Open Watching

Open Watching

dimanche 31 décembre 2017

L'horrible docteur Orlof de Jess Franco, 1962

L’HORRIBLE DOCTEUR ORLOF
de Jess Franco
1962
France/ Espagne
avec Howard Vernon, Diana Lorys, Jess Franco, Conrado San Martin, Richard Valle, Perla Cristal
84 minutes
Policier horrifique
DVD édité dans la collection Mad movies
Blu ray édité chez Redemption
aka Gritos en la noche
Synopsis :
Paris, 1912…
De très jolies filles de petite vertu sont kidnappées en pleine nuit et emmenées dans un château en ruines, où elles sont terrorisées et mordues au sang par un mystérieux individu de forte corpulence ; ces malheureuses sont ensuite emmenées en barque le long d’un canal pour atterrir dans la demeure du docteur Orlof, un ancien médecin qui travaillait dans une prison…
Le but d’Orlof est de mutiler la peau des belles jeunes femmes pour les insérer sur le visage de sa femme, Mélissa, au faciès gravement rongé par une maladie cutanée incurable…
Les enlèvements vont à vitesse grand V et l’inspecteur Tanner, sur le point de sa marier, est chargé de l’enquête, sa mission est double, arrêter le responsable des rapts et retrouver les victimes ou du moins leurs corps !
L’enquête piétine et malgré le fait d’avoir établi un portrait-robot du meurtrier et d’avoir convoqué une dizaine de témoins oculaires, les témoignages de ces derniers ne coïncident pas…
Tanner a alors l’idée de faire servir d’appât sa femme Wanda, celle-ci accepte…
Le docteur Orlof, amateur de soirées dansantes en cabaret, mord à l’hameçon ; il tente de droguer Wanda en lui mettant un soporifique dans sa coupe de champagne, mais Wanda parvient à déjouer le piège d’Orlof…
Wanda a juste le temps de noter un mot à Tanner sur une enveloppe avec son rouge à lèvres ; Tanner, dans un premier temps, ne lit pas tout de suite le mot de Wanda…
Morpho, l’assistant d’Orlof, un homme atrocement défiguré, violente Wanda et l’emmène de force chez Orlof…
C’est alors que Tanner lit le mot et fait la liaison avec Orlof !
Une course contre la montre s’engage alors !
Mon avis :
« L’horrible docteur Orlof » est un film historique et pilier dans la carrière prolifique du maitre Jess Franco, en effet, c’est le film qui intronise le personnage du docteur Orlof pour la première fois, et ce personnage sera revisité et remodelé des dizaines de fois par la suite, aussi bien par Franco que par d’autres cinéastes…
Qualitativement, « L’horrible docteur Orlof » est exemplaire et révolutionnaire pour son époque (nous sommes seulement au début des années soixante !) et Franco déploie un scénario sans failles avec des séquences inoubliables (la nuit est parfaitement bien exploitée), le personnage de Morpho est terrifiant (on dirait presque le Michael Myers du « Halloween » de Carpenter), quant à Howard Vernon il est déjà habité par son personnage et donne une touche classieuse de gentleman alors qu’il n’est ni plus ni moins qu’un psychopathe totalement allumé dans les desseins qu’il projette !
On trouve également dans « L’horrible docteur Orlof » les débuts sous-jacents de l’érotisme capiteux qui allait illuminer toute la suite de la carrière de Jess Franco, des poitrines dénudées, des filles érotisées à maxima et un sens appuyé de la libido dans certaines scènes (Franco bâtit tout son style cinématographique en une heure vingt- cinq, ses codes futurs sont déjà déclinés et entérinés !)…
Le scénario nous donne droit à de multiples rebondissements sur les origines des personnages (Morpho est un tueur en série déclaré mort en prison par… Orlof lui-même !), Franco bénéficie de somptueux décors et les personnages secondaires sont savoureux (Jeannot le clochard qui sera un élément clef pour l’enquête !), quant au final, il est flamboyant et déjà Franco prouve son talent au niveau de la technique pour filmer, l’issue est efficace et prenante, un peu comme à la manière des polars américains de l’époque…
Franco ne vole rien aux autres, il ne s’inspire de personne mais créée SON cinéma, celui qui allait devenir sa marque de fabrique, et tout fonctionne à merveille !
On ne ressent pas de Bavaïsation ni même d’autres influences (cela aurait été facile pour Jess Franco) non, il invente ses codifications, instaure sa manière de filmer comme il l’entend et son cinéma fonctionne au-delà de toutes les espérances…
Œuvre essentielle non seulement pour appréhender le cinéma de Jess Franco mais aussi l’intégralité du cinéma bis européen, « L’horrible docteur Orlof » est un film fabuleux, qui fera date dans l’histoire du cinéma d’exploitation des années soixante, on y découvre un cinéaste déjà très sûr de lui et qui allait, petit à petit, acquérir une grande notoriété auprès des cinéphiles habitués des salles obscures…
A la fois dense dans son atmosphère et basique dans son histoire, « L’horrible docteur Orlof », plus de cinquante ans après, n’a même pas trop vieilli, sa modernité laisse une empreinte indélébile…
Un pur régal et sans doute un des meilleurs films réalisés par Jess Franco, à voir et revoir avec un plaisir immense et une attention soutenue…

Note : 9/10






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire