Open Watching

Open Watching

vendredi 16 février 2018

Les horreurs de Frankenstein de Jimmy Sangster, 1970


LES HORREURS DE FRANKENSTEIN
de Jimmy Sangster
1970
Grande Bretagne
avec Ralph Bates, Veronica Carlson, Kate O’ Mara, David Prowse, Jon Finch, Graham James, Dennis Price
Horreur
Produit par la Hammer films
91 minutes
aka The Horror of Frankenstein
Synopsis :
Un village de Grande Bretagne, au dix- neuvième siècle…
Le jeune Victor Frankenstein est un étudiant turbulent qui s’intéresse à l’anatomie et à ses camarades de classe féminines, il vit dans le château de son père ; la servante Alice, une jolie brune aux attributs avantageux, est le centre de jeux sexuels aussi bien avec le père qu’avec le fils ; sans le sou, Victor réclame de l’argent à son père, ce dernier le lui refuse…
Dans les sous- sols du château, Victor créée des expériences pour le moins douteuses, un croque mort lui apporte des restes de corps humains de personnes décédées, Victor, fou à lier, veut créer un être hybride qui lui obéira au doigt et à l’œil…
Son père devenant gênant, Victor sabote son fusil et ce dernier se tue lors d’une partie de chasse, Victor a désormais la voie libre pour ses expériences scientifiques délirantes, Wilhelm Kassner, un de ses camarades, devient son assistant…
Elizabeth Heiss, jeune fille d’un éminent notable de la ville, est invitée au château de Victor Frankenstein, ce dernier a des vues libidineuses sur elle…
Wilhelm Kassner, l’assistant de Victor, est tué par des décharges électriques dues à un matériel de Victor…
Un soir d’orage, grâce à la foudre, Victor anime enfin son monstre après des semaines d’expérimentations et de labeur acharné…
Le monstre s’échappe du château et tue un bûcheron avec sa hache ; Victor parvient à le retrouver et l’attache à des chaines en fer…
Pour se venger d’Alice, qui était prête à le balancer à la police, savant tout de son petit manège, Victor l’a fait tuer par le monstre…
Doté d’une force colossale, le monstre casse ses chaines !
A l’arrivée des brigadiers de la police, Victor trouve un énième stratagème pour être innocenté ; mais qu’a-t-il fait du monstre ?
Mon avis :
Adapté très librement du roman de Mary Shelley, ces « Horreurs de Frankenstein » est surtout une immense occasion pour Jimmy Sangster, ponte illustre de la Hammer films et ce depuis les débuts de la firme, de se lâcher complètement avec un scénario bien barré et des séquences disjonctées (la servante Alice est sensée avoir seize ans dans le film, le monstre colosse créature de Frankenstein mesure deux mètres, les segments de corps humains sont conservés dans des bocaux de formol, Sangster insiste bien sur le côté libidineux de Victor avec un début en classe pas piqué des hannetons), mais le tout tient bien la route et le spectateur cinéphile se régale !
La Hammer commençait à vaciller financièrement, d’ailleurs « Les horreurs de Frankesntein » fut un insuccès critique et public, considéré comme délirant et très en dehors du mythe de Frankenstein (notamment les précédents incarnés par Peter Cushing), il convient de réhabiliter ce film qui a plus de qualités que de défauts, notamment au niveau de l’interprétation (Ralph Bates est extraordinaire, les deux filles du film, Kate O’Mara et Veronica Carlson, sont non seulement superbes physiquement mais savent jouer la comédie, quant au monstre incarné par David Prowse, il fout vraiment la trouille, c’est une des meilleures représentations de Frankenstein pour un film de la Hammer !)…
Jimmy Sangster s’y connaît et s’applique, son implication pour la Hammer n’est plus à démontrer et il nous gratifie de plans magnifiques comme ces fleurs naturelles qui en contre plongée donnent sur les étudiants ou cette terrible escapade nocturne du monstre qui s’introduit dans la demeure de la fillette (clin d’œil à une scène de « La fiancée de Frankenstein » de James Whale tourné quatre décades plus tôt)…
Il y a une précision mais aussi un sens du rythme dans la mise en scène de Sangster qui s’avère fascinante et imparable, on sent qu’il avait carte blanche et il a pu redynamiser le mythe de Frankenstein avec ce film, ce qui est tout à son honneur…
Assez rare par rapport aux autres films de la Hammer, « Les horreurs de Frankenstein » est un vrai régal, tous les codes explorés précédemment dans les films de Frankenstein sont balayés et cependant tout est limpide, on n’a pas besoin de se référer aux autres opus de la saga, celui-ci n’est ni une suite ni une préquelle mais bel et bien un segment à part, fort réjouissant et bourré de charme…
Un blu ray avec la version française serait impeccable car ma cassette VHS a rendu l’âme, je l’avais enregistrée sur Canal plus lors de sa diffusion dans le mythique « Cinéma de quartier » de Jean-Pierre Dionnet, ça date de vingt- cinq ans ! Le film a traversé les âges mais n’a pas pris une ride et reste encore attractif…
Un must have absolu et l’affiche avec le monstre et sa hache a hanté pendant des décennies la mémoire des cinéphiles, quel visuel !
Note : 9/10











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire