Open Watching

Open Watching

dimanche 28 janvier 2018

Le cirque des vampires de Robert Young, 1972

LE CIRQUE DES VAMPIRES
de Robert Young
1972
Grande Bretagne
avec Adrienne Corri, Anthony Higgins, Lynne Frederick, Thorley Walters, John Moulder Brown, David Prowse, Domini Blythe, Laurence Payne
Film fantastique vampirique
87 minutes
Produit par la Hammer films
aka Vampire circus
Synopsis :
Une contrée de l’Europe de l’Est, au dix-neuvième siècle…
Le Comte Mitterhaus est un très dangereux vampire qui vit dans un château, il est craint de toute la population avoisinante ; lorsqu’Anna, une jeune femme, s’introduit dans son antre avec sa fille, le mari d’Anna, le professeur Albert Miller veut la sauver des griffes de Mitterhaus ; hélas, à son arrivée il trouve sa fille morte et décide d’appliquer une vengeance manu militari avec l’aide de quelques villageois ! Anna est devenue possédée par le comte, Miller plante un pieu dans le torse de celui-ci et les villageois incendient le château, laissant Mitterhaus pour mort, ils châtient Anna en la fouettant à mort…
Une décade et demie s’écoule, la peste a envahi le village et les habitants sont mis en quarantaine, ils ne peuvent s’échapper d’un périmètre précis et tous ceux qui souhaitent trouver une aide médicale sont abattus par les habitants des villages voisins ; le docteur Kersch et son fils Anton parviennent à s’échapper et Kersch passe la « frontière », espérant trouver de l’aide pour soigner la population qui meurt à petit feu…
C’est alors qu’arrive un cirque itinérant composé d’une femme tzigane à la poitrine opulente, d’un nain facétieux et grimé et d’Emil, un solide gaillard ; le cirque possède des fauves dont un tigre et une panthère noire ; les villageois sont subjugués par ce cirque et assistent à ses représentations chaque soir…
Dora, une jeune fille du village, le bourgmestre et sa fille Rosa sont en fait les descendants des tortionnaires du Comte Mitterhaus ; le comte a envoyé les forains du cirque pour effectuer une vengeance et annihiler tous ceux qui voulaient sa mort !
Mon avis :
Prenant la thématique initiale du vampirisme, « Le cirque des vampires » est bien un Hammer très insolite, qui bifurque sur un thème rarement abordé au cinéma : le cirque et les forains ; c’est cette idée très originale qui servira de levier à l’histoire pour reprendre le thème du vampire, mais cette fois, le Comte Mitterhaus apparaît peu (une fois au début et une fois à l’issue) donc, ce semi-Dracula « délègue » ses forfaits aux forains qui vont s’en donner à cœur joie pour le « venger », lui, laissé pour mort après le massacre initié par les villageois fous de rage (un début pré générique à fond les bananes et très sanglant !)…
Beaucoup d’érotisme, beaucoup de violence dans ce « Cirque des vampires », il s’agit d’un premier film d’un metteur en scène qui n’avait réalisé que des courts-métrages ou des documentaires et il s’en sort plutôt bien, se « moulant » dans le style que la Hammer films voulait et respectant bien les codes de la firme avec une touche atypique, comme dans « Capitaine Kronos contre les vampires », par exemple ; on est plus près de Capitaine Kronos que des « Maitresses de Dracula » avec « Le cirque des vampires », c’est toute la période seventies qui est mise en lumière ici…
Bourré de scènes novatrices, « Le cirque des vampires » frappe avant tout le spectateur parce qu’il ose en permanence (des enfants pour victimes, très mal vu par la censure, le film fut coupé à maintes reprises pour son exploitation aux Etats-Unis !), la séquence de la danse tribale avec la femme léopard complètement nue, le fait que le comte Mitterhaus ait des penchants pédophiles, les scènes d’inceste entre les jeunes frères et sœurs, bref tous ces éléments en font presqu‘un film extrême, heureusement désamorcé par l’idée que la Hammer devait rentrer dans ses deniers et ne pouvait pas faire tout partir en live, donc il y a de nombreux hors champs dans les meurtres mais ils sont tout de même suggérés et inhérents à l’histoire, qu’on le veuille ou non…
« Le cirque des vampires » est donc un film freestyle mais néanmoins bien mis en scène avec la dose qu’il faut d’érotisme et d’exotisme, le fait que la population soit envahie par la peste rajoute dans l’horreur (les maquillages des pestiférés sont bien cradingues !) et le personnage du comte Mitterhaus est la clef de voûte du film même si on le voit peu, il symbolise un Golem, une divinité qui coordonne sa malédiction pour faire le mal autour de lui (comme le vampire de « Twins of evil » qui influence les deux jeunes jumelles à distance)…
Sous la forme de la roulotte et du chapiteau d’un cirque, les horreurs vont s’amplifier et se décupler et c’est les soit-disants « méchants » du début qui vont en faire les frais…
L’idée astucieuse de la « réincarnation » d’Anna par la tzigane, lorsqu’on voit son visage superposé sur celui de la foraine, donne une indication sur la source des méfaits à venir et ainsi on identifie vite que le cirque représente un danger pour le village ; déjà le titre du film suffit pour nous le faire comprendre…
Tout à fait honnête, « Le cirque des vampires » passe facilement aux yeux des cinéphiles et s’avère être un régal, les paysages naturels forestiers, les bâtisses et la crypte lors du final donnent une dimension fascinante à un film insolite et vintage, véritable pan d’une partie des films de la Hammer tourné post 1970…
Bref, « Le cirque des vampires » n’a rien à envier à ses prédécesseurs hammériens et ne souffre d’aucune carence, aussi bien scénaristique qu’esthétique, c’est un film à voir et, sans être un monument, il reste sans prétention et facile à visionner…
Elephant films nous le sort dans des conditions visuelles optimales avec un blu ray magnifique donc il n’y a plus d’hésitation à avoir, foncez !
Note : 9/10






Le spectre du chat de John Gilling, 1961

LE SPECTRE DU CHAT
de John Gilling
1961
Grande Bretagne
avec Barbara Shelley, André Morell, William Lucas, Conrad Phillips, Freda Jackson
Film fantastique
79 minutes
Produit officieusement par la Hammer films
aka The shadow of the cat
Synopsis :
Un village de Grande Bretagne, au début du vingtième siècle…
Louise Venable, une vieille dame issue d’une famille très riche et qui a la main mise sur un magot colossal, est assassinée sauvagement par son mari, avec la complicité du servant Andrew et de la gouvernante Clara ; lors du meurtre, la chatte de Louise, Tabitha, est témoin de la mort de sa maitresse…
Tabitha va se retrouver sur tous les lieux, les jours suivants, où se trouveront les meurtriers ; lorsque l’officier de police mène l’enquête sur la disparition de Madame Venable, Jacob et Walter Venable subiront une malédiction personnalisée par le chat…
Lorsque Beth, la nièce de Louise, se prend d’affection pour le félin, les autres protagonistes n’ont qu’un seul but, tuer Tabitha !
Clara, dans une crise de démence, décède alors que Walter, poursuivant Tabitha dans une forêt, se tue lui-aussi, en s’enfonçant dans des sables mouvants…
Lorsque la police commence à comprendre qu’il s’agit d’un assassinat et non d’une simple disparition, Latimer veut absolument se débarrasser de la chatte Tabitha ;  devenu fou, il suit la chatte le long du toit du manoir et meurt, chutant de plusieurs mètres…
Ces morts violentes ont été commanditées par le biais de Tabitha, laissent penser que l’âme défunte de Louise Venable a pris possession de l’animal dans le but d’une vengeance !
Mon avis :
Jamais à cours d’imagination pour transfigurer les codes du gothique et du fantastique, la Hammer films produit officieusement ce « Shadow of the cat » (« Le spectre du chat » dans l’hexagone) car la firme n’est pas créditée au générique ; il s’agit ici d’un film de malédiction avec … un chat ! ce qui pourra sembler quelque peu ridicule (comme si les protagonistes étaient morts de trouille et devenaient fous en voyant cet inoffensif matou !), mais heureusement la mise en scène virtuose du grand John Gilling sauve largement les meubles et l’ensemble est très plaisant à suivre, avec en plus- value la magnifique Barbara Shelley, figure iconique du gothique british…
« Le spectre du chat » possède une ambiance complètement anxiogène due en majeure partie au jeu des acteurs, tous hystériques et persuadés dans leur paranoïa que le responsable de tous leurs tracas est ce maudit chat ; dès lors, tous les prétextes sont bons pour attraper le félin et l’occire, Gilling donne une grande dynamique à des plans séquences très travaillés, avec notamment une vue subjective du chat ou ce passage incroyable de la forêt lorsqu’un des assaillants meurt enseveli dans des sables mouvants (trucage particulièrement réaliste !)…
Le mari Venable et ses complices vont amèrement regretter d’avoir assassiné la pauvre vieille dame dans des objectifs de récupérer l’héritage, ça va barder pour eux, notre copain le matou va appliquer la vengeance de sa maitresse qui s’impose !
Le noir et blanc du film irradie la pellicule et lui donne tout son charme, le film n’aurait pas eu autant d’impact en couleurs, il y a même des airs de Bava (« le Masque du démon » surtout) et une énorme influence de Roger Corman dans « Le spectre du chat »…
Fulci reprendra la thématique du matou maléfique dans son honnête « Black cat » tourné vingt ans plus tard, mais « Le spectre du chat » reste un archétype hammérien de se projeter dans toutes les possibilités pour exploiter le bestiaire du cinéma fantastique (ici, pour une fois, pas de Dracula, de Frankenstein ou de momie mais un animal bien précis, un chat) ; hyper atypique si on le compare aux autres films de la firme d’outre-Manche, « Le spectre du chat » est une réussite car John Gilling croit à fond en son entreprise et met tout son cœur dans la réalisation, rendant atmosphérique une histoire où un réalisateur lambda se serait gamellé, Gilling sait ce qu’il fait et son film fait illusion, on est pris dedans du début à la fin !
Elephant films a vraiment assuré en l’incluant dans son coffret car « Le spectre du chat » est un Hammer vraiment rare et occulté par beaucoup, Elephant films redonne honneur à ce métrage méconnu dans une édition DVD (et oui c’est le seul film à ne pas bénéficier d’un transfert HD !), mais le tout est suffisamment regardable pour que l’on ne boude pas son plaisir…
Véritable témoignage de la diversité absolue dont faisait preuve la Hammer, « Le spectre du chat » est une oeuvre à réhabiliter sans faute, tous les cinéphiles y trouveront leur compte et pourront ainsi se faire une idée de la largesse du panel offert par la Hammer…
Immanquable !
Note : 9/10







dimanche 21 janvier 2018

Le fantôme de l'opéra de Terence Fisher, 1962

LE FANTOME DE L’OPERA
de Terence Fisher
1962
Grande-Bretagne
avec Michael Gough, Herbert Lom, Heather Sears, Edward de Souza, Thorley Walters, Ian Wilson, Michael Ripper
84 minutes
Film fantastique
Produit par la Hammer films
Blu ray édité chez Elephant films
aka The Phantom of the opera
d’après le roman de Gaston Leroux
Musique d’Edwin Astley
Synopsis :
Londres, au tout début du vingtième siècle…
Lors d’une représentation à l’opéra de la ville, le spectacle est troublé par la mort d’un technicien retrouvé pendu à une corde pendant le final de la partie de chant…
La cantatrice refuse catégoriquement de continuer à chanter dans cet opéra ; Lord Ambrose d’Arcy, le directeur et Harry Cobtree, le directeur artistique, doivent recruter de nouvelles vocalistes féminines ; c’est alors que postule Christina Charles, la jeune femme fait illusion et est engagée sur le champ...
Christina, dans sa loge, entend une voix mystérieuse qui lui parle, comme si se trouvait un fantôme au sein du bâtiment !
Très vite, Harry Cobtree, après lui avoir fait la cour, tombe amoureux de Christina et cette dernière cède à ses avances ; Christina est enlevée !
Harry Cobtree mène une enquête pour comprendre les raisons du rapt de Christina ; durant ses pérégrinations, il apprend que Lord Ambrose d’Arcy est un salopard de la pire espèce, il a racketté et trompé un compositeur, Erik Petrie, et lui a marchandé inégalement l’intégralité de ses symphonies…
Alors que Petrie, par vengeance, a voulu détruire les partitions en les brûlant, il a été gravement blessé avec de l’acide nitrique et a survécu dans une bouche d’égout de la Tamise !
Petrie a créé tout un sous- sol, sous l’opéra, c’est en fait lui le fameux fantôme !
Cobtree parvient à reconstituer cette mosaïque et part délivrer Christina ; c’est à ce moment que Lord Ambrose d’Arcy est agressé par Petrie qui, fou de rage et dans un désir de vengeance, se rend au bureau du directeur !
Mon avis :
Adaptation à la sauce hammérienne du célèbre roman de Gaston Leroux, « Le fantôme de l’opéra » était un projet hyper casse gueule pour Terence Fisher, il bénéficia d’un budget colossal et les studios Universal mirent les bouchées doubles pour la production du film qui se révéla un fiasco au box-office et pourtant c’est un injuste retour de bâton car ce « Fantôme de l’opéra » est une œuvre magnifique, très dense et colossale dans la réalisation…
Fisher y est allé très fort et déploie son talent dans des séquences hyper bien coordonnées, la technique est sidérante de perfection (notamment lors des passages à l’opéra, justement, et sur sa scène, mais aussi lorsque Cobtree/Edward de Souza passe par la Tamise jusqu’à la bouche d’égout pour retrouver et sauver la belle Christina –quel passage ! -)…
On est passionné du début à la fin, « Le fantôme de l’opéra » est un régal intemporel servi d’une dose de magie et de modernité stylistique (le flashback lorsqu’on comprend l’origine du fantôme avec Petrie qui vient pour brûler les partitions), et le blu ray d’Elephant films sublime totalement le charme du film, on se prend un pied monumental pendant une heure vingt- quatre !
C’est là qu’on voit que Terence Fisher était peut- être le plus grand, le meilleur réalisateur que la Hammer ait eu, il a une application, un sens de la rigueur et une détermination imparables qui donnent instantanément un charme absolu à ses films…
Des libertés sont prises avec la mythe du « Fantôme de l’opéra » mais ce n’est pas grave, le plaisir du cinéma est bel et bien là et on déguste le film comme il se doit, tout est coordonné à la perfection, les acteurs y croient à fond et le personnage de Lord Ambrose d’Arcy incarné par Michael Gough est un modèle de salopard, c’est LUI le méchant du film, bien plus que le fantôme de l’opéra lui-même, d’ailleurs c’est Ambrose d’Arcy la cause de tous les malheurs que l’on voit dans le film !
Il y a des passages inoubliables et un suspense de folie (l’attaque au couteau avec le nain dans les égouts, la façon dont le début est filmé, le final apocalyptique), l’histoire d’amour entre Christina et Harry n’est pas du tout sotte et colle parfaitement à l’ambiance du film, franchement je vois difficilement ce qu’il y aurait à redire sur la mise en scène…
Et la musique d’Edwin Astley, quel monument ! elle est à tomber par terre ! Les cinéphiles et/ou les mélomanes seront comblés !
« Le fantôme de l’opéra » version Hammer films est un vrai bonheur, encore une fois la firme d’outre-Manche revisite tous les classiques du bestiaire horrifique et rares sont les déceptions, « Le fantôme de l’opéra » est, une nouvelle fois, une très grande réussite et un film à réhabiliter absolument, il est impensable qu’il se soit fait casser de la sorte par les critiques à sa sortie et qu’en salles il fût un échec (cela valut même à Terence Fisher d’être congédié –momentanément heureusement- par la Hammer !)…
Indispensable si l’on veut mesurer l’étendue du talent et l’ouverture d’esprit de la Hammer et de Fisher, « Le fantôme de l’opéra » est un film magnifique et flamboyant, unique en son genre et indélébile dans la mémoire de tout cinéphile…
Maintenant qu’Elephant films l’a sorti dans cette sublime édition, plus personne n’a d’excuse pour le rater !
Un monument qui compte énormément dans le parcours de Fisher et de la Hammer films…

Note : 9.5/10







Comtesse Dracula de Peter Sasdy, 1971

COMTESSE DRACULA
de Peter Sasdy
1971
Grande-Bretagne
avec Ingrid Pitt, Lesley Ann Down, Nigel Green, Sandor Eles, Maurice Denham
Film fantastique vampirique
93 minutes
Produit par la Hammer films
Blu ray édité chez Elephant films
aka Countess Dracula
Synopsis :
Hongrie, au dix- neuvième siècle…
Alors que son époux vient juste de mourir après avoir promis monts et merveilles aux villageois vivant dans la précarité, la Comtesse Elizabeth Nadasdy regagne son château et se fait considérer comme une diablesse après que son carrosse ait roulé sur un mendiant, le tuant sur le coup ; la comtesse est âgée et ne plait plus aux hommes, c’est alors qu’elle remarque fortuitement, suite à la blessure de Teri, une de ses servantes, que le sang de jeunes vierges lui redonne sa jeunesse, son teint et sa peau deviennent lisses dès que du sang de vierge s’applique dessus !
Elizabeth invente un stratagème machiavélique : elle fait kidnapper sa fille Ilona, promise à Imre Toth, un jeune homme ; Ilona se retrouve séquestrée dans la cabane d’un bohémien muet et Elizabeth usurpe son identité ; cela fait illusion lorsqu’elle retrouve sa jeunesse et elle séduit tout de suite Toth…
Mais l’effet du sang de jeune vierge ne dure que très peu de temps ; Elizabeth comprend alors que dès que sa jeunesse s’estompe et disparaît, il lui faut trouver d’autres victimes vierges pour mener à bien son plan !
C’est alors qu’Ilona parvient à s’échapper er regagne le château de sa mère…
Elizabeth, jeune, est sur le point d’épouser Imre Toth ; la cérémonie est troublée lorsque ce dernier comprend enfin la supercherie !
Des dizaines de jeunes filles furent victimes d’Elizabeth et celle-ci est considérée comme le diable !
Mon avis :
Après les films de « Dracula » précédents incarnés, entre autres, par l’illustre Christopher Lee, la Hammer films, en perpétuelle recherche de renouvellement, tente avec ce « Comtesse Dracula » une déclinaison féminine du mythe du célèbre vampire ; ce n’est pas à proprement parler du « vampirisme » classique puisqu’il n’y est pas question de mordre au cou et de sucer le sang de ses victimes mais plutôt le sang (des filles vierges) sert de prétexte pour garantir une « jeunesse éternelle » en l’occurrence ici à la comtesse Elizabeth Nadasdy (le film est très inspiré par la légende de la comtesse Bathory) afin que cette dernière, qui est nymphomane, puisse donner libre cours à ses ébats et pulsions sexuelles…
C’est la magnifique Ingrid Pitt qui endosse le rôle de la comtesse et sa sensualité est prégnante et même magnifiée, la belle n’hésitant nullement à dévoiler son corps lors de séquences très érotiques ; à noter la présence de la jeune Lesley Ann Down, dans le rôle d’Ilona, qui volerait presque la vedette à Ingrid Pitt au niveau de la beauté (cette brunette est hyper sensuelle) et quelques jolies filles dans les rôles de servantes ou de filles de petite vertu…
L’histoire, en elle-même, est particulièrement habile et la mise en scène de Peter Sasdy fonctionne à merveille ; l’idée du quiproquo mère/fille avec Elizabeth devenue jeune qui se fait passer pour sa fille en vue de séduire son futur époux est très intéressante et la dynamique enjouée du film ne laisse aucun répit au spectateur, pas de temps morts à déplorer et un début fracassant et très cruel (la mort du mendiant écrasé sous les roues du carrosse, on se croirait dans « Mark of the devil » niveau sadisme !)…
Comme à l’accoutumée chez la Hammer, les décors sont flamboyants et les séquences dans les tavernes bien pittoresques ; on s’attache de suite au personnage joué par Ingrid Pitt et le film décolle dès que le stratagème est élaboré avec la stupéfaction lors de la vision de la comtesse devenue jeune !
L’interprétation est impeccable, y compris les seconds rôles, et on sent une grande application de Peter Sasdy pour rendre crédible son intrigue, cette tentative de faire de l’inédit de la part de la Hammer est particulièrement osée et réussie…
« Comtesse Dracula » mêle efficacement horreur et érotisme, classe et indécence et le final est assez nihiliste et abrupt mais renforce bien l’idée que l’on se faisait du personnage de la comtesse…
Le Blu ray d’Elephant films est de grande qualité et les bonus avec Alain Schlockoff nous apprennent des tas de choses sur Ingrid Pitt (décédée en 2010) et notamment qu’elle s’est énormément impliquée pour la Hammer films et le cinéma fantastique en général, participant à de nombreuses conventions de dédicaces, c’est une très grande dame, et l’édition blu ray de « Comtesse Dracula » lui rend par conséquent un bien bel hommage, il est donc indispensable à tout cinéphile de la posséder…
Un très bon Hammer du début des années soixante-dix, à ranger à côté de « Vampire lovers » ou de « Twins of evil », niveau qualité ce film est top !
Note : 9/10








dimanche 14 janvier 2018

L'empreinte de Frankenstein de Freddie Francis, 1964

L’EMPREINTE DE FRANKENSTEIN
de Freddie Francis
1964
Grande-Bretagne
avec Peter Cushing, Peter Woodthorpe, Kiwi Kingston, Duncan Lamont, Sandor Eles, Katy Wild
Film fantastique
84 minutes
Production Hammer films
aka The evil of Frankenstein
Box-office en France : 694 778 entrées
Synopsis :
Ville de Karlstadt et ses environs, au dix-neuvième siècle…
Le baron Frankenstein mandate un vagabond pour subtiliser un cadavre entreposé dans une cabane ; Frankenstein retire le cœur encore frais du macchabée et est sur le point de concrétiser son expérience, il est aidé par son assistant Hans…
Mais un ecclésiastique rentre chez Frankenstein et saccage tout son laboratoire !
Hans et Frankenstein sont contraints de s’exiler à Karlstadt d’où ils furent chassés une dizaine d’années auparavant ; ils arrivent dans la bourgade alors que se déroule une fête foraine et un carnaval ; ainsi, Frankenstein et Hans s’affublent d’un masque pour ne pas être reconnus ; dans une auberge, Frankenstein reconnait le bourgmestre et le chef de la police qui lui avait volé des choses précieuses et notamment une bague ; fou de rage, Frankenstein se rue sur le bourgmestre et provoque une esclandre !
Zoltan, l’hypnotiseur de la fête foraine, cache temporairement Hans et Frankenstein et ceux-ci parviennent à regagner le château, en ruines et dévalisé, où vécut Frankenstein…
Le baron y a gardé sa créature et une idée lui vint à l’esprit : faire appel à Zoltan pour hypnotiser et ramener à la vie la créature…
Zoltan accepte mais tout ne va pas se passer comme prévu par Frankenstein, Zoltan se servant de manière insidieuse de la force colossale de la créature à des fins personnelles et vénales !
Mon avis:
Troisième segment des “Frankenstein”  de la Hammer, cette fois ci réalisé par Freddie Francis (Terence Fisher ayant décliné la réalisation, blessé lors d’un accident de voiture), « L’empreinte de Frankenstein » n’en demeure pas moins très intéressant car le personnage central du film n’est pas la créature elle-même (il aura fallu pas moins de deux cents croquis pour l’établir) mais le Baron Frankenstein incarné magistralement par Cushing et là, l’acteur a mis le paquet !
Ça démarre à fond la caisse avec un pré-générique qui met direct dans l’ambiance et l’action ira crescendo au fil du déroulement du film ; peut- être que Cushing n’aura jamais été autant habité par son rôle que dans celui-là, il a des yeux de fou, se bagarre, bondit, ce rôle est autant physique que verbal pour lui, il instaure désormais son personnage clef de voûte de la Hammer, tout comme Van Helsing dans les films vampiriques qu’il tourna par la suite…
Le personnage de la mendiante muette (bouleversante Katy Wild) place même « L’empreinte de Frankenstein » au même niveau que les films de James Whale avec un côté touchant et totalement émotionnel (la créature guidée par la jeune femme rappelle "La fiancée de Frankenstein »), le second rôle de Zoltan, le charlatan hypnotiseur, sert de levier pour faire se diversifier l’intrigue qui prend un virage à 360 degrés avec les meurtres « commandés à distance », c’est une brillante idée scénaristique et tout tient la route dans l’histoire…
On est en plein dans la période faste, dans l’âge d’or de la Hammer avec « L’empreinte de Frankenstein » et ça se voit, tous les codes modernes sont déclinés de façon juste et le spectateur en prend plein les mirettes, Freddie Francis était l’assistant de Terence Fisher, tout ce qui lui a été enseigné pour une mise en scène réapparait à la perfection et il délivre un travail particulièrement appliqué et rigoureux…
« L’empreinte de Frankenstein » est un must absolu, il redonne de la nouveauté au mythe et surtout il ne trahit jamais l’atmosphère des précédents films, quoiqu’en disent les détracteurs sur le maquillage du monstre, c’est à appréhender au second plan, l’intérêt est mis beaucoup plus en avant sur le Baron Frankenstein et sa vie, ses antécédents, que sur le prétexte de la créature, le scénario est prioritairement mis sur Cushing…
Et surtout la petite muette, un personnage marginal qui fait fonctionner le côté « différent » voulu par Freddie Francis, il a gagné son pari et nous émerveille par sa mise en scène…
« L’empreinte de Frankenstein » est un pilier dans la continuité des films du mythe et la Hammer peut se vanter d’en avoir redonné vigueur et singularité, ne se contentant pas de resservir un énième Frankenstein basique, cette fois les coutumes volent en éclats et le rendu est sublime !
Elephant films a une nouvelle fois fait un excellent travail et l’image du blu ray est magnifique, tout comme les bonus avec Nicolas Stanzick, qui dissèque comme personne le film et le place dans son contexte, une mine d’or d’informations !
« L’empreinte de Frankenstein » est un chef d’œuvre essentiel si l’on veut bien comprendre le sens que voulait donner la Hammer aux films qu’elle produisait, c’est effectivement avec des films comme celui-ci que l’on peut juger de la qualité et de l’implication de la Hammer pour le cinéma fantastique mondial…
Immanquable !

Note : 9.5/10







La fille de Jack l'éventreur de Peter Sasdy, 1971

LA FILLE DE JACK L’EVENTREUR
de Peter Sasdy
1971
Grande-Bretagne
avec Angharad Rees, Eric Porter, Jane Merrow, Dora Bryan, Derek Godfrey
85 minutes
Thriller horrifique
Production Hammer films
aka Hands of the ripper
Musique de Christopher Gunning
Synopsis :
Grande-Bretagne, à l’époque victorienne…
Le célèbre tueur en séries Jack l’éventreur vient d’assassiner une énième victime, il est pourchassé en vue d’être lynché, il a le temps de se réfugier chez lui et tue sa femme sous les yeux d’Anna, sa propre fille alors qu’elle a à peine sept ans, cette dernière est traumatisée à vie d’avoir assisté au meurtre sanglant de sa mère…
Une dizaine d’années plus tard, Anna est prostituée par Granny Golding, une fausse médium qui établit des séances de tables tournantes truquées avec des notables de la ville ; Elle propose à Monsieur Dysart, un riche parlementaire, de déflorer la virginité d’Anna moyennant une forte somme d’argent ; Anna lui résiste et s’ensuit une bagarre où Anna tue Granny en l’empalant sur la porte de la chambre avec un tison de cheminée…
Le psychiatre John Pritchard, qui attendait un fiacre devant la maison de Granny, a vu Dysart avant le meurtre, mais, à l’enquête de police, il le couvre afin de recueillir Anna pour l’héberger chez lui…
Pritchard sait pertinemment qu’Anna est coupable mais il veut étudier sa pathologie et essayer de la contrôler voire de la soigner…
Michael, le fils de Pritchard, arrive au domicile de son père, il doit épouser Laura, une jeune femme aveugle et leur mariage est imminent…
C’est alors qu’Anna, prise d’une crise, tue la gouvernante ; Pritchard essaie de camoufler le meurtre et cache le cadavre…
Il ne sera pas au bout de ses peines, Jack l’éventreur ayant pris possession de sa fille, Anna disparaît et atterrit dans un quartier chaud de la ville ; une prostituée, en vue de l’employer, l’emmène chez elle !
Mon avis :
Avec “La fille de Jack l’éventreur”, la Hammer a pris d’énormes risques en s’accordant la liberté de rediriger un mythe (celui du personnage de Jack l’éventreur) sur une histoire de possession avec sa fille, c’est un pari très osé mais réussi dans l’ensemble et encore vu nulle part ailleurs, c’est le gage de la qualité énorme des productions de la Hammer qui revisite intégralement tout le bestiaire du cinéma fantastique et, soyons francs, une nouvelle fois c’est un vrai régal…
Peter Sasdy emploie la thématique de la possession et l’illustre par des séquences à la violence frontale, le tout baignant dans une sensualité appuyée par le personnage d’Anna joué par la splendide Angharad Rees, frêle actrice au visage poupin, dont on ne soupçonnerait jamais le côté meurtrier lors de crimes bestiaux (sa force est justifiée par le fait qu’elle soit possédée par son père, l’ignoble Jack l’éventreur), Sasdy donne une grande crédibilité à son scénario avec une succession de plans séquences au timing imparable et vraiment passionnants…
Les personnages connexes (Eric Porter en tête) semblent envoutés par le charme et l’aura de la belle Anna mais sont inconscients du danger ; Pritchard souhaite même la guérir mais il est en plein rêve, ne se doutant pas de ce qu’il attend !
La mise en scène déploie des morceaux de bravoure avec un magnifique final dans une cathédrale et l’enchevêtrement des scènes lors des dix dernières minutes est bluffant, un peu comme un catharsis dont l’issue ne semble être que la mort, mort vécue comme une délivrance…
La musique de Christopher Gunning est par ailleurs magnifique, elle fait fonctionner le film comme une élégie et l’empathie se créée immédiatement pour la petite Anna, décalée totalement avec son environnement à cause de son trauma, elle gravite avec son regard psychotique que seul Pritchard pense pouvoir guérir et ramener à la raison…
Eric Porter est à la fois touchant et à côté de la plaque (on devine qu’il est fou amoureux d’Anna) mais la grande pudeur dont il fait preuve le contraindra à « couvrir » les crimes jusqu’à un blackout sans retour arrière, dont lui-même sera la victime…
« La fille de Jack l’éventreur » est un Hammer remarquable et il figure parmi les chefs d’œuvre de la firme britannique, n’étant pas un « Dracula » ou un « Frankenstein » mais une exploration, une nouvelle déclinaison originale du personnage de Jack l’éventreur par un biais fantastique différent, la possession…
Ça reste du très haut niveau et le film, encore de nos jours, fait preuve d’une modernité dans le découpage des plans avec moult cadrages à l’image en biais ; Peter Sasdy réussit ici un coup de maitre absolu…
Le blu ray Elephant films est parfait avec les bonus illustrant Alain Schlockoff qui donne un avis dithyrambique justifié sur le film…
« La fille de Jack l’éventreur » est un Hammer plus gore que d’habitude mais tout fonctionne à merveille dans ce film, que je vous encourage fortement à visionner, ne serait-ce que pour le jeu d’Angharad Rees,  elle brille dans son rôle de façon indélébile…
Note : 9.5/10








mercredi 10 janvier 2018

Wonder Woman de Patty Jenkins, 2017

WONDER WOMAN
de Patty Jenkins
Etats-Unis
2017
avec Gal Gadot, Chris Pine, Robin Wright, Connie Nielsen, Danny Huston
Film de super héros/aventures
141 minutes
Budget : 149 000 000 dollars
Recettes au box- office : 821 900 000 dollars
Synopsis :
Au début du vingtième siècle, au cours de la première guerre mondiale…
Diana vit dans le peuple des amazones sur l’ile de Themyscyra, sa mère Hippolyta souhaite en faire une guerrière, elle lui apprend dès son plus jeune âge à combattre, Diana semble très précoce et maitrise beaucoup le maniement des armes et l’équitation, arrivée à l’âge adolescent, elle déploie une force hors du commun et s’aperçoit qu’elle possède des super pouvoirs, elle peut rester en apnée des temps records et bondir dans les airs en volant…
Arrive Steve Trevor, un pilote espion de l’armée britannique dont l’avion s’échoue non loin du lieu où se trouve Diana, cette dernière vient à son secours et le sauve de la noyade…
Comme portée par un désir d’aider Steve Trevor et de sauver une humanité en déclin, Diana prend le parti pris fou de le suivre sur le continent, elle arrive donc à Londres après un périple en bateau…
Trevor retrouve ses amis combattants, alliés dans l’armée britannique, Sameer et Charlie ; il explique à Diana que les belligérants de l’armée allemande, Isabel Maru surnommée Docteur Poison et le général Ludendorff, deux gradés très dangereux et sans pitié, préparent une extermination de la population par un gaz toxique !
Diana se rend dans les tranchées et comprend la dangerosité du projet de Ludendorff, elle a une grande empathie pour les villageois condamnés à une mort certaine et imminente…
Sameer, Charlie, Trevor et Diana s’introduisent dans un palais où l’armée allemande donne un congrès, ils espèrent trouver et contrecarrer les plans de Ludendorff et Maru…
La tâche s’avère plus compliquée que prévue, Ludendorff inhalant un gaz créé par Isabel qui booste sa force ; lors d’un combat, Diana parvient tout de même à le mettre hors d’état de nuire…
Croyant avoir le champ libre, Diana n’est pas au bout de ses peines ; c’est alors qu’Arès, le dieu de la guerre, apparaît pour lui barrer la route !
Un combat titanesque s’engage alors…
Mon avis :
Intronisé par Lynda Carter à la fin des années soixante-dix, le personnage de Wonder Woman est revisité et modernisé en 2017 avec la personnification nouvelle de la sculpturale Gal Gadot, ex Miss Israel 2004 et qui officia dans les rangs de Tsahal pendant deux années ; à la plastique exceptionnelle, Gal Gadot donne également un jeu d’actrice solide et crédible doté d’une grande émotivité, c’est ce qui donne une grande densité à ce remix de Wonder Woman, moins nunuche que l’original tout en restant divertissant, mais avec un côté de distraction plus diversifié et plus ample…
L’idée de base de faire se dérouler le début du film sur la terre des amazones est très bien amené et donne un aspect mythologique et mystique aux origines de Wonder Woman, on s’identifie bien à son personnage et on la suit depuis son enfance jusqu’à l’âge adulte, la mise en scène de Patty Jenkins est très simple et pure, il y a très peu de violence mais bel et bien une volonté de nous rendre familier le personnage de Wonder Woman, sorte de super héroïne personnifiée par la belle Gal Gadot, mais avec un côté maternel humaniste qui sonne très juste…
Wonder Woman n’oublie pas cependant de combler les amateurs d’action et de film d’aventures, combinant les deux genres avec brio et les deux heures vingts passent comme une lettre à la Poste, servies par des décors somptueux et une reconstitution de la grande guerre alliant réalisme et rêve, en outre, le spectacle s’avère envoûtant et on est pris dans l’histoire de l’entame au dénouement…
Le personnage du pilote espion incarné par Chris Pine s’allie avec celui de Wonder Woman, et même si cette mini-histoire d’amour était immanquable, elle colle parfaitement au métrage sans mièvrerie et avec une tendresse qui nous manquait au cinéma ; Patty Jenkins donne une grande pudeur à son œuvre sans sombrer dans la lourdeur, du coup « Wonder Woman » est un film raffiné, un plaisir cinématographique simple et qui ne nous prend pas pour des imbéciles…
Au contraire des précédents films de super héros souvent pachydermiques, « Wonder Woman » consacre avant tout l’entertainment comme propos premier mais avec des effets LISIBLES et identifiables facilement, nous ne sommes pas abrutis lorsque l’on sort du visionnage et ce point positif est crucial dans la réussite de « Wonder Woman », c’est ce qui fait sa force et sa qualité, c’est sans nul doute LE meilleur film du genre depuis très longtemps…
L’aspect mythologique prend son essor lorsqu’apparait Arès, le dieu de la guerre, et les personnages de Docteur Poison et du général allemand Ludendorff personnifient bien les ennemis de Wonder Woman, mais aussi de l’humanité, Wonder Woman est « en mission pour le seigneur », pour remettre de l’ordre sur terre et pour sauver les malheureuses victimes de cette guerre terrible, elle s’impose comme rempart de sauveuse de l’humanité, ni plus ni moins, et cet objectif sera aidé par ses super-pouvoirs, décuplant ses forces pour qu’elle atteigne son but…
Magnifiquement mis en scène par une cinéaste très talentueuse (déjà responsable du superbe « Monster » avec Charlize Theron et Christina Ricci), au déroulé scénaristique exemplaire et aux effets spéciaux calibrés à la perfection, « Wonder Woman » est le meilleur spectacle de l’année 2017 et on n’a qu’une envie, le revoir très vite ; intelligent dans sa forme comme dans son fond et charismatique avec le corps sublime de Gal Gadot, « Wonder Woman » se dote de toutes les qualités nécessaire pour s’ériger comme chef d’œuvre ultime du film de super –héros post années deux- mille dix…
D’une force, d’une sincérité et d’une vigueur/rigueur imparables, c’est sans nul doute un des meilleurs films fantastiques de ces dix dernières années toutes déclinaisons du genre confondues,  un Must have à visionner absolument !

Note : 9.5/10









mardi 2 janvier 2018

Le manoir maudit d'Antonio Boccaci, 1963

LE MANOIR MAUDIT
d’Antonio Boccaci
aka Anthony Kristye
1963
Italie
avec Annie Alberti, Marco Mariani, Adriano Micantoni, Flora Carosello
84 minutes
Fantastique gothique
DVD édité chez Artus films
aka Metempsyco
aka Tomb of torture
Synopsis :
Une ville d’Europe, au milieu du vingtième siècle…
Le prince Raman, un maharadjah, vit dans un manoir cossu qui surplombe la ville ; ce lieu est l’objet de superstitions de la part des habitants et certaines jeunes filles s’y aventurent à leurs risques et périls ; le prince était destiné à épouser la comtesse Irène mais celle-ci disparaît mystérieusement, ce qui amplifie les doutes de la population sur ce manoir considéré comme « maudit »…
Plusieurs années après, le docteur Darnell, un médecin austère, décide de partir en villégiature avec sa jeune fille Anna, Darnell veille sur elle et lui interdit toute sortie, craignant qu’elle ne fasse de mauvaises rencontres…
Darnell et sa fille prennent possession… du manoir de Raman !
Elizabeth, la gouvernante, est stupéfaite lorsqu’elle voit Anna ; c’est le sosie de la comtesse Irène dont tout le monde a perdu la trace !
Alors qu’elle se baigne nue dans un étang, Anna fait fortuitement la connaissance de Georg Dickson, un journaliste, c’est le coup de foudre !
Tout irait pour le mieux et de façon idyllique jusqu’au jour où Anna et Elizabeth descendent dans les sous- sols du manoir ; ils y découvrent un homme au visage atrocement mutilé et des cadavres de femmes dans une chambre de tortures !
Le monstre s’est introduit dans le manoir par un passage secret situé dans les buissons attenants…
Lorsque Darnell se rend compte que sa fille a disparu, il part à sa recherche, aidé par Dickson…
Lorsque les deux hommes arrivent au passage secret, ils entendent les cris d’Anna…
Il est peut-être déjà trop tard !
Mon avis :
Houhou le nanar ! alors là on est en présence d’un film historique, le premier nanar de gothique italien jamais référencé !
Acteurs non-professionnels raides comme des balais, incohérences scénaristiques à la pelle, aucune conviction, aucune direction d’acteurs, c’est le seul et unique film d’Antonio Boccaci et quand on visionne la chose, on comprend pourquoi !
On a bien du mal à y croire et pourtant l’histoire, entre les mains d’un Bava ou d’un Freda, aurait pu atteindre des sommets (on est en plein âge d’or du gothique italien en 1963, tout le monde nous pond des chefs d’œuvre du genre … sauf celui-ci !)…
Vous l’aurez aisément compris, il n’y a rien à sauver dans ce « Manoir maudit », le « monstre » est affreux (on dirait le professeur Adams du « Panic » de Tonino Ricci sorti deux décades plus tard), l’actrice qui joue le double rôle de Irène/Anna n’a aucun charisme (un comble !) et le manque de moyens financiers évident y est pour beaucoup dans le naufrage du métrage…
A la moitié du film (vers la cinquantième minute) il y a une grosse perte de vitesse dans l’histoire et on est pris de multiples baillements, il faut attendre le dernier quart d’heure pour assister à des « bagarres » (laissez- moi rire !) avec le monstre et une cascade à quatre euros quand il prend appui sur un lustre avant de se pendre, si vous voulez rigoler, matez « Le manoir maudit » c’est capilotracté du début à la fin et on hallucine en permanence, un mélange entre « Les trois visages de la peur » et « White fire » qui vaut son pesant de pistaches !
Fauché de bout en bout, « Le manoir maudit » c’est du lourd et on ne peut que remercier Artus films de nous avoir exhumé ce nanar très rare ; même l’excellent Alain Petit dans les bonus du DVD reconnaît que le film est pas terrible et a bien du mal à lui trouver des qualités, c’est dire…
Seuls les cinéphiles habitués aux nanars trouveront une jubilation en visionnant ce « Manoir maudit », c’est à eux que le film est destiné ; pour les puristes du gothique rital, « Le manoir maudit » se vivra comme un supplice, comme une « insulte » au genre…
Mais après tout, Boccaci ne demande rien à personne et fait son taf comme il peut et avec les moyens qu’on lui fournit…
« Le manoir maudit » est un peu l’ancien binôme du monumentalement nanardesque « Démence » de Gianni Martucci, sorti au début des années quatre-vingts, ceux qui ont vu ce film et qui l’ont apprécié, ruez- vous sur « Le manoir maudit », c’est du même tonneau !
LE film à voir entre potes avec bières et pizzas un vendredi soir pour décompresser de sa semaine, autrement il ne faut rien attendre de ce « Manoir maudit » sinon un modèle de poilade déviante pour cinéphiles tolérants et peu regardants…

Note : 3/10