Open Watching

Open Watching

samedi 30 juillet 2011

LES REVOLTéS DE L'AN 2000 de Narciso Ibanez Serrador, 1976

Les Révoltés de l'an 2000
1976
Antonio Iranzo : Père de la fille qui pleure
Miguel Narros : Guardacostas 1
Synopsis :
Un couple de touristes arrive un matin dans la petite île tranquille d'Almanzora. Ils ne tardent pas à découvrir que les enfants de l'île ont assassiné la majorité des adultes. Traqués par des petits meurtriers au regard d'anges, le couple tente désespérément de quitter les lieux.
Mon avis :

« Les révoltés de l’an 2000 » est un vrai film d’angoisse, un périple terrifiant qui se vit de l’intérieur, une fresque jusque là inédite sur un thème totalement tabou injustement rarement abordé au 7ème art, un film qui a le mérite de ses ambitions, qui les atteint avec intelligence et qui va jusqu’au bout de ses pulsions, sans aucune concession ni larmoiements ou hésitation…
On est plongés dans l’horreur totale pendant tout le film et on a du mal à se ressaisir et à se remettre de ce que l’on a vu, « Les révoltés de l’an 2000 » est une œuvre d’une force imparable, teintée d’une froideur sous jacente et d’un excès de malaise provoquant même la nausée, pour les plus sensibles et les moins aguerris au genre, eu égard à des scènes frisant l’obscénité et incroyables dans le contexte où elles végètent, j’entends par là, incroyables parce qu’impossible ou très peu probables à imaginer dans la réalité !
« Les révoltés de l’an 2000 » est un film « lunaire », un OVNI, nul autre métrage ne lui ressemble par le postulat qu’il véhicule, proprement abject au demeurant et extrêmement dur à visionner…
Un piège pour le couple qui se referme tel une toile d’arachnide sur deux pauvres insectes frêles, prêts à être dévorer et annihiler de la pire façon ! Un piège pour le spectateur, mis devant le fait accompli et qui voit dévaler une cavalcade de meurtres innommables et peu ragoûtants !
Il fallait oser !
Ibanez Serrador l’a fait !
Des séquences anthologiques, notamment le passage où la fillette au regard benêt et contemplatif passe sa main sur le ventre de l’héroïne enceinte, inoculant via des ondes maléfiques ce qui sera l’aboutissement de la grossesse morbide et funeste de cette dernière, ne se doutant de rien et accordant pleine confiance à la petite fille, n’imaginant pas qu’elle signe ici son arrêt de mort et, par là même, celle de son bébé !
Des plans parfaitement maîtrisés de bout en bout, comme les mouvements de caméra pour montrer l’arrivée de la « horde » de mômes arrivant par le haut de la falaise, au dessus de la cabane, incroyable car excellemment bien millimétré au niveau du timing et amplifiant ainsi largement l’angoisse et l’effroi ressenti par le spectateur, hagard et révulsé !
Les comédiens sont très impliqués dans leurs rôles et la direction d’acteurs parfaite (notamment pour les enfants, ce qui n’a pas du être tâche aisée pour le réalisateur !).
Un passage sorti de nulle part ponctue de nouveau le métrage, comme le corps défiguré du grand père pendu par les pieds et qui se voit infliger une « torture enfantine » comme sur un manège avec des minots sadiques qui essayent de le scarifier avec une serpe !
« Les révoltés de l’an 2000 » est un film monstrueux, un chef d’œuvre unique d’horreur juvénile, il restera dans la mémoire de ceux qui l’auront vu et reste 35 ans après un coup de gourdin asséné sur la tête !
Conçu avec intelligence, réalisme et aussi beaucoup de culot, « les Révoltés de l’an 2000 » marquera à tout jamais le cinéma fantastique espagnol et même mondial des années 1970 !
Baroque, déboussolant, lunaire et obsédant, une expérience dont vous aurez du mal à vous remettre !
10/10  






dimanche 24 juillet 2011

L'au delà (the Beyond) de Lucio Fulci, 1981

L’ALDILA
THE BEYOND
L’AU DELA
De Lucio Fulci
1981
avec Catriona Mac Coll, David Warbeck, Veronica Lazar, Antoine St John
Synopsis :
Louisiane, 1927
Un peintre décrié pour ses penchants satanistes et ses oeuvres abstraites est lynché et massacré par des villageois qui n’hésitent pas à le larder de coups de chaine et à le bruler à la chaux.
Louisiane, 54 ans plus tard (1981)
Une héritière d’une beauté irréelle investit un hôtel en travaux et espère le retaper, elle fait connaissance du médecin du village…
Mais les meurtres s’accumulent, décuplant une violence surréelle !
Bientôt la fille comprend que l’hôtel recèle de malédictions innommables et une corrélation est établie entre une chambre de l’établissement qui serait bien une porte de l’enfer !
Une jeune aveugle, un bibliothécaire, une femme de chambre et même un plombier en seront les victimes !
Cette machine infernale sera-t-elle stoppée ?
Et si la frontière entre la réalité et le rêve était mince ?
Mon avis :
 Véritable ode à la putréfaction, « l’au-delà » est le meilleur film de Fulci à ce jour…
Doté d’un onirisme incroyable et omniprésent (suffit de voir la fin du film pour comprendre que tout ceci n’était qu’un rêve !), le spectateur navigue entre irréel, horreur, angoisse et fascination…
Tout est relaté merveilleusement, avec des morceaux de bravoure incroyable (notamment les scènes dans l’hôpital) , certaines séquences témoignent de l’horreur pure (les araignées), et les comédiens sont tous bien impliqués dans leurs rôles, laissant transparaitre leur angoisse et leur incompréhension face à des phénomènes qui les dépassent…
De nos jours, certains le trouveront désuet et daté, ceci dit il ne faut pas occulter que « L’au-delà » est un pan du cinéma d’horreur d’auteur, véritable pilier, véritable renaissance d’un genre à son apogée vers le début des eighties !
Un film de puriste en somme… pas donné à tout le monde !
Dans ce paysage actuel de remakes à tout va, il est parfois bon de se replonger dans les œuvres des maitres, des dieux du gore !
Et Fulci fait partie de cette catégorie …
Certaines mauvaises langues diront que le maestro a pompé religieusement « Shining » (le coup de la chambre) ou « Suspiria » (le chien dévorant l’aveugle), en attendant il a su insufflé à son métrage un côté épique et surdimensionné dans l’horreur ultime !
Considérons qu’il était littéralement en état de grâce et qu’il a accouché de quelque chose qui se vit, une EXPERIENCE, l’aboutissement d’une carrière donnant naissance à une perle, un morceau cristallin, reléguant tous les autres films du genre au rang inférieur et marquant la pierre tombale d’un certain cinéma populaire !
Surprenant, exerçant une fascination empathique encore maintenant, « L’au-delà » est d’une puissance, d’une beauté et d’un impact hors du commun !!!!
A voir religieusement…
10/10 intemporel







samedi 16 juillet 2011

DELIVRANCE, John Boorman, 1972

DELIVRANCE
De John Boorman
Etats Unis
1972
avec Burt Reynolds, Jon Voight
Synopsis :
4 hommes décident de partir en randonnée et faire du canoë…
Ce qui devrait être une partie de plaisir va rapidement tourner au cauchemar !
Mon avis :
« Délivrance » non seulement est un chef d’œuvre incontournable des seventies mais également un rape and revenge masculin naturaliste !
Rien que ça !
Outre les qualités d’interprétation de chacun des acteurs, il demeure des paysages magnifiques mis en exergue de façon grandiose via le torrent d’un fleuve où les protagonistes se sont engagés pensant bien faire mais qui va vite devenir un cauchemar pour chacun d’entre eux !
Une réalisation sans faille, des séquences d’anthologie (le banjo au début), un sens du détail effrayant (la scène du pseudo viol/humiliation), une issue ponctuée par l’onirisme, un rabaissement de l’homme vers ses instincts les plus vils et primaires (comment lutter ? comment survivre ? comment lutter pour survivre ? comment se défendre lors d’une agression) cette équation est mise en démonstration par A + B, sans la moindre concession et à travers des personnages tétanisés par la peur, aveuglés par leurs cicatrices tracées de façon ultime, comme le début d’un décharnement qui entrainerait la putréfaction, c'est-à-dire la mort !
Formidable rappel de la leçon que donne la nature à l’homme, « Délivrance » est un film méritoire car il aborde ici un sujet très méconnu dans le cinéma hollywoodien, pour ainsi ignoré ou occulté…
C’est en ce sens qu’il est une œuvre révolutionnaire pour l’époque et pour le cinéma en général !
Boorman a su rester neutre et s’il prend parti pour quelque chose, c’est uniquement pour la nature !
Inexorable, sauvage et parfaitement stylisé du début à la fin, à voir impérativement et à revoir avec délectation, une pièce maitresse du 7ème art, incontournable et évidente…
10/10



La Nuit des Traquées de Jean Rollin, 1980

LA NUIT DES TRAQUEES
De Jean Rollin
France



1980
avec Brigitte Lahaie
Synopsis :
Un groupe de scientifiques farfelus retiennent en otage dans une tour des malades cérébraux, ils essaient de les isoler avant de trouver un remède à leur pathologie…
Une fugitive de la tour y est ramenée, elle essaie de nouveau de s’échapper, accompagnée de complices…
Mon avis :
Du Rollin pur jus, le bougre était à son apogée !
Des filles denudées à tire larigot et de manière ultra gratuite et insistante, un climat baroque et nihiliste, risquant de déstabiliser le moindre néophyte !
Du cinéma très très spécial, faut aimer…
Personnellement j’adhère à son propos pour ce film provocateur et totalement allumé !
Une réflexion sur les méfaits de la psychiatrie, sur la médecine de masse et l’incarcération en général…
Malgré quelques défauts très visibles on suit avec intérêt ce métrage assez anarchique il faut bien le reconnaitre !
Les acteurs et actrices tous raides comme des piquets jouent sans la moindre conviction, mais ça il fallait s’y attendre !
On est chez Rollin pas chez Orson Welles !
La fin en queue de poisson a de quoi déconcerter mais elle renforce le climat de bizarrerie inhérent à l’œuvre, jugulant toute once d’espoir quant à la destinée des deux antagonistes…
Niveau gore on est plutôt bien servis, avec la fameuse séquence des ciseaux et un viol particulièrement réaliste qui s’achève dans le sang, lapidant l’oppresseur à coup de masse !
Scène assez fulgurante, quand même !
Sinon les autres (ceux qui ne connaissent pas Rollin) risquent formellement de s’emmerder au plus haut point !
A voir ne serait-ce qu’une fois dans sa vie pour se faire une idée du bonhomme…
On lui préfèrera tout de même « le Viol du vampire » (son premier métrage) ou « Les raisins de la mort », un peu plus fouillés niveau scénar et plus dynamiques car moins rébarbatifs !
7/10






POSEIDON de Wolfgang Petersen

POSEIDON
De Wolfgang Petersen
Etats Unis
2008
avec Kurt Russell, Richard Dreyfuss
Synopsis :
Une lame de fond fait se renverser un paquebot de luxe.
Les quelques survivants d’organisent pour rester vivants avant l’arrivée des secours…
Mon avis :
« Poseidon » est un film vif, sans temps morts et qui va droit au but !
Ici pas de fioritures, ni de scène d’intro rébarbative ou de présentation des personnages redondante, on est direct dans l’action !
Malgré un postulat basique à la limite du bourrin, on peut se prêter à suivre sans déplaisir cette odyssée d’héros contemporains, à l’issue salvateur bien que convenu…
Un genre (le film catastrophe) devenu en berne à Hollywood après la vague de succès des années 70, « Poséidon » en demeure peut être l’ultime témoignage !
On passe malgré tout un bon moment, mais ça reste quand même creux …
Le film y aurait gagné en fouillant un peu plus personnages, cela aurait créé une empathie ici inexistante du fait de la concision du propos !
Petersen est un honnête artisan mais il lui manque l’âme d’un Spielberg ou d’un Verhoeven…
Peu enclin à laisser une marque indélébile dans la rétine du spectateur, « Poseidon » recèle malgré d’atouts indéniables, comme par exemple, la scène de l’immense déferlante sur le paquebot, qui reste très impressionnante !
Voilà, ne vous attendez pas à un chef d’œuvre, mais à un film de commande qui essaye bon gré mal gré de remodeler et renouveler le blason d’un genre obsolète et anachronique…
Un métrage honnête et efficace certes, mais un peu creux au final…
6.5/10


mardi 12 juillet 2011

Humains, 2009, France de Jacques Olivier Molon et Pierre Olivier Thévenin

HUMAINS
France
2009
de Jacques Olivier Molon et Pierre Olivier Thévenin
avec Lorant Deutsch, Sara Forestier, Philippe Nahon, Dominique Pinon
Synopsis :
Lorsque vous prenez le métro le matin, n'avez-vous jamais l'impression de croiser des êtres étranges aux physiques bien singuliers ? Sommes nous vraiment la seule espèce humaine sur Terre, la seule espèce a avoir survécu à des millions d'années d'évolution ? Le professeur Schneider et son fils partent dans le Lötschental dans les Alpes suisses enquêter sur une découverte scientifique qui pourrait remettre en question toute la filiation de l'espèce humaine. Ils sont accompagnés d'une jeune paléontologue, chouchoute du professeur. Une famille de touristes (Gildas, sa fille et sa nouvelle femme), venus voir le carnaval du Lötschental et ses fameux Tchagattas, se retrouvent par hasard avec eux. Le voyage prendra une tournure inattendue...
Ce que j’en pense :
Et bien voilà parfaitement une tentative honorable de renouveler un  peu le cinéma hexagonal.
Certes « Humains » n’est pas exempt de défauts, mais cela reste minime par rapport à la ténacité et au courage dont ont fait preuve nos deux amis réals…
Ce qui frappe avant tout pour un premier métrage, c’est la qualité de son traitement et le professionnalisme indéniable qui traversent le film…
De magnifiques vues aériennes ponctuent l’enchainement et le déroulement, filmées avec beaucoup d’inventivité, les paysages sont très bien choisis également et on suit l’œuvre avec un grand intérêt…
Les comédiens sont parfaitement impliqués et restent crédibles, l’histoire est belle et bien relatée de manière correcte et sans temps mort, le film ne perd pas de temps et on entre dans le vif du sujet dès les premières minutes et le dénouement (parfaitement élaboré et très étonnant) a le mérite de prendre tout le monde de court !
Malgré quelques difficultés de compréhension pour la scène de l’accident de voiture, elles sont rattrapées et bien expliquées vers la fin et la pilule passe …
Les maquillages sont peaufinés de manière esthétique et excellemment mis en valeur, le charme de Sara Forestier et le côté paternaliste de l’immense Philippe Nahon sont un plus pour la qualité de « Humains » et notons quelques dialogues savoureux et la présence de Dominique Pinon, comme à son habitude, formidable !
Pour une fois que le paysage cinéphilique français essaie de sortir des sentiers battus, je pense qu’il ne faudrait pas bouder son plaisir !
Voilà un film qui mérite toute votre attention aussi bien pour sa forme que pour son fond et qui ravira les amateurs de cinéma non conventionnel !
Une petite bouffée d’air frais dans un paysage qui en avait bien besoin !
Certaines mauvaises langues ont vu en « Humains » un « nanar », personnellement j’ai plutôt vu un film d’aventures naturaliste, un bon survival teinté d’humanisme, un pur métrage de fantastique à la Française, dans la lignée de « Brocéliande » ou « Frontière(s) » mais en aucun cas un foutage de gueule !
J’ai même eu des frissons lors du twist final !
A découvrir en évitant les à priori et tout ce qu’on a pu dire, « Humains » est un très bon film, qui vous fera passer un agréable moment, avec quelques défauts certes, mais aussi beaucoup de qualités ! et une bonne volonté qui fait plaisir à voir !
Il se bonifiera encore plus avec le temps !
7.5/10




samedi 2 juillet 2011

TRANSFORMERS 3, Michael Bay, 2011

TRANSFORMERS 3
De Michael Bay
Etats Unis
2011 
avec Shia la Beouf

Bluffant, estomaquant, incroyable, démentiel !
Les qualificatifs sont faibles pour employer ce que l‘on ressent à la vue de « Transformers 3 » !
Certes la puérilité mercantile inhérente à la saga demeure mais ici Bay a pris le parti pris de l’estomper considérablement…
Au profit d’une intrigue plus fouillée et moins nunuche, il nous épargne les scènes débiles du premier et du second opus et se concentre avant tout sur son histoire.
« Transformers 3 » est sans conteste le segment de la trilogie le plus fouillé, le plus travaillé, le plus calculé, le plus appliqué et le moins rébarbatif (c’est bien simple, les deux heures 30 passent comme une lettre à poste)…
Shia laBeouf, d’habitude au charisme en berne, parvient à démontrer ici qu’il est un excellent acteur, au potentiel burlesque certain, mais qui n’en oublie pas ceci dit de jouer sur divers registres, notamment celui dramatique !
On y gagne également au change niveau sex appeal avec la nouvelle recrue qui remplace Megan Fox, clone de Cameron Diaz en plus jeune et encore plus canon ! Les érotomanes risquent de se régaler devant ses tenues ultra sex !
J’ai même versé une larme lors du pré-générique, tellement l’intensité était au rendez vous !
Les scènes de dévastations sont beaucoup plus lisibles à la rétine que lors du premier du nom, par exemple et certaines séquences, incroyables de maitrise, plaquent le spectateur sur son fauteuil (personne dans la salle n’a bronché une seule fois, tout le monde était pris dans le film !).
« Transformers 3 » est de plus un film fédérateur de par le message positif qu’il dégage et amène les gens à s’unir en cas de conflit et à rassembler les forces de chacun pour combattre et lutter contre l’oppresseur !
L’unité plutôt que la division, en somme ! ça fait du bien de voir des métrages véhiculant un tel précepte !
Et puis la dernière demie heure explose tout, bordel !
Elle relègue les blockbusters de dévastations au rang de bluettes !
Bay fait passer Emmerich et son «  2012 » pour du Max Pecas !
Ça dézingue littéralement !
A ce titre le « serpent » métallique à multi têtes tridimensionnelles est une merveille et un bon prétexte pour laisser libre cours à l’imagination dévastatrice du père Bay qui se lâche comme jamais !!!!
IN-CRO-YA-BLE !!!!!!
Du cinéma comme on les aime, racé, puissamment efficace et véritablement dépaysant !
LE film de l’été ! on attend également « Rise Planet of Apes » avec une impatience grisante !
Bay rulez !
9/10