Open Watching

Open Watching

samedi 25 février 2017

Amazonia la jungle blanche de Ruggero Deodato, 1985

AMAZONIA LA JUNGLE BLANCHE
de Ruggero Deodato
1985
Etats-Unis/Italie
avec Lisa Blount, Michael Berryman, John Steiner, Karen Black, Barbara Magnolfi, Gabriele Tinti, Richard Lynch, Valentina Forte, Willie Aames
Film d’aventures horrifiques
91 minutes
aka Cut and run
Musique de Claudio Simonetti
Sorti en DVD chez Anchor bay
Sorti en VHS chez UGC vidéo
Maquillages SFX de Maurizio Trani
Synopsis :
Colombie, un petit village au milieu des années quatre-vingts…
Quecho, un tueur au physique horrible et à la force herculéenne, commet un massacre auprès de trafiquants de cocaïne, il commande une tribu d’indigènes que l’on suppose cannibales…
Miami, Etats-Unis, Fran Hudson, une journaliste, prépare un reportage sur le trafic de drogue, rancardée par un informateur, elle se rend dans un appartement avec son caméraman, elle découvre une hécatombe ; une jeune femme brune qui avait transporté de la cocaïne dans un faux bébé en plastique depuis la Colombie, ainsi que ses acolytes ont été massacrés et dénudés ; la reporter et son assistant partent in extremis, juste avant l’arrivée de la police…
Le colonel Brian Horne, sorte de Colonel Kurtz, est un militaire qui s’est exilé auprès d’une tribu de cannibales, une vidéo de lui est découverte par Fran, cette dernière décide de partir en Colombie pour le rencontrer et l’interviewer…
Sur place, une superbe brune, Ana, Tommy Allo et son fils Bob, ont été enlevés par Vlado, un guerrillero sanguinaire qui a fait main basse sur le trafic et la conception/production de la cocaïne…
Une véritable « guerre » sans merci a lieu entre Horne et Vlado, Quecho est l’homme de main de tous ces massacres et quiconque osera défier cette organisation se verra tué par ce solide gaillard…
Au beau milieu de tout ça, Fran Hudson et son caméraman débarquent dans la forêt amazonienne…
A peine arrivés, un de leurs guides se fait tuer…
Mon avis :
Voulu par les producteurs comme une suite directe de « Cannibal Holocaust », Deodato est bien plus malin que ça et n’applique pas bêtement son film comme un « Cannibal holocaust » bis, il va plus loin et signe un véritable film d’aventures ponctué de passages très gore et franchement dégueux, boostés par la présence de l’impayable Michael Berryman, réchappé des « Colline a des yeux » et à la trogne que l’on n’oublie pas (il ferait peur à une couvée de singes !)…
Cette fois, le film se démarque du grindhouse pur grâce à une interprétation travaillée et fouillée, allant même tremper dans des passages mélodramatiques fort bien restitués par les acteurs (Tommy qui retrouve son fils Bob qui a frôlé la mort, Fran terrorisée qui hurle lorsqu’elle découvre des cadavres pendus, le viol d’Ana voulu par ce salopard de Vlado –John Steiner, le Cristiano Berti de « Ténèbres » est méconnaissable !-)…
« Cut and run » est un métrage tonique et très rythmé qui ne fait pas dans la demie mesure mais cela confère à rendre son postulat crédible, les paysages sont magnifiques (on se croirait dans « Aguirre la colère de Dieu » de Herzog et les vues aériennes sont de toute beauté, le fleuve lors du passage en canoë, mais aussi la forêt très dense et hostile où nombre de pièges tendus par les cannibales sont présents –attention avec la séquence de l’écartèlement, très réaliste et hypra gore, ça ne plaisante pas !-)…
On se régale littéralement dans cette intrigue typique des années quatre-vingts et le film fut un beau succès au box-office (il fut même diffusé dans les cinémas des Champs Elysées à sa sortie en 1985), on a là un pur film d’aventures gore mis en scène par un Deodato particulièrement appliqué et maitrisant sa tâche, qui n’est pas grisé par le culte initié par « Cannibal holocaust » et qui n’a nullement pris la grosse tête, il est là pour donner du loisir et du plaisir au spectateur fan du genre et ça marche au-delà de toutes les espérances !
Vous avez des acteurs convaincants, une pointe d’érotisme, de la violence, des décors de rêve, du suspense et de l’action, que demandez de plus ?
On tient ici un des meilleurs films du Maestro Deodato, une œuvre rugueuse et accessible en même temps avec des parfums capiteux où l’on ressent bien la sueur de la transpiration des protagonistes dans cette forêt amazonienne étouffante qui sert de levier dans le piège avec, pour seule issue, la mort…
Seuls quelques- uns survivront et le happy end sera de rigueur avec un grand sens de l’entertainment mais pour adultes (le film est d’une grande violence et à ne pas montrer à un jeune public)…
Les vrais cinéphiles fanatiques de cinéma d’exploitation ne pourront que jubiler devant « Cut and run » qui reste unique en son genre au niveau qualitatif et apporte une pierre à l’édifice du grindhouse italien…
Deodato s’est surpassé, un MUST !

Note : 9/10




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire