Open Watching

Open Watching

dimanche 14 septembre 2014

AVIATOR de Martin Scorsese, 2004

AVIATOR
de Martin Scorsese
Etats Unis/Japon/Allemagne
2004
avec Leonardo Di Caprio, Alec Baldwin, Cate Blanchett, Kate Beckinsale, Gwen Stefani, Jude Law, Willem Dafoe
Biopic
170 minutes
Synopsis :
Etats Unis, années 30...
Déclarant les symptômes du syndrome d'Asperger (autisme à forte capacité intellectuelle) dès son plus jeune âge, le milliardaire Howard Hughes est un personnage à la fois mégalomane, intransigeant et d'une pugnacité hors normes...
Il projette de mettre en scène des films aux budgets gigantesques, piquant des crises d'hystérie lors de tournages plus épiques les uns que les autres, fustigeant les moyens qui lui sont alloués et exigeant toujours plus dans l'excellence et la minutie...
Peu regardant financièrement, il n'hésite pas à mettre en péril ses financeurs, persuadé que les films qu'il produit rapporteront plus que la somme engagée initialement...
Passionné d'aviation et lui même aviateur, il multiplie les coups d'éclats et s'engage dans des traversées aéronautiques à la fois périlleuses et hypramédiatisées...
Après un grave accident, Hughes, estropié, frôle la ruine...
Ses troubles obsessionnels compulsifs se densifient pour atteindre un stade critique...
Mon avis :
Film "fleuve", "The Aviator" met en lumière la vie d'un homme aux ambitions démesurées, Howard Hughes, souffrant d'une pathologie voire un handicap qu'il veut cacher à tout prix, ce personnage est ainsi "verrouillé" et c'est au spectateur de s'approprier les "clefs" pour ouvrir les portes de son subconscient et appréhender ainsi l'entité et la complexité de son caractère...
Film hors normes, héros hors normes, budget hors normes, "Aviator" bénéficie de tous les éléments pour sidérer et étonner, et ne ressemble à aucun film réalisé précédemment, même en considérant la filmographie de Scorsese, qui signe ici un de ses métrages les plus personnels...
Hughes étant lui même conscient de sa pathologie, cela devient encore plus ardu pour lui de la contrôler, une césure entre son monde intérieur et la réalité distanciée qu'il perçoit le laissant dans le trouble avec, paradoxalement, une grande capacité de jugement et de discernement lorsqu'il se confronte à des difficultés (son environnement ne lui fait pas de cadeau, jalousant son argent !)...
Incroyable dans son jeu et explosant toutes les possibilités qui s'offraient à lui, Di Caprio est méconnaissable, authentique à 100% et se projette corps et âme dans Howard Hughes, donnant tout dans une composition à la Marlon Brando, il incarne avec subtilité et une rigueur exemplaire un rôle qui décline à la fois la beauté, la folie et la (sur)puissance...
Les cinéphiles friands d'action aéronautique se régaleront de séquences aériennes miraculeuses car, outre l'aspect psychologique du personnage principal, Scorsese n'oublie pas le rêve et le dépaysement, la reconstitution au millimètre est, quant à elle, phénoménale et rien n'est laissé au hasard...
"Aviator" est une oeuvre monumentale qui pousse très loin dans la recherche intérieure, le seul support possible pour mettre en cristallisation le personnage de Hughes ne pourra trouver mieux que cette mise en forme de génie, appuyée par un Di Caprio éblouissant  et un Scorsese surréel dans sa créativité...
Note : 10/10

Dédicacé à Pierre






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire