Open Watching

Open Watching

vendredi 17 octobre 2014

LES DIABLES de Ken Russell, 1971

LES DIABLES
de Ken Russell
Grande Bretagne
1971
aka The devils
avec Oliver Reed, Vanessa Redgrave, Dudley Sutton, Michael Gothard, Gemma Jones
Film historique débridé
117 minutes
Synopsis :
Loudun, au dix septième siècle, au sein d'un couvent de nonnes...
Soeur Jeanne, la responsable des religieuses, les Ursulines, voue un culte à Urbain Grandier, grand ecclésiastique...
Dépravé, Grandier, couche avec de jeunes femmes et les met enceintes...
Bientôt le scandale éclate ! Le père Barré, appelé à la rescousse pour éradiquer le mal condamne Grandier à la mort si ce dernier n'avoue pas ses multiples adultères et transgressions au code religieux...
Conspué, tondu et dénigré au plus haut point, Grandier est brûlé comme un hérétique, après avoir semé désolation et opprobre au sein de la petite communauté !
Mon avis :
Film objet de culte (comme la plupart des oeuvres de Ken Russell), "Les diables" est un immense pamphlet sur la religion qui se sert de cette dernière comme levier pour en dénoncer les absurdités et les contradictions...
Accumulations de plans séquences paroxystiques, "Les diables" va très loin dans la transgression et parvient à contrôler via des images surréelles une intrigue menée tambour battant, servie par un Oliver Reed incroyable, le tout baignant dans un imaginaire ésotérique que n'aurait pas renié le peintre Jérôme Bosch...
Il existe la version originale contenant des raccords pornographiques, Russell n'hésitant pas à aller loin dans la provocation et l'extrême, le film étant très difficile à visionner, même pour les plus aguerris des spectateurs...
Comportant des séquences de flagellations, de copulations et des crises d'hystérie, "Les diables" est surtout accessible à un public ouvert et anesthésié au niveau de la violence, les autres auront du mal et risquent de décrocher rapidement tant la brutalité et la bestialité sont inhérentes au film...
Oliver Reed sidère par la maîtrise de son jeu et les autres personnages sont totalement impliqués dans le film, que Russell parvient à coordonner de façon à la fois habile et démesurée, il place la barre très haut et atteint un niveau que peu de réalisateurs peuvent dompter avec autant de talent...
Techniquement, "Les diables" comporte des idées fascinantes (le final est apocalyptique !) et met du relief sur des séquences graphiques presque picturales, toujours dans cette atmosphère maladive et putride...
Viscéral au niveau de la douleur lors des sévices (les guêpes dans les ventouses, atroce !) et peu ragoûtant lors des passages de sexe, "Les diables" est un modèle de cinéma extrême qui fera date dans cette catégorie, et beaucoup de cinéphiles vouent une adoration sans failles à ce film, ce qui est justifié...
Note : 10/10







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire