Open Watching

Open Watching

dimanche 18 juin 2017

DAKOTA HARRIS de Colin Eggleston, 1986

DAKOTA HARRIS
de Colin Eggleston
1986
Australie/Etats unis
avec John Hargreaves, Max Phipps, Bill Hunter, Simon Chilvers, Meredith Phillips
Aventures fantastiques
89 minutes
aka Sky pirates
Inédit en DVD
Sorti en VHS chez Vestron vidéo
Musique de Brian May
Synopsis :
Il y a plusieurs siècles, des contrebandiers détruisent l’effigie d’une divinité sur l’ile de Pâques, lorsqu’elle est cassée, elle se brise en trois morceaux…On pense que les trois pierres reconstituées fourniraient le pouvoir d’immortalité à quiconque les possèderait…
1945, Australie, juste après la seconde guerre mondiale…
Le lieutenant Harris, un brillant aviateur, vétéran de 1939/1945, doit convoyer Mitchell, un scientifique excentrique, et quelques hommes de son équipage ; Harris flashe tout de suite sur sa fille, Mélanie, mais cette dernière ne peut embarquer malgré les injonctions d’Harris…
La caisse à transporter contient quelque chose de secret et mystérieux ; des turbulences font amerrir l’avion et Harris ainsi que Mitchell et quelques autres hommes rescapés sont contraints d’utiliser un canot de sauvetage…
Par chance, un ferry les récupère in extremis ; revenu sur la terre ferme, Harris est jugé en cour martiale pour un comportement jugé incohérent et incompatible avec celui d’un pilote aguerri…
Le copilote d’Harris, Savage, l’accable (c’est un traitre) ; Harris veut lui casser la figure mais on l’emmène en prison ; Harris parvient à s’échapper lors de son transfert…
Il retrouve Mélanie dans une bibliothèque, elle manque d’être tuée par Savage…
Harris et Mélanie dérobent un avion et partent pour l’ile de Pâques et Bora Bora afin de résoudre la clef de cette énigme…
Arrivés sur une ile, Harris retrouve un de ses vieux amis qui lui fournit un hydravion, Harris et Mélanie n’en sont qu’au début de leurs surprises, ce qu’ils vont découvrir dépasse l’entendement…
Mon avis :
« Dakota Harris » est un pompage grossier d’ »Indiana Jones », les scénaristes ne se sont vraiment pas foulés, reprenant même plan pour plan certaines scènes des « Aventuriers de l’arche perdue » (même le tracé sur la carte virtuelle, la cascade sur le capot avant du camion ou les serpents dans le sous- sol !), la musique aussi est plagiée ( !) on croit rêver et on pense que les producteurs ont surfé sur le film de Spielberg en pensant ramasser autant d’argent que lui… et ils se sont plantés !
Des faux raccords à la pelle (Harris et Mélanie sont dans un hydravion, le plan suivant sur une pirogue avec des indigènes sortis de nulle part, Harris en tenue d’aviateur deux secondes après en tenue de plongée –on ne sait toujours pas d’où il l’a sortie !-), des seconds rôles brouillons (le pote alcoolo avec son chapeau de paille), bref on est dans « Indiana Jones » revisité par Emmaüs !
Seules subsistent deux trois séquences sympas comme la sortie sur l’aile de l’avion (tournée en plein ciel sans effets de trucages, pas mal !) et surtout la scène sous- marine excellemment bien dirigée qui rehausse la qualité du film, sinon c’est un peu le foutoir ! Eggleston ose même un trip à la Mad Max (le film est australien) avec des punks hirsutes qui poursuivent Dakota Harris et enlèvent Mélanie, sauf qu’il oublie que le film est censé se passer en 1945 ( !), bref on est au ras des pâquerettes du film d’aventures, ce qui explique sans doute pourquoi le film n’est jamais sorti en DVD dans l’hexagone !
La VHS sortie en 1998 donne une copie décadrée, ce qui fait qu’on ne peut apprécier le film correctement, l’image part du centre et coupe la gauche et la droite, quel dommage !
« Dakota Harris » gagnerait à être revu dans de meilleures conditions car son côté naïf et sympathique possède énormément de potentiel…
Dystopie fantastique assez lente, « Dakota Harris » pâtit du coup de vieux monumental qu’il a pris trente- deux ans après, seuls les curieux ou les cinéphiles jusqu’au-boutistes s’aventureront à le visionner, le public actuel, lui, passera son chemin…
On a quasiment plus revu les acteurs après ce qui explique l’insuccès du film malgré une bonne volonté affichée mais le plagiat d’ »Indiana Jones » se voit beaucoup trop, c’est étonnant que Spielberg n’ait pas porté plainte !
Si vous tombez sur la VHS dans une brocante pour quelques centimes, ça peut éventuellement le faire ; on attend qu’un courageux éditeur nous sorte ce nanar (il faut appeler les choses par leur nom) en DVD, je serai impatient de le revoir avec une image correcte…
Bref, « Dakota Harris » est une curiosité, une tentative ratée pour le cinéma australien, moins prolifique que ses comparses d’outre Atlantique (même si le film a été coproduit aux Etats-Unis), Eggleston a échoué faute d’un scénario pas assez structuré et d’une direction d’acteurs relativement faible…

Note : 6/10





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire