Open Watching

Open Watching

dimanche 10 décembre 2017

OPERA de Dario Argento, 1987

OPERA
de Dario Argento
1987
Italie
avec Urbano Barberini, Michele Soavi, Cristina Marsillach, Daria Nicolodi, Ian Charleson, Coralina Cataldi Tassoni
Thriller
107 minutes
Blu ray édité chez le Chat qui fume
Budget estimé à 8 000 000 dollars
Synopsis :
Une ville d’Italie, au milieu des années quatre-vingts…
Betty, une jeune cantatrice prodige, est appelée à remplacer au pied levé une autre diva qui s’est fait renverser par une voiture, Betty doit interpréter une version de « Macbeth » dans un prestigieux opéra de la ville… Sa prestation est exemplaire et elle est couverte de compliments malgré un incident pendant la représentation ; un projecteur se décroche de son socle et provoque un début d’incendie…
Il s’agit en fait d’un incident dû à un tueur psychopathe qui se trouvait à l’étage supérieur de l’opéra ; Betty est harcelée et Mira, une de ses amies, se rend à son domicile ; l’inspecteur Alan Santini doit effectuer la protection de Betty…
Alors que la tenue de scène de Betty est abimée, elle se rend avec Giulia, une des régisseuses, dans un atelier pour recoudre la robe ; le psychopathe que l’on ne peut identifier car il porte une cagoule noire, tue Giulia de manière sauvage et ligote Betty en lui mettant des aiguilles le long des paupières afin qu’elle ne ferme pas les yeux pour assister au meurtre de Giulia !
Santini mandate Daniel Soave pour venir interroger Betty et la protéger…
Il va se passer des choses effroyables dans l’appartement de Betty jusqu’à une révélation sidérante : une petite fille, voisine de Betty, la sauve du tueur, en passant par une trappe reliée derrière les murs du bâtiment !
Le tueur court toujours et en veut plus que jamais à la belle Betty !
Quelle sera l’issue de ce cauchemar ?
La police, composée de dizaines d’hommes expérimentés, parviendra t-elle à neutraliser ce psychopathe ?
Mon avis :
Et bien je peux vous dire qu’il s’agit là d’un des meilleurs films dans la catégorie « thrillers » réalisés par Dario Argento et je ne comprends toujours pas pourquoi on s’est acharné sur ce film, le considérant comme « raté », « chant du cygne » ou « navet » dans sa carrière !
Il faut vraiment être de très mauvaise foi pour ne pas reconnaître que Dario était encore en très grand forme avec « Opéra », ce film comporte des plans et des cadrages fabuleux, l’histoire est un modèle d’inventivité et déclenche une trouille quasi-hitchcockienne (ah le passage avec Daniel Soave –Michele Soavi, non crédité au générique- est mémorable) et « Opéra » est un vrai régal !
Avec Betty/Cristina Marsillach, Argento retrouve la MUSE qui lui manquait après Jennifer de « Phenomena » et Suzy Banner/Jessica Harper de « Suspiria », il sublime la beauté de la jeune femme et en fait SON héroïne, elle irradie le film tout le long et préfigure même la Ana Manni de « Stendhal syndrome » qui sera incarnée par Asia, la propre fille de Argento !
Non là franchement « Opéra » c’est du caviar !
Un thriller nerveux, glauque, très travaillé (la séquence du survol des corbeaux en caméra subjective est monumentale et à couper le souffle) et l’idée des murs avec un mètre d’épaisseur de vide, où l’on peut se faufiler, a même été repris par le duo Cattet/Forzani dans « L’étrange couleur des larmes de ton corps », c’est dire si « Opéra » a eu un impact énorme sur les cinéphiles et qu’il préfigure même le néo giallo, le giallo moderne !
Et la fin dans les montagnes suisses rappelle texto les paysages de « Phenomena » avec le souffle du vent sur les sapins, « Opéra » est un immense Dario Argento, l’histoire prend en haleine dès le début et on a juste à se laisser porter par le film pendant une heure quarante…
La scène du mannequin et du bidon d’essence est la seule fausse note de « Opéra », autrement tout passe impeccable !
Le travail fabuleux effectué par l’éditeur « Le chat qui fume »  nous permet de savourer « Opéra »  dans des conditions idéales et optimales et il est impératif pour tout cinéphile de posséder ce magnifique blu ray, qui fera date et qui s’avère être un des meilleurs supports existants du film, LE meilleur support même, je n’en vois pas d’autre…
Plaisir absolu et où on pouvait encore apprécier le cinéma de Dario Argento, « Opéra » est à visionner comme une bénédiction, comme l’héritage de tous ses films précédents, il a mixé les codes qu’il a inventés pour les retranscrire dans la modernité, dans les années quatre-vingts, il a réactualisé le style Argento, le résultat est saisissant et la jubilation totale !
A réhabiliter absolument, c’est maintenant ou jamais !
Note : 10/10






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire