Stegman et lui vandalise sa voiture après avoir tenté d’amorcer un dialogue avec sa mère sans succès…
Corrigan devient fou lorsque ses lapins sont mutilés atrocement…
Le concert de fin d’année approche, Diane, la femme d’Andy, enceinte de trois mois est alors violentée et violée par Stegman et ses sbires, introduits fortuitement et illégalement au domicile de Norris !
Trop c’est trop ! Un carnage innommable va avoir lieu !  
Mon avis :
ATTENTION FILM MECHANT !
Sous couvert d’une étude de mœurs et d’une chronique sociale, « Class 1984 » se veut surtout une anticipation et une surexagération de la violence inhérente dans les lieux scolaires d’outre Atlantique, visionnaire dans son fond mais exacerbée dans sa forme, Lester sait très bien que la violence est un argument marketing au cinéma et place la barre à un tel niveau que « Class 1984 » outrage ses capacités narratives pour ne se consacrer qu’à une succession de séquences chocs, certes au scénario habile et dynamique, mais qui pourra rebuter car le film devient victime de ses limites, ne se cantonnant que dans l’outrance et l’ultraviolence…
Ne reculant devant aucune facilité, Lester pose les conditions d’un postulat assez basique et manichéen et déchaine la montée en tension crescendo pour que celle-ci explose dans une issue presque grotesque (les cordes se sont attachées toutes seules au cou de Stegman ?), cette vulgarisation du « vouloir choquer » par tous les moyens rend l’histoire certes très efficace mais à quoi bon s’entêter dans cette barbarie ?
Malgré ces réserves mineures, « Class 1984 » est calibré par une mise en scène solide et une histoire prenante, on se prend immédiatement d’attachement pour Norris (excellent Perry King) et le côté mystique de Corrigan (exceptionnel Roddy Mac Dowall) donne de la consistance à son personnage…
Pour les « méchants », Timothy Van Patten est bluffant et reste crédible tout le temps, il allie la haine qu’on a pour lui avec un jeu d’acteur très intelligent, terrorisant et glaçant mais toujours sûr de lui, l’antagonisme qu’il a avec Perry King est très rude, presque viscéral…
Cette plongée dans le microcosme de la délinquance (la pire existante : prostitution, drogue, combats de rues, persécutions…) demeure réaliste (Lester n’y est pas allé avec le dos de la cuillère, un peu à la manière de William Lustig) et le budget très conséquent du film permet de doter les séquences de moments foudroyants (l’explosion de la voiture lors de la poursuite, le passage gore avec la scie circulaire)…
Il y a manifestement une grande application dans la mise en scène et l’ambiance qui sort du visionnage de « Class 1984 » rappelle celle de films comme « Les guerriers de la nuit », à la fois très intense et impressionnante et on ne peut oublier cette expérience, ce qui justifie la qualification de film « culte » pour « Class 1984 », un des précurseurs au niveau violence cinématographique démocratisée pour son époque (on peut faire un parallèle avec « Mad Max »)…
Tous les cinéphiles de l’époque bénie des cassettes VHS aux vidéo clubs ont forcément vu « Class 1984 » et le connaissent par cœur…
Cette « nouveauté » pour le septième art fera rentrer ce film dans la catégorie très fermée des « incontournables de l’ultra violence au cinéma »…
Un mélange entre « The warriors », « Vigilante », « Graine de violence » et « Orange mécanique » avec un côté revendiqué « punk 1977 » qui fait mouche, visionner ou revisionner « Class 1984 » fait toujours l’effet d’une énorme claque !
Malgré quelques réserves pour le fait que ce soit un film extrême, « Class 1984 » demeure encore de nos jours mythique et incontournable et n’a pris aucune ride…
Note : 10/10

A Daniel Aprin, Bruno Dussart, Philippe Chouvel, Bertrand Lesaffre, Pierre Bertrand, Guillaume Mathieu, David Mutelet et Lionel Corso






dimanche 22 mai 2016

Dracula contre Frankenstein de Tulio de Micheli, 1970

DRACULA CONTRE FRANKENSTEIN
de Tulio de Micheli
1970
Espagne/Italie/Allemagne
Avec Karin Dor, Paul Naschy, Michael Rennie, Craig Hill, Patty Shepard, Angel del Pozo, Manuel de Blas, Ferdinando Murolo, Diana Sorel, Helga Geissler, Fajda Nicol
Aka Los monstruos del terror
Fantastique
Co réalisé par Hugo Fregonese
87 minutes
Edité en DVD chez Artus films
Synopsis :
Une ville d’Europe, début des années soixante- dix…
Le docteur Odo Warnoff et son assistante, une superbe brune, sont en fait des extraterrestres mandatés et guidés à distance par un alien qui se trouve aux confins du cosmos, ce dernier leur a donné pour mission de détruire la planète Terre et d’en annihiler tous les habitants…
Lors d’une fête foraine, ils kidnappent une femme blonde nommée Ilona, qui leur servira pour effectuer des expérimentations, notamment lors de tortures mentales et soniques…
Warnoff, enfermé dans un château, comprend qu’il doit réanimer et ressusciter des monstres qui lui serviront d’appui pour dominer l’humanité…
Un lycanthrope est lâché dans la ville et terrorise des prostituées, un vampire sème la panique, une momie est exhumée et fait éclater au grand jour une malédiction…
Waldemar Daninski, le loup garou, refuse de suivre les directives de Warnoff et se rend dans son laboratoire pour le tuer…
Pendant ce temps, l’inspecteur Tobermann, un commissaire de police bourru et libidineux tombe dans un piège et l’enquête patauge…
Un combat final va mettre le laboratoire sens dessus dessous et le dénouement se jouera à peu de choses, le matériel de Warnoff étant partiellement détruit…
Mon avis :
Réalisé en doublon par Hugo Fregonese et Tulio de Micheli, ce « Dracula contre Frankenstein » à la sauce ibérique s’approprie les personnages du bestiaire du cinéma fantastique de façon grossière et schématique, ici rien à voir avec les films de la Hammer, la rigueur de la firme d’outre-Manche étant totalement absente, les metteurs en scène bafouant complètement les codes instaurés par leurs prédécesseurs pour accoucher d’un foutoir sans nom, certes assez sympathique au départ mais mensonger et brouillon au final…
Au bout d’un quart d’heure, le spectateur comprend qu’il s’est fait berner malgré le gimmick de l’accroche, somme toute prometteuse, la production est vraiment fauchée et les comédiens peu convaincants, seul l’illustre Paul Naschy parvient à peu près à tirer son épingle du jeu…
Les actrices sont toutes superbes et de Micheli l’a bien compris, axant donc les atouts de leurs plastiques irréprochables pour racoler lors de séquences impudiques, mais cela est bien maigre comme avantage et ne fait pas la qualité première d’un film…
Le scénario est d’une pauvreté consternante et les plans défilent sans trop de logique, si bien qu’à la moitié du film on est perdus et pris de baillements intempestifs…
Bâclé, « Dracula contre Frankenstein » souffre de défauts inexcusables et semble patauger dans la choucroute, les protagonistes y vont à la rame pour rendre leur histoire crédible, mais celle-ci est déjà pipée dès le début à cause d’un postulat improbable et qui ne tient pas la route…
Aux atours néanmoins sympathiques et candides, « Dracula contre Frankenstein » est un nanar qui vaut son pesant de cacahuètes et qui ne recule devant aucun stratagème pour masquer son manque évident de moyens (le plan d’un avion et hop ! on est en Egypte pour exhumer la momie !)…
Génèse d’un certain cinéma espagnol qui accèdera à son firmament quelques années plus tard, « Dracula contre Frankenstein » a au moins le mérite de sa franchise puisqu’il revendique clairement son ridicule en évitant la prétention, autrement dit c’est grâce à cela qu’il évite la catégorie de « navet » pour se cataloguer comme « nanar »…
Décalé et rigolo, « Dracula contre Frankenstein », outre une mise en images sommaire (les plans de la transformation de Waldemar en loup-garou où on voit les sauts d’images lors de la mutation) pourra éventuellement faire passer un bon moment aux moins exigeants d’entre vous…
Vous avez aimé « Virus cannibale », « Robowar » ou « Les rats de Manhattan » ? vous devriez vous poiler avec « Dracula contre Frankenstein », on assiste ici à une pré Matteisation du nanar européen, le tout mixé dans un gloubiboulga Hammer/Bava/classics Monsters d’Hollywood…
C’est tout de même sacrément dispensable et uniquement obligatoire si vous collectionnez en intégralité les DVD de la mythique maison d’éditions Artus films…
Le bonus du DVD avec l’interview de quarante minutes d’Alain Petit est lui, par contre, phénoménal, on y apprend des tas d’anecdotes et Monsieur Petit connaît son sujet comme personne !
« Dracula contre Frankenstein » s’adresse donc avant tout aux connaisseurs…

Note : 4/10





samedi 21 mai 2016

Les rues de feu de Walter Hill, 1984

LES RUES DE FEU
de Walter Hill
1984
Etats-Unis
Avec Michael Paré, Diane Lane, Rick Moranis, Willem Dafoe, Bill Paxton, Amy Madigan, Deborah Van Valkenburgh
Action
93 minutes
Aka Streets of fire
Edité en blu ray chez Wild side
Musique supervisée par Ry Cooder
Synopsis :
« En d’autres lieux, en d’autres temps », sans doute une ville des Etats-Unis à une période incertaine entre les années cinquante et les années quatre vingts…
La chanteuse Ellen Aim du groupe « The attackers » donne un concert de rock n’roll dans une salle comble où elle fait communion avec son public, Raven Shaddocks, un motard de la bande des Bombers, fait irruption sur la scène et kidnappe Ellen après que ses sbires aient semé la pagaille au sein des spectateurs…
Tom Cody, un ex d’Ellen, revient d’un périple dans la ville, il retrouve sa sœur, Reva, qui tient un snack bar…
Des loubards venus racketter Reva sont virés manu militari par Tom, combattant hors pair, et Billy Fish, l’imprésario d’Ellen, propose à Tom de lui verser une grosse somme d’argent s’il parvient à retrouver sa trace et à l’extirper des mains malveillantes de Raven…
Mac Coy, une jeune femme blonde rencontrée fortuitement par Tom dans un bar, se joint à l’expédition de Tom et Billy, elle ne sera pas de tout repos…
Mon avis :
Cinéaste expérimenté et touche à tout qui a surtout exploré les polars et les actioners burnés (« Les guerriers de la nuit », « Sans retour », « Extreme préjudice »), Walter Hill signe avec « Les rues de feu » une de ses œuvres les plus atypiques, aux confins du film d’action basique mais teinté de love story et amplifié par une bande son rock n’ roll omniprésente, qui va donner une dynamique essentielle à son film…
Tourné dans des décors insolites rappelant par leur look vintage les années cinquante, « Les rues de feu » accumule les plans de façon méthodique grâce à un scénario prenant et des acteurs impliqués dans leurs personnages, leur jeu sonne toujours juste et Hill fait la part belle à des scènes spectaculaires mais jamais ultra violentes…
Le montage est efficace, notamment lors du combat final, cadré de manière très serrée pour renforcer la crédibilité des coups assénés entre Michael « Tom » Paré et Willem « Raven » Dafoe, deux grandes figures iconiques qui incarnent parfaitement les antagonismes manichéens chers à Walter Hill, le combat entre le « bien » et le « mal » avec pour point d’orgue la féminité incarnée par la sublime Diane « Ellen » Lane…
Le film fut un insuccès notoire à sa sortie, peut- être parce que son côté insolite pouvait décontenancer plus d’un spectateur potentiel, quoiqu’il en soit, trente- deux années plus tard, son charme reste intact, on peut même dire que « Les rues de feu » était visionnaire pour son époque, à l’instar de films comme « Brazil » ou des métrages de Mulcahy comme « Razorback », issus de la dynamique clipesque qui florissait au milieu des années quatre-vingts et donnait de l’entrain au cinéma d’alors…
Il y a un côté « western urbain » et même « bande dessinée » dans « Les rues de feu » qui ravira les amateurs d’action et de grosses cylindrées, Walter Hill maitrise son cinéma et le prouve une nouvelle fois avec des bagarres, des gunfights, des explosions et une atmosphère envoutante…
Dans un climat bon enfant et jamais racoleur, « Les rues de feu » a le double mérite de faire passer un bon moment de détente et de se (re)plonger dans tout un pan béni du septième art où les productions étaient faciles et ne se prenaient pas la tête comme maintenant, en somme, « Les rues de feu » est un film totalement décomplexé et porté par une mise en scène savoureuse bien reproduite dans le contexte où elle évolue…
Du pur plaisir qui projette dès les premières secondes (le concert) le spectateur dans un festival d’action jouissive sans jamais renoncer à son but initial jusqu’à son ultime seconde…
Le blu ray de Wild side est acceptable et se trouve facilement donc on aurait tort de bouder notre plaisir de cinéphile…
Un exemple de ce qu’il se faisait de mieux dans le cinéma américain des eighties, percutant, jubilatoire et sincère, sincérité dans le sens où Walter Hill apporte au spectateur ce qu’il est en droit d’attendre, sans dévier de sa trajectoire…
Un must have !

Note : 9/10






lundi 16 mai 2016

PANDORUM de Christian Alvart, 2009

PANDORUM
de Christian Alvart
2009
Allemagne/Etats unis
Avec Dennis Quaid, Ben Foster, Antje Traue, Norman Reedus, Cam Gigandet
Science- fiction
108 minutes
Budget : 33 000 000 dollars
Recettes mondiales : 20 635 000 dollars
Edité en blu ray chez M6 vidéo
Synopsis :
Vingt deuxième siècle, aux confins de la galaxie…
Le lieutenant Payton et le caporal Bower se retrouvent sur le vaisseau spatial Elysium après avoir subi pendant 123 années un « hyper sommeil » forcé, l’Elysium transportait plusieurs milliers d’occupants partis de la Terre suite à une surpopulation ayant entrainé le chaos…
Payton se rend compte qu’il faut activer un réacteur pour contrôler le vaisseau, il guide Bower à distance afin d’accéder à la salle des machines, l’Elysium étant gigantesque et comportant plusieurs niveaux…
De fil en aiguille, le caporal Bower est attaqué par Nadia, une des survivantes, elle lui explique que des mutants cannibales ont envahi les parties du vaisseau…
Les deux personnes comprennent que la destination initiale de l’Elysium est la planète Tanis, une des seules planètes ayant la même caractéristique que la Terre et pouvant accueillir les réfugiés partis du système terrestre…
Alors que Nadia et Bower retrouvent deux autres membres de l’équipage, ils sont pris dans une attaque des mutants, et, pour ne rien arranger, Payton s’avère à double face et les trahit, ses desseins étaient autres que ceux qu’il avait évoqués à Bower…
Un combat s’engage dès lors et une révélation finale époustouflante clôturera ce long cauchemar !
Mon avis :
Coproduction américaine et allemande (le film a été tourné en studios à Berlin), « Pandorum » est un métrage qui bénéficie de moyens colossaux, il s’agit d’un huis clos spatial avec peu de protagonistes qui doivent survivre dans un labyrinthe de couloirs et de conduits remplis de tuyaux, les décors ont été conçus par le même technicien que pour « Aliens, le retour », sorti une vingtaine d’années plus tôt…
Le résultat est à la hauteur des espérances fixées par le réalisateur, un rythme qui ne faillit pas, une ambiance sans cesse tendue et une claustrophobie atmosphérique prégnante amplifiée par la présence des mutants cannibales qui peuplent le vaisseau (héritiers de « The descent », avec un côté « Ghosts of Mars »)…
Honnête dans sa conception, « Pandorum » fonctionne par ricochets, chaque plan en amenant un autre encore plus stupéfiant jusqu’à un dénouement sidérant (la meilleure partie du film, selon moi)…
On est en pleine science- fiction teintée d’horreur, la franchise de la réalisation et la qualité de l’interprétation contribuent aisément à donner un intérêt à « Pandorum », avec la dose de folie pure qu’il fallait pour agrémenter le métrage…
Des trucages colossaux et des moyens modernes donnent à « Pandorum » une coloration SF proche des plus grandes productions du genre et le côté assez bande dessinée séduira les geeks…
L’originalité du scénario tient notamment dans ce terme « pandorum » en fait une pathologie due à un hyper sommeil, qui rend ses victimes schizophrènes et dangereuses, et qui peut faire des ravages en milieu clos (en l’occurrence le vaisseau « Elysium »), cette trouvaille servira de tremplin et de levier à l’histoire pour créer très vite un climat étouffant, à la fois pour le spectateur comme pour les protagonistes…
Le film n’a pas rencontré le succès escompté et s’est avéré déficitaire pour les producteurs, ce qui est fort dommage, car il possède nombre de qualités et a été conçu avec sérieux et honnêteté…
Quoiqu’il en soit, je vous recommande « Pandorum » si vous avez apprécié la saga des « Alien » ou les métrages de SF contemporains comme « Event horizon », l’intrigue a de quoi satisfaire les aficionados friands de fantastique intersidéral et même les spectateurs lambda amateurs de sensations fortes seront comblés !
A visionner absolument…

Note : 8.5/10






dimanche 15 mai 2016

La fureur du dragon de Bruce Lee, 1972

LA FUREUR DU DRAGON
de Bruce Lee
1972
Hong Kong
Avec Bruce Lee, Chuck Norris, Nora Miao, Robert Wall, Malisa Longo
Film de karaté/Action
95 minutes
Edité chez HK vidéo
Budget : 350 000 dollars hongkongais
Synopsis :
Rome, début des années soixante-dix, à la veille du nouvel an…
Tang Lung, un jeune homme originaire de Hong Kong arrive à l’aéroport, Chen Ching Hua, une très belle jeune femme, le retrouve, elle lui explique que son oncle Wang, un restaurateur, est racketté et terrorisé par une bande de mafieux dont Bob est un des agresseurs…
Lorsque Tang visite la ville il est accosté par une prostituée…
Il apprend aux serveurs des techniques de combat apparentées à la boxe chinoise, il y a peu de clients dans le restaurant de Wang, ces derniers étant chassés manu militari par le gang de Bob…
Jusqu’au moment où Tang met une raclée aux gangsters !
Le chef du gang fait alors appel à un sniper, qui a pour mission d’éliminer Tang…
Ce dernier échappe in extremis à un tir de carabine, fou de rage, il tue le sniper avec des pointes en bois qu’il a confectionnées…
Colt, un champion de karaté venu des Etats-Unis, est embauché par le chef pour mettre hors d’état de nuire Tang…
Les deux combattants se retrouvent au Colisée et un duel sans merci et jusqu’à ce que mort s’ensuive a lieu !
Mon avis :
« La fureur du dragon » est l’unique film réalisé par Bruce Lee himself et ce que l’on peut dire c’est qu’il est très réussi car l’intrigue tient parfaitement la route, Bruce Lee a pris un grand soin aussi bien pour les orchestrations des combats que pour les décors et l’ambiance générale qui règne, notamment pour les scènes nocturnes, certaines séquences ont été tournées sans autorisation car l’équipe du film (techniciens, caméraman) n’avait pas de visa pour entrer en Italie !
Bruce Lee était très (trop ?) sûr de lui et trouva des combines pour finir la réalisation et, malgré quelques petits accrocs sur la crédibilité du film (pour la première fois, un film de Bruce Lee lorgne plus vers la comédie, contrairement à ses précédents orientés vers le drame et qui évitaient la rigolade), mais ce n’est pas grave, « La fureur du dragon » est particulièrement efficace, on prend un réel plaisir en le visionnant…
Le charisme absolu de Bruce Lee se fait instantanément, ses déchainements lors des combats sont fabuleux et mythiques (le passage avec le nunchaku est épique !) et il parvient à créer une empathie pour son personnage héroïque et sauveur des pauvres restaurateurs incapables de faire face aux pourritures qui les agressent sans arrêt…
Bruce Lee obtient une dimension presque religieuse auprès d’eux, il est considéré comme un Messie, voir les propriétaires du restaurant soulagés après son intervention en devient presque touchant…
La présence de Chuck Norris donne une réelle plus- value au film et le combat final au Colisée reste, selon les plus éminents spécialistes de films d’arts martiaux, comme l’un des meilleurs jamais réalisés au cinéma (le chaton qui y assiste, quel timing !)…
« La fureur du dragon » est bien plus qu’une simple carte postale exotique et évite les clichés, Bruce Lee utilisant des techniques de narration pour amplifier le rapport manichéen entre « bons » et « méchants », il connaît parfaitement la dynamique d’un film d’action et n’a plus qu’à articuler les séquences de kung fu dans l’histoire, il a assimilé tous les codes de ses précédents films et domine très bien la technique (plans en vue subjective, caméra dynamique et cadrages amples pour que le spectateur ne loupe rien lors des rixes)…
Le final de la fuite érige le personnage de Tang Lung comme une icône digne du cinéma américain (on pense à Clint Eastwood ou même à Jack Bauer), « La fureur du dragon » est donc immanquable si vous êtes fans de film de baston mais les autres y trouveront aussi leur compte grâce à un scénario dense et des personnages nivelés dans une atmosphère à la fois grave et jubilatoire…
Du très grand cinéma populaire qui mettra tout le monde d’accord…

Note : 9/10




samedi 14 mai 2016

Mondo Cannibale de Jess Franco, 1980

MONDO CANNIBALE
de Jess Franco
1980
France/Espagne
Avec Al Cliver, Lina Romay, Sabrina Siani, Antonio Mayans, Olivier Mathot, Shirley Knight, Pamela Stanford
90 minutes
Aka White cannibal queen
Film de cannibales/aventures
Co réalisé par Francesco Prosperi
Scénario de Jean Rollin
Produit par Eurociné
Edité en DVD chez Blue undergound
Synopsis :
Au bord d’un fleuve sensé être l’Amazonie, début des années quatre vingts..
Jeremy Taylor, sa femme et sa fille Lena doivent partir faire des recherches dans la jungle, Jeremy étant ethnologue ; sa femme est tuée, dévorée par une horde de cannibales sortis de nulle part…
La gamine est enlevée et Jeremy violemment frappé et amputé du bras gauche…
On ne sait toujours pas comment Jeremy parvient à s’échapper de la tribu cannibale et est recueilli par un couple de riches industriels, il se retrouve dans une chambre d’hosto à… New York !
Plus tard, Taylor et quelques riches invités repartent en Amazonie pour un périple…
Ça fait quelques semaines, mais Lena, sa fille a déjà une vingtaine d’années et est devenue la déesse de la tribu d’anthropophages !
Taylor la somme de revenir à la raison (il aurait mieux fait d’en faire de même avec le réalisateur !) et la kidnappe de l’endroit dangereux où elle se trouvait…
Furibards, les cannibales partent à sa recherche !
Mon avis :
MAIS C’EST QUOI CE FOUTOIR !
« Mondo cannibale » sous des attraits sympathiques se révèle l’un des dix films les plus nuls jamais réalisés ! Tout est torché à l’arrache, le scénario est inexistant et regorge d’invraisemblances, le déroulement du film n’a ni queue ni tête, Franco nous avait habitués à beaucoup mieux (« Les maitresses du docteur Jekyll », « Le miroir obscène » ou même « Célestine, bonne à tout faire »), ici c’est le Portnawak total !
Des stock shots incessants agrémentent la pauvreté des moyens déployés, le rythme fait passer un épisode de « Derrick » pour « Fast and furious » et le début fait penser à « L’homme du picardie » sur sa péniche en Bretagne alors qu’on est sensé être sur un fleuve d’Amérique du sud…
RIEN NE TIENT LA ROUTE, on est dans tout sauf dans un film de cannibales !
« Mondo cannibale » est une croûte, un étron ahurissant de connerie, Franco a pondu un foutage de gueule indigne de lui et de Rollin (qui a signé le scénario, probablement écrit sur le verso d’un timbre- poste)…
Les cannibales sont maquillés comme les membres de Kiss ou comme des black métalleux, tout est à la « one again » et le spectateur d’abord dans l’hallu la plus totale finit par perdre pied et se noyer dans un océan de débilité…
Pour les décors, Franco ne s’est pas cassé, il tourne les scènes réelles (hors stock shot) dans une palmeraie sur la Côte d’azur ( !) (on distingue même des maisons en fond d’image), pour faire croire à l’amputation d’Al Cliver (vu dans le « Zombie 2 » de Fulci où le bougre était bien meilleur qu’ici), Franco s’arrange pour bloquer la caméra en la positionnant de telle façon qu’on croit que le bras a été réellement coupé (ça fait des économies sur les trucages !)…
« Mondo cannibale » est si nul que « Oasis of the zombies » à côté c’est « Citizen Kane » !
Les ralentis foireux lors des séquences de cannibalisme  n’arrangent rien au désastre !
Voilà l’exemple typique pour un néophyte de dénigrer le cinéma d’exploitation, tant tout y est lamentable et déconcertant d’indigence…
Au début c’est drôle, puis passée une demie heure ça devient sinistre…
Perdre quatre- vingt dix minutes de votre temps et finir en ayant la gerbe, si cela vous tente, « Mondo Cannibale » est fait pour vous…
Une des pires productions d’Eurociné, qui pourtant savait y faire, une purge, un calvaire cinématographique qui relève presque du masochisme si on le visionne en entier…
Même en ne le prenant pas au premier degré, on a beaucoup de mal à encaisser…
Je mentirai si je vous disais que « Mondo cannibale » est un chef d’œuvre…
Pour découvrir le cinéma de Jess Franco, ne commencez pas par ce film…

Note : 1/10





dimanche 8 mai 2016

Une messe pour Dracula de Peter Sasdy, 1970

UNE MESSE POUR DRACULA
de Peter Sasdy
1970
Grande Bretagne
avec Christopher Lee, Ralph Bates, Linda Hayden, Geoffrey Keen, Isla Blair
aka Taste the blood of Dracula
Production Hammer films
Film fantastique vampirique
95 minutes
Edité en blu ray chez Warner home video
Synopsis :
Une province d’Angleterre, fin du dix- neuvième siècle…
Weller, un marchand de bibelots est chassé d’une diligence par un jeune homme débile, Weller, seul, perdu dans une forêt, se retrouve nez à nez avec la dépouille du comte Dracula, il s’enfuit en lui dérobant sa cape, sa chevalière et prélève son sang dans une fiole…
Lord Courtley, un jeune homme qui se voue à des rites sataniques, surprend William Hargood et deux de ses amis dans une maison de luxure, il les persuade de le suivre, ils se rendent chez l’antiquaire Weller…
Après avoir déboursé mille livres et emporté tous les effets personnels de Dracula, les quatre hommes se rendent dans une église désaffectée et par une incantation, Courtley boit le sang de Dracula, pris d’une crise, Courtley est frappé violemment par les autres hommes…
La malédiction vampirique prend alors forme et Dracula est réanimé et ressuscité, il va pouvoir terroriser des jeunes filles et se rend dans la bourgade où vit Hargood…
Hargood interdit violemment et péremptoirement à sa fille Alice de voir son fiancé Paul Paxton, la mère, Martha, semble soumise à son mari et peu loquace face au malheur de la jeune Alice…
Un soir, le comte Dracula se rend chez Alice et l’envoûte, son père les surprend, sous l’ordre de Dracula, Alice tue son géniteur en lui assénant un coup de pelle !
Mon avis :
Suite directe de « Dracula et les femmes » sorti deux ans auparavant, « Une messe pour Dracula » est encore une fois une grande réussite pour la Hammer, il contient tous les ingrédients qui firent le succès de la firme mais également quelques rajouts qui s’intègrent parfaitement dans la continuité du scénario comme la virée au lupanar (qui vaudra des coupes de la censure pour pléthore de filles dénudées) mais surtout le personnage de Lord Courtley incarné par l’immense Ralph Bates (vu dans le rôle principal du monumental « Horror of Frankenstein », également production Hammer) qui intègre un côté déviant et ultra satanique à la teneur du métrage, qui est donc plus qu’un simple film vampirique et qui recèle de trouvailles assez perverses dans l’histoire…
L’hypocrisie absolue de Hargood qui refuse à sa fille de sortir avec un jeune homme et qui, par contre, fait des virées dans un bordel, donne à « Une messe pour Dracula » un aspect quelque peu libidineux, d’ailleurs ce qui est frappant dans le film c’est « l’érotisation » des séquences de vampirisme, on a l’impression que les victimes féminines prennent plaisir à être mordues, elles se retrouvent dans une sensation d’extase lors des morsures de Dracula, un peu comme la jouissance lors d’une copulation…
Christopher Lee voulait rompre avec son personnage mais les financements américains exigeaient qu’il soit une nouvelle fois au poste, la Hammer commençant à tirer la langue et devant rembourser des dettes prégnantes, il fallait donc « minimiser » son personnage, c’est pour cela qu’on le voit peu, mais réparti sur l’ensemble du film pour faire illusion…
« Une messe pour Dracula » demeure cependant un excellent film, qui vaut également beaucoup pour ses décors et sa technique déployée (les zooms, les caméras tournoyantes dans la dernière scène dans l’église) et le jeu des comédiens très impliqués dans leurs rôles (les trois compères qui se rendent dans la maison close ont la tête de l’emploi, quant à Linda Hayden, elle dégage un érotisme et une sensualité au vu d’un jeu précis et crédible)…
Servant de liaison avec sa suite « Les cicatrices de Dracula », « Une messe pour Dracula », outre des qualités narratives et une fidélité au genre auquel il s’apparente, est tout à fait l’exemple et le témoignage de la Hammer à alimenter sa légende de Dracula, tout en évitant les redondances…
C’est tout à l’honneur de la maison de productions d’outre- Manche et les cinéphiles fantasticophiles ne pourront être déçus par « Une messe pour Dracula »…
Le blu ray restitue une image fabuleuse et est indispensable…
A visionner absolument…

Note : 10/10





samedi 7 mai 2016

ANNIHILATOR, décorticage de la discographie (1989-2015)

ANNIHILATOR
Décorticage de leur discographie
Annihilator est un groupe de thrash metal technique canadien qui a commencé sa carrière au milieu des années quatre vingts par des démos avant de sortir sa première production officielle chez Roadrunner records en 1989 : Alice in hell…
Le groupe est toujours en activité et est porté par son guitariste, véritable guitar hero du thrash, j’ai nommé l’immense Jeff Waters, nous allons décortiquer la discographie d’Annihilator qui comporte une vingtaine d’albums, chacun de ceux-ci ayant sa particularité et son histoire…
Les deux premiers albums (« Alice in hell » et « Never, neverland ») font figure de chefs d’œuvres du genre, vraiment orientés heavy, la notoriété d’Annihilator auprès des métalleux se forgea, à l’époque, avec ces deux disques, où déjà Jeff fait preuve d’une dextérité rarement vue dans les compositions et les arrangements, il touche déjà sa bille et déploie son énergie dans des solis incroyables (« Alison hell », « WTYD » et « The fun palace » en sont de parfaits exemples)…
En 1993, pour le troisième album appelé « Set the world on fire », les Annihilator prennent une tournure plus progressive mais aussi beaucoup plus technique, ils intègrent des nouveautés qui révolutionneront le heavy metal comme des vocaux délirants (« Brain dance ») et des arrangements alambiqués de main de maitre…
1994 marque l’éclatement d’Annihilator, il ne reste plus que Jeff tout seul et son batteur, sortent à quelques années d’intervalles trois pépites qui furent dénigrées par la presse métal et qui pourtant s’avèreront bigrement efficaces et intéressantes (« King of the kill » en 1994, « Refresh the demon » en 1996 et « Remains » en 1997)…
« King of the kill » et « Refresh the demon » comportent des titres phares, véritables chefs d’œuvres entrainants et précis (« 21 », « Ultraparanoia », « City of ice », « Pastor of disaster » et j’en oublie, tous FABULEUX)…
Quant à « Remains » de 1997, c’est un album d’électro métal conçu avec des machines et Waters au chant et à la guitare, il contient le titre le plus speed jamais pondu par Annihilator, « Reaction », en somme  cet album prouve la volonté de se régénérer et de prendre des risques pour Jeff, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il s’en sort très honorablement…
1999 marque pour Annihilator un retour aux sources puisque « Criteria for a black widow » est presque un copier/coller des deux premiers albums, avec uniquement des titres vindicatifs aux noms évocateurs (« Sonic homicide » qui devait, au départ, être le titre de l’album), ça bombarde à mort et Jeff retrouve Ray Hartmann à la batterie qui figurait au casting des années 1989/1991…
En 2001, tournant majeur pour Annihilator qui s’entiche d’un fabuleux vocaliste : Joe Comeau, ex chanteur de Liege Lord et également guitariste de Overkill sur l’album « The killing kind » de 1996…
Comeau apporte beaucoup au groupe et figure incontestablement sur deux des meilleurs albums d’Annihilator : « Carnival diablos » (2001) et « Waking the fury » (2002) qui sonne encore plus indus grâce à des introductions samplées (samples que l’on retrouvera dans « Schizo deluxe » en 2005), la chanson « The blackest day » rend hommage aux victimes des attentats  du 11 septembre, « Waking the fury » est un album du feu de dieu (des titres comme « Torn » ou « Striker » sont là pour envoyer le pâté et tout fonctionne à merveille, Jeff appliquant sans sourciller ses riffs ingénieux et incroyables !)…
Après un double live sorti en 2003, Joe Comeau cède sa place à… Dave Padden !
Une autre facette des multiples visages d’Annihilator prend alors forme…
Le groupe signe son chef d’œuvre « All for you » en 2004 et enquille juste après avec un album ultra complexe, peut être leur plus abouti « Schizo deluxe » en 2005…
Padden donne une voix insolite qui décontenança nombre de fans pour finalement et après plusieurs écoutes se faire accepter…
Padden est acteur d’Annihilator, puisqu’il assure la double fonction de vocaliste et de guitariste…
Suivirent « Metal » en 2007 superbe album où des sommités du heavy métal comme Angela Gossow d’Arch enemy ou Alexi Laiho de Children of bodom apportèrent leur contribution, le résultat est prodigieux…
Puis, après trois longues années d’attente insupportable, Annihilator sort en 2010 un album éponyme qui n’a pas eu fini de nous surprendre puisqu’il contient LA perle, LE meilleur morceau du groupe : « The trend », sept minutes de pure folie douce pour un résultat hallucinant où Jeff Waters enquille 66 solos en dix chansons !
Toujours avec Dave Padden pour son ultime collaboration avec Annihilator sort en 2013 une autre pépite du groupe nommée « Feast », tout y est, tous les standards et les codifications sont réunis dans un superbe digipack qui comprend en bonus « Re kill » des anciens morceaux réenregistrés avec cette fois ci Padden à la voix, le plaisir est intact !
Pour clore cet article, le dernier album en date sorti en 2015 s’intitule « Suicide society » et Jeff atteint son rythme de croisière avec toujours des morceaux monumentaux que l’on ne se lasse jamais d’écouter (« My revenge », « Suicide society » ou « Death scent »), le plaisir est toujours au rendez- vous et cette fois-ci Jeff reprend les rênes du chant…
En conclusion, il est indéniable et évident de dire qu’Annihilator a apporté énormément au heavy metal et même à la musique tout court, Jeff Waters est un GENIE et ses compositions sont immanquables et très facilement mémorisables, nul métalleux ne peut ignorer Annihilator et tous leurs albums se valent, ont tous un charme, il est donc très difficile d’établir un classement, on peut mettre un 10/10 à tous les albums…
Longue vie à Jeff et à Annihilator, qu’ils continuent à sortir encore et encore des albums, on ne s’en lassera jamais et notre curiosité sera toujours étanchée, tant par la qualité que par la diversité de cette musique…

Annihilator, l’un des meilleurs groupes de thrash métal de tous les temps !