Open Watching

Open Watching

lundi 23 mars 2020

Les affranchis de Martin Scorsese, 1990


LES AFFRANCHIS
de Martin Scorsese
1990
Etats-Unis
avec Robert de Niro, Ray Liotta, Joe Pesci, Lorraine Bracco, Paul Sorvino, Samuel L. Jackson
Film de gangsters
146 minutes
aka Goodfellas
Budget estimé à 25 000 000 dollars
Recettes au box-office aux Etats-Unis : 46 836 214 dollars
Synopsis :
New York, Brooklyn, entre 1950 et les années 1970/1980…
Henry Hill, un jeune garçon d’un quartier pauvre de Brooklyn, né d’un père irlandais et d’une mère sicilienne, est fasciné par les trafics qu’il voit autour de lui, un jour, il décide de passer de l’autre côté de la barrière et devient à son tour un gangster…
Henry commence par le trafic de cigarettes, il s’enrichit, son père lui met une rouste suite à ses absences répétées à l’école ; les malfrats du quartier interdisent au facteur de donner les courriers venant de l’école à la famille de Henry ; Henry se fait coincer par la police mais le jour de son procès, le juge véreux qui avait reçu un pot de vin des gangsters acquitte Henry…
Paul Cicero dit Paulie contrôle quasiment tous les trafics et, très vite, Henry se fait une place parmi les nombreux caïds, ceux-ci sont Jimmy Conway (aussi d’origine irlandaise comme Henry) et Tommy DeVito, un gangster de petite taille hyper violent…
Une jeune femme, Karen, rencontre Henry Hill et en devient amoureuse…
Les « coups » des gangsters sont de plus en plus énormes, avec le casse d’Air France où Henry et Jimmy détournent la paye de salariés en achetant un membre de la sécurité de l’aéroport !
Des anciens trafiquants se moquent de Tommy, ils vont le payer très cher et seront tués sur le champ dans des éclairs d’ultra violence incroyables !
Lorsque Henry trompe Karen avec une autre femme, Janice Rossi, leur couple commence à péricliter ; puis Henry s’accroche à la cocaïne et aux amphétamines, il fait des crises de paranoïa…
Lors d’un autre casse, celui de la Lufthansa, une autre compagnie aérienne, Jimmy et Henry ne savent pas qu’ils ont molesté un homme dont la sœur est secrétaire au FBI, tous les gangsters sont arrêtés et payent très cher leurs affronts à la justice !
Tommy est pris dans une spirale infernale de vengeance, Jimmy surveille tout ce qui se passe autour de lui et devient très méfiant…
Jusqu’au jour où Henry se fait prendre par le FBI alors qu’il sortait de chez lui…
Lors d’un procès retentissant, Henry « balance » tous les gangsters qu’il connaissait !
Mon avis :
“Les affranchis” est, avec « Taxi driver », le meilleur film de Martin Scorsese et c’est l’un des plus grands films de gangsters jamais porté à l’écran, ce film est unique en son genre, servi par des acteurs incroyables !
On assiste pendant plus de deux heures à l’histoire, au quotidien de gangsters américains sur une période qui s’étale sur une trentaine d’années, « Les affranchis » est un film fleuve ; la dynamique de filmage utilisée par Scorsese est empruntée à la nouvelle vague avec une voix off et des arrêts d’image (comme dans « Jules et Jim » de François Truffaut, Scorsese reconnaît volontiers l’emprunt de cette idée pour son film)…
Le film défile à une vitesse infernale, le spectateur n’a pas le temps de reprendre son souffle ;  des fulgurances ultra-violentes (notamment dans les séquences avec Joe Pesci quand il pète un câble) ponctuent le film bardé d’un humour aigre doux (le chevreuil, la scène de la cafetière avec Samuel L. Jackson, le barman « où va le monde ? »), les répliques qui tuent sont légion dans « Les affranchis » et parfois le film effraie ; il effraie autant qu’il fascine !
La bande sonore est sublime et chaque partition musicale colle à fond avec la scène qui va avec ; la dernière demie heure, tout part en live total, avec coke à fond les gamelles, paranoïa, Ray Liotta a des cernes de fou et la mise en scène est ultra nerveuse, frénétique !
« Les affranchis » est un vrai régal de cinéma, une œuvre intemporelle et inclassable de par sa qualité, tout est impeccable, on ressent la même chose que ce que ressentent les acteurs, c’est du cinéma en « direct live » que l’on peut voir et revoir sans jamais se lasser !
Scorsese a frappé vraiment très fort et le film devint instantanément culte, au même titre que « Scarface » de Brian de Palma ou la trilogie du « Parrain » de Francis Ford Coppola, c’est là qu’on voit la qualité dont font preuve les réalisateurs américains sur les polars ou les films de gangsters, ils sont imbattables, le résultat est sensationnel en tous points !
« Les affranchis » est un chef d’œuvre étonnant et détonnant à plus d’un titre qui s’accorde avec ses prédécesseurs sur la violence mais en la dotant d’une finesse de traitement qui fait tout passer, c’est un film d’une intelligence rare, qui bluffera nombre de cinéphiles !
Si on devait garder dix films sur la mafia ou sur la vie des criminels toutes nationalités   confondues, « Les affranchis » figurerait sur la liste…
Une bombe qui n’a pas vieilli, la tonicité, la rage (n’ayons pas peur des mots !) inhérentes aux « Affranchis » sont restées intactes et le film produit inexorablement le même effet à chaque visionnage : un plaisir total !
Un film IMMORTEL…
Note : 10/10












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire