Open Watching

Open Watching

dimanche 19 novembre 2017

Les guerriers de la nuit de Walter Hill, 1979

LES GUERRIERS DE LA NUIT
de Walter Hill
1979
Etats-Unis
avec James Remar, David Patrick Kelly, Michael Beck, Dorsey Wright, Terry Michos, Deborah Van Valkenburgh
Aventures/action
89 minutes
Musique de Barry de Vorzon
aka The warriors
Produit par Paramount Pictures
Producteurs exécutifs : Joel Silver et Frank Marshall
Synopsis :
New York, fin des années soixante-dix, la nuit…
Cyrus, une sorte de gourou et un homme très respecté, organise un immense rassemblement de toutes les bandes du Bronx ; il souhaite leur donner un message afin qu’ils se sentent valorisés vis-à-vis des autorités et de la police, Cyrus est pris très au sérieux et se fait écouter comme un messie ; Swan, Ajax, Cleon, Vermin font partie de la bande des Warriors, des voyous très jeunes qui se distinguent par leur gilet avec indiqué « Warriors » au dos…
Soudain, en plein discours, Cyrus se fait tirer dessus et décède, c’est la panique et tout le monde court dans tous les sens !
Luther, le coupable, fait croire à tout le monde que c’est un des Warriors qui a tiré, il propage la nouvelle dans tout le Bronx !
Ajax, Swan et les autres doivent absolument rejoindre le quartier de Coney Island en prenant le dernier métro disponible…
Un incendie les bloque à quelques stations de leur but, ils doivent continuer à pied !
Toutes les bandes sont à la recherche des Warriors et ça va barder pour eux s’ils se font rattraper, leur vie est en jeu…
Les Warriors doivent se battre avec d’autres bandes rencontrés lors de leur parcours…
Ils font la connaissance de Mercy, une jolie brune amie du gang des Orphans…
Pensant s’être dépêtrés de leurs difficultés, les Warriors passent du bon temps avec de jeunes filles issues des Lizzies, il s’agit d’un guet- apens !
Luther, le meurtrier de Cyrus sera-t-il démasqué et les Warriors innocentés ?
Mon avis :
Film culte pour plusieurs générations, « Les guerriers de la nuit » est une réussite totale, que ce soit au niveau du scénario, du jeu des acteurs (tous parfaitement crédibles) et de la tension palpable et omniprésente tout le long du défilement des séquences…
Le pré générique est hyper immersif et fascine encore de nos jours, le spectateur est pris immédiatement dans l’histoire grâce à un montage très habile qui nous montre chacune des bandes lorsqu’elles se rendent au lieu de l’allocution de Cyrus ; les scènes de foule lors de la panique après le meurtre de Cyrus sont très bien coordonnées et le montage rend bien les mouvements de chacun, Walter Hill a réussi un coup de maître…
« Les guerriers de la nuit » est sans doute LE film ultime sur le phénomène des bandes et ces dernières s’y sont reconnues, s’appropriant le film même sans être cinéphiles et copiant les codes des personnages vus dans le film…
Walter Hill a accouché d’un mythe sur pellicule avec « The Warriors » et l’impact du film est toujours présent, la dynamique qu’il a su insuffler n’a pas vieilli du tout, l’action reste toujours d’actualité, plus que jamais et « Les guerriers de la nuit » est à la fois une œuvre précurseur et un excellent film d’action…
La nuit fait partie intégrante de l’ensemble du métrage, elle oppresse, étouffe le spectateur et semble piéger les Warriors, qui jouent de malchance à de multiples fois…
Le passage avec les « Lizzies » est un des plus réussis du film, ça barde complètement et le paroxysme de la violence est atteint de façon crescendo, tout comme les bagarres dans le cimetière ou dans le parc, filmées de nuit, particulièrement efficaces (les acteurs ont certainement dû prendre des cours de self défense pour rendre crédibles les nombreuses rixes que l’on voit dans le film)…
L’issue en « happy end » est efficiente sans être lourde ou manichéenne, les bons sont réhabilités et le méchant châtié, on souffle et on respire après une heure trente assez oppressante mais bourrée de plaisir et de jubilation…
« Les guerriers de la nuit » reste une œuvre unique en son genre, que l’on prend plaisir à voir et à revoir sans jamais se lasser, c’est aussi un témoignage du cinéma américain de la fin des années soixante-dix avec une violence prégnante et un goût certain pour le suspense, mais Walter Hill fait tout pour privilégier l’action en priorité, ce qui désamorce un peu le malaise que l’on aurait pu avoir en visionnant son film, il sait parfaitement ce qu’il faut faire pour rendre un film attractif et a tapé dans le mille !
Quasiment quarante ans plus tard, « Les guerriers de la nuit » demeure un exemple pour le cinéma d’action toutes nationalités confondues, l’efficacité totale dont Walter Hill a fait preuve en fait un MUST…
Incontournable !

Note : 10/10






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire