Open Watching

Open Watching

dimanche 11 janvier 2015

PATHFINDER de Marcus Nispel, 2007

PATHFINDER
Le sang du guerrier
de Marcus Nispel
Etats Unis
2007
avec Karl Urban, Moon Bloodgood, Clancy Brown, Russell Means, Ralf Moeller
Aventures épiques
104 minutes
Synopsis :
Vers la fin du dixième siècle, à la pointe de la Terre Neuve, des Indiens (probablement des Mohicans) sont persécutés et décimés par des Vikings sanguinaires...
Ghost, un enfant, rescapé d'un navire viking qui a fait naufrage, est "accueilli" au sein d'une tribu indienne malgré quelques réserves des patriarches...
Quinze années se sont écoulées, les Vikings continuent leurs forfaits ; Ghost assiste au massacre de ses congénères, entre temps il tombe amoureux de Starfire, une superbe jeune femme...
Bien décidé à appliquer la justice et à venger tous ces morts, surarmé, Ghost décide de mettre un terme définitif à l'oppression viking...
Accompagné par quelques survivants, il entreprend un combat démesuré et s'introduit au sein d'un endroit envahi par les guerriers scandinaves alors que ceux ci sont persuadés d'être invincibles...
Mon avis :
Marcus Nispel est un cinéaste sincère qui bénéficie de la confiance des studios hollywoodiens et des majors et qui, par conséquent, obtient des budgets faramineux pour la réalisation de ses films...
Ceci étant, cela se fait au détriment de la densité des personnages qu'il exploite car "Pathfinder" souffre d'un manque de relief scénaristique flagrant malgré que l'on ne s'ennuie pas trop grâce à des passages d'action bien troussés et surtout un soin tout particulier à l'esthétique des images produites...
On assiste à certains morceaux de bravoure particulièrement jouissifs (la descente de glisse dans la neige, monument de timing très efficace) ou à des plans assez gore (les décapitations sont légions), le tout ponctué constamment d'orages synthétiques pas toujours du meilleur effet...
Inexpressif et dénaturé, Karl Urban exhibe plus ses biscotos que son mental, ce qui discrédite sévèrement le postulat du métrage qui fait figure de pâle version du "Conan, le barbare" de John Milius, référence du genre...
Restent quelques excellents moments comme ces plans aquatiques sous la glace ou ces envolées de caméras frôlant les montagnes enneigées avec comme point d'orgue une gigantesque avalanche, sans doute numérique mais bel et bien réaliste et efficiente...
Globalement raté, "Pathfinder" a oublié que l'on ne pouvait pas privilégier plus la forme que le fond pour donner une articulation entre l'histoire (simpliste) et l'aspect qualitatif d'un film, Nispel s'est emmêlé les pinceaux en voulant faire trop "esthétique" en oubliant que le propos premier d'un film d'aventures digne de ce nom doit d'abord être la densité des protagonistes...
On assiste à un spectacle beau mais creux et on aurait aimé plus de corps, plus de viscéralité au lieu de ce barnum stylisé, aseptisé et finalement rendu vain par les carences dont il fait preuve...
Aussi vite vu qu'oublié et on préférera l'excellent remake de "Massacre à la tronçonneuse" réalisé quatre années auparavant...
Un coup d'épée dans l'eau !

Note : 4/10






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire