Open Watching

Open Watching

dimanche 21 janvier 2018

Le fantôme de l'opéra de Terence Fisher, 1962

LE FANTOME DE L’OPERA
de Terence Fisher
1962
Grande-Bretagne
avec Michael Gough, Herbert Lom, Heather Sears, Edward de Souza, Thorley Walters, Ian Wilson, Michael Ripper
84 minutes
Film fantastique
Produit par la Hammer films
Blu ray édité chez Elephant films
aka The Phantom of the opera
d’après le roman de Gaston Leroux
Musique d’Edwin Astley
Synopsis :
Londres, au tout début du vingtième siècle…
Lors d’une représentation à l’opéra de la ville, le spectacle est troublé par la mort d’un technicien retrouvé pendu à une corde pendant le final de la partie de chant…
La cantatrice refuse catégoriquement de continuer à chanter dans cet opéra ; Lord Ambrose d’Arcy, le directeur et Harry Cobtree, le directeur artistique, doivent recruter de nouvelles vocalistes féminines ; c’est alors que postule Christina Charles, la jeune femme fait illusion et est engagée sur le champ...
Christina, dans sa loge, entend une voix mystérieuse qui lui parle, comme si se trouvait un fantôme au sein du bâtiment !
Très vite, Harry Cobtree, après lui avoir fait la cour, tombe amoureux de Christina et cette dernière cède à ses avances ; Christina est enlevée !
Harry Cobtree mène une enquête pour comprendre les raisons du rapt de Christina ; durant ses pérégrinations, il apprend que Lord Ambrose d’Arcy est un salopard de la pire espèce, il a racketté et trompé un compositeur, Erik Petrie, et lui a marchandé inégalement l’intégralité de ses symphonies…
Alors que Petrie, par vengeance, a voulu détruire les partitions en les brûlant, il a été gravement blessé avec de l’acide nitrique et a survécu dans une bouche d’égout de la Tamise !
Petrie a créé tout un sous- sol, sous l’opéra, c’est en fait lui le fameux fantôme !
Cobtree parvient à reconstituer cette mosaïque et part délivrer Christina ; c’est à ce moment que Lord Ambrose d’Arcy est agressé par Petrie qui, fou de rage et dans un désir de vengeance, se rend au bureau du directeur !
Mon avis :
Adaptation à la sauce hammérienne du célèbre roman de Gaston Leroux, « Le fantôme de l’opéra » était un projet hyper casse gueule pour Terence Fisher, il bénéficia d’un budget colossal et les studios Universal mirent les bouchées doubles pour la production du film qui se révéla un fiasco au box-office et pourtant c’est un injuste retour de bâton car ce « Fantôme de l’opéra » est une œuvre magnifique, très dense et colossale dans la réalisation…
Fisher y est allé très fort et déploie son talent dans des séquences hyper bien coordonnées, la technique est sidérante de perfection (notamment lors des passages à l’opéra, justement, et sur sa scène, mais aussi lorsque Cobtree/Edward de Souza passe par la Tamise jusqu’à la bouche d’égout pour retrouver et sauver la belle Christina –quel passage ! -)…
On est passionné du début à la fin, « Le fantôme de l’opéra » est un régal intemporel servi d’une dose de magie et de modernité stylistique (le flashback lorsqu’on comprend l’origine du fantôme avec Petrie qui vient pour brûler les partitions), et le blu ray d’Elephant films sublime totalement le charme du film, on se prend un pied monumental pendant une heure vingt- quatre !
C’est là qu’on voit que Terence Fisher était peut- être le plus grand, le meilleur réalisateur que la Hammer ait eu, il a une application, un sens de la rigueur et une détermination imparables qui donnent instantanément un charme absolu à ses films…
Des libertés sont prises avec la mythe du « Fantôme de l’opéra » mais ce n’est pas grave, le plaisir du cinéma est bel et bien là et on déguste le film comme il se doit, tout est coordonné à la perfection, les acteurs y croient à fond et le personnage de Lord Ambrose d’Arcy incarné par Michael Gough est un modèle de salopard, c’est LUI le méchant du film, bien plus que le fantôme de l’opéra lui-même, d’ailleurs c’est Ambrose d’Arcy la cause de tous les malheurs que l’on voit dans le film !
Il y a des passages inoubliables et un suspense de folie (l’attaque au couteau avec le nain dans les égouts, la façon dont le début est filmé, le final apocalyptique), l’histoire d’amour entre Christina et Harry n’est pas du tout sotte et colle parfaitement à l’ambiance du film, franchement je vois difficilement ce qu’il y aurait à redire sur la mise en scène…
Et la musique d’Edwin Astley, quel monument ! elle est à tomber par terre ! Les cinéphiles et/ou les mélomanes seront comblés !
« Le fantôme de l’opéra » version Hammer films est un vrai bonheur, encore une fois la firme d’outre-Manche revisite tous les classiques du bestiaire horrifique et rares sont les déceptions, « Le fantôme de l’opéra » est, une nouvelle fois, une très grande réussite et un film à réhabiliter absolument, il est impensable qu’il se soit fait casser de la sorte par les critiques à sa sortie et qu’en salles il fût un échec (cela valut même à Terence Fisher d’être congédié –momentanément heureusement- par la Hammer !)…
Indispensable si l’on veut mesurer l’étendue du talent et l’ouverture d’esprit de la Hammer et de Fisher, « Le fantôme de l’opéra » est un film magnifique et flamboyant, unique en son genre et indélébile dans la mémoire de tout cinéphile…
Maintenant qu’Elephant films l’a sorti dans cette sublime édition, plus personne n’a d’excuse pour le rater !
Un monument qui compte énormément dans le parcours de Fisher et de la Hammer films…

Note : 9.5/10







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire